Ceci est bien réel, vous ne rêvez pas …

« Elles doivent être toute maquillées et bien habillées a l'arrivée DES JEANS C BON MAIS IL FAUT DES TALONS assure toi de leur dire car pour la presse il faut donner bonne image au cas où »

Vendredi matin, dernier mail avant le départ qui aura lieu le jour même à 15h20 à Orly, direction Marrakech.

Job freelance pour un défilé qui a lieu samedi soir à l’occasion du Festival International du cinéma de Marrakech . Deux cocktails, le vendredi et le dimanche soir sont également prévus. J’accepte le boulot sans me poser de question ! Un week end au soleil et en décembre qui plus est !

A l’aéroport je suis heureuse de retrouver une amie avec qui j’ai travaillé sur Casablanca, des visages connus quand on part à l’étranger c’est toujours plus agréable. Assises dans la salle d’embarquement, nous repérons une grande fausse blonde de 30 ans refaite de partout (à quoi sert ce détail ? Je ne critique pas, je constate !) qui se dirige vers nous. Avec un accent et une bouche qui a du mal à suivre le mouvement, elle nous demande si nous partons bien à Marrakech pour le défilé et se joint à nous.

Dans l’avion elle se fait draguer par le stewart et se voit offrir sandwich et boissons à volonté gratuitement ainsi que la paire d’écouteurs (à 3euros au passage). Nous, juste derrière elle, on peut crever la dalle … Mais qu’importe, nous sommes de toute façon trop occupées à regarder le sosie d’Amanda Lear. En parlant de ça, toutes les 20 min, notre collègue, se retournait vers moi pour se plaindre que sa peau la tirait et elle demandait qu’on lui apporte des glaçons, qu’elle disposait ensuite sur son visage. Un vrai théâtre cette fille…

Atterrissage en trombe, passage express en douane, y’a pas à dire ici le service ça ne rigole pas ! Seul hic, la 4ème fille avec nous s'est faite interdire l’accès au territoire sous prétexte qu’elle n’a pas de visa pour le Maroc car elle détient un passeport Serbe. Je tente d’expliquer au douanier qu’on est là pour travailler pour le festival mais il ne veut rien savoir. Nous décidons alors de trouver le client qui nous attend surement afin qu'il nous débloque la situation !

Dans le hall de l’aéroport, aucune pancarte avec nos noms n’est dressée (ça change de Casablanca, là au moins on l’avait !), pas de photographe en vue non plus au passage… Bon … Deux jeunes s’avancent vers nous.. Enfin ! Ah non ils nous donnent une carte téléphonique qui leur reste car ils repartent en France. Sympa mais là on est pas vraiment plus avancé. Notre wonderwoman repère deux mecs qui tiennent une feuille blanche où est inscrit « Anniversaire Dring Dring ». Je lui fais remarquer qu’on est pas au Maroc pour un anniversaire et elle me rétorque que le client lui avait indiqué qu’on est booké pour le birthday d’une célébrité…

« Ah bon ? Qui ?
Je ne sais pas, le client ne veut pas le dire »

On est encore bien plus avancé ! C’est quoi cette connerie d’anniversaire ? Elle a du rien comprendre…
Blonde & Bimbo = C… Enfin vous voyez ce que je veux dire 😉

Le client lui ayant donné son numéro de portable, j’optais alors pour une solution pas si bête
(oui je suis blonde mais pas bimbo donc forcément…)

« Et si nous cherchions une cabine téléphonique et appelions le client ?
Ah oui tu as raison, on va sortir chercher ça »

Euh… Sortir ? Comment ça ? Il fait nuit là ! Y’a plein de garçons à l’entrée ! Mais bon, solidarité oblige, nous voilà 3 filles, en talon et apprêtées (et oui on ne sait jamais les paparazzis sont peut être cachés à l’extérieur). Nous analysons la situation:
Derrière une bande d’hommes se trouvent des cabines téléphoniques. Bon si on passe par la droite et qu’on tourne à 56 degrés on devrait bien pouvoir les éviter et ne pas attirer leur attention. Non mais rigolez pas… On voit que vous n’êtes pas allé à Casablanca vous !!!! Ou bien que nous n’avez pas lu mon avant dernier article ?!! hannnnnnnnnnnnnnn !!!!

Bref, l’objectif est atteint nous voilà devant. Bien sur la carte ne marche pas. Qui se dévoue et sort son portable pour appeler le client ?

Oui ce gros blanc veut tout dire.

Hop que je regarde à droite, tiens vous avez vu ce palmier ? Il est gigantesque …Et le bitume il est magnifique ! Ah ça y est j’entends quelqu’un qui ouvre son sac. Petit regard furtif sur ma droite, oui voilà elle met la main dedans, oui oui, ah.. ça y est elle le brandit … son téléphone. Elle pianote enfin sur le clavier. Hop je me replace face à elle.

« Oui on est là, on t’attend, mais une des filles est bloquée à la douane, ils disent qu’elle n’a pas de visa (…) »

10 min plus tard, le voilà. Le sosie de M Pokora, made in Morroco : petit collier barbe, brillants aux oreilles, casquette us, baggy.
Il nous fait la bise, et bam que je te mets un coup de casquette dans la tronche… Quel gentleman ! Il parle nerveusement : il a l’air aggacé à cause de notre copine qui est bloquée à la douane…

En fait pas du tout, il prend à part la blonde, du moins pas suffisamment car on entend tout :
« (…) toi ça va mais les autres regarde elles sont même pas maquillées »

Avec ma copine on se regarde… On a quand même mis du blush et du mascara. Ok on est pas des pots de peinture mais quand même ! Plus tard on m’expliquera qu’au Maroc maquillées signifie = regard charbonneux et rouge à lèvre rouge. Avouez qu’être ainsi dans un avion c’est comme si on était en pyjama dans une piscine, ça n’a aucun rapport, non ?

« Prenez votre maquillage et allez vous maquiller !! Le client doit voir uniquement des filles maquillées, c’est compris ? »

Coup de pression… Sous le choc on commence à tenter de se tartiner sur le parking où l’éclairage n’a pas l’air de fonctionner.

« Mais non allez dans les toilettes !!!! Pendant ce temps je vais aller voir pour votre copine mais le client arrive il va arranger ça »

2 heures après, déguisées en pouffiasse, nous accueillons 3 autres françaises qui descendent de leur avion (pas maquillées non plus). Mais notre amie a bel et bien été renvoyée en France, le client mystère ne serait pas arrivé à temps apparemment. Certaines n’ont pas l’air de s’en préoccuper : la blonde me montre son sac à main et se plaint que les écailles de crocodile s’abiment, charmant !

Le client se décide enfin à nous faire monter en voiture pour regagner notre hôtel.

« Surtout ne parlez à personne, ne dite pas pourquoi vous êtes là, vous ne répondez à personne ! Vous m’attendez dans le hall de l’hôtel »

45 min et 8 détours plus tard (alors que l’hôtel est situé à seulement 10 min) nous sommes accueillies en bas des marches de l’hôtel par une seconde responsable. Tiens c'est étrange le nom d'hôtel n'est pas celui qu'on nous avait donné par mail…

16446_196034820770_732130770_3592744_4383572_n.jpg16446_196035015770_732130770_3592766_4859045_n.jpg

On nous remet nos clés de chambre. Pour le moment je suis seule dans la mienne car mes 4 collègues se sont mises ensembles et  la dernière fille française n’est pas encore arrivée.

Chouette je vais pouvoir rester 3 heures, peinarde, sous la douche … Ou bien tenter la baignoire, remarquez y’a tout à disposition je suis dans une suite à 500 euros la nuit !

Après m’être maquillée en pot de peinture pour rien, l’eau bouillante me nettoie de tous ces artifices. Je suis franchement bien. Les portes de la douche étant transparentes et la porte de sdb fumée, je crois apercevoir des ombres qui passent devant. Ouh la vache c’est quoi ce délire, c’est quoi cette poudre que je me suis rajoutée sur la face, j’ai des hallucinations !

« Qui va là ? » La peur me fait dire des choses pittoresques !
« Camille ne sort pas de la douche il y’a un homme dans la chambre »

Je crus reconnaître la voix et l'accent de notre nouvelle camarade blonde…
En deux temps trois mouvement me voilà séchée et rhabillée. Je sors en trombe de la sdb et ne voit personne ! Bon ok… Deux minutes plus tard la revoilà qui rentre. Attendez, elle a le passe de la chambre ? Ce qui signifie que MA chambre c’est aussi sa chambre ? J’ai le temps de rien dire que la voilà en string et soutif en train d’évoluer à sa guise dans MA chambre. Son énorme valise totalement démesurée pour un week end de 3 jours occupe tout MON tapis de chambre !! Je n’ai pas le temps de me poser plus de questions que le téléphone retentit !

« Dis à tes copines qu’il faut se maquiller (décidément c’est un obsédé du blush celui là) et qu’elles attendent dans leur chambre jusqu’à ce que je les rappelle. Et habillez vous » (ça va se soi !!!)

Rien le temps de répondre qu’il a déjà raccroché. C’est notre client, vous l’avez bien compris. J’entends MA douche coulée, elle squatte vraiment en fait ! La voilà qui ressort et qui se plaint qu’il fait froid. Elle met alors MA clim à 30 degrés !

Quoi qu’il en soit, je profite de sa présence pour lui demander de me donner des cours de peinture faciale. La dernière fille arrive entre temps dans la chambre. Nous sommes donc 3 dans MA chambre ! Non je blague, la 3eme c’est ma coupineuhhhhhhh ! On va commander un lit de camp à l’autre par contre, pas question qu’elle pénètre dans MON lit de 4 places !

1h après, habillées et SURmaquillées, on nous appelle pour nous demander (ou plutôt nous obliger) de nous rendre au brief devant l’une des chambres d’hôtel. On arrive au rdv et près de 40 filles, typées latines et anglaises sont là à jacqueter dans tous les sens. Un vrai poulailler ! Ne vous inquiétez pas, les couloirs sont assez grands pour contenir autant de jeunes filles ! Et au vue de leurs tenues plus courtes les unes que les autres, ça ne risquait pas de prendre franchement de la place…

Le client du client, nous annonce en anglais que nous sommes là pour fêter un anniversaire, celui du fils du Président. Du Président ? hmmmmm mais je le connais ? Enfin je veux dire par là que je n’ai pas reçu son carton d’invitation ? Vous pensez qu’il a su que je passais dans Envoyé Spécial le jeudi 10 décembre sur le reportage de la retouche photo (publicité, ça c’est fait) et qu’il veut me rencontrer ? 😀 On en sera pas plus, juste « have fun ! » conclue t'il.

Tout ces chichis pour un cocktail !? Ah… Bon bah ok, de toute façon c’est histoire de 45 min ce pot d'arrivée, ça ira !

On nous conduite ensuite dans le hall d’accueil. 3 par 3 nous sommes invitées à monter dans des voitures les plus grosses les unes que les autres.

10 mètres plus tard nous arrivons à destination du club privatisé pour l’événement. Nous pénétrons dans une salle typée lounge dans sa déco où un dj est aux platines : il y a 5 tables. Un cocktail assis ? Je repère immédiatement les couverts (2 fourchettes et 2 couteaux par personne), des assiettes et 3 verres par invités qui sont disposés.

Ah mais il ne s’agit pas de cocktail je crois bien ! D’autant plus que des hommes âgés entre 40 et 50 ans sont installés à chaque table !

Euh … Faudrait peut être dire aux organisateurs que les chauffeurs se sont trompés de lieu ! Trop tard on nous demande de prendre place. Les hommes nous parlent et nous posent des questions !

Mais j’ai pas envie de parler aux inconnus moi ! Mon voisin m’annonce qu’il vit en Suisse et qu’il travaille dans la finance. Et bien moi je suis étudiante et pauvre, je dois lui répondre ça ? Je sais pas moi ! Il veut quoi lui encore ? Et l’autre qui veut me servir du vin ! Mais je bois pas d’alcool moi Monsieur ! Bah pourquoi ils rigolent tous ?

Les plats plus délicieux les uns que les autres s’enchainent. Il est 00h00 nous en sommes à la 4eme assiette. Je remarque que mon voisin financier porte une alliance et que le voisin de mon voisin cherche sans arrêt à avoir des interactions verbales avec moi. La table derrière, où sont entassées les espagnoles, me donne un mal de crâne ! Elles crient et dansent (ou plutôt elles remuent leur fessier avec entrain, à ce niveau je dirai même que ça ne s’appelle plus danse mais démonstration). Dois-je vous stipuler que les serveurs ont pour mot d’ordre de ne pas laisser les verres vides ? Sauf le mien car à force de dire non ils ont enfin compris le message !!

L’organisateur nous remet à chacune un bracelet « VIP Pacha ». THE boite de nuit du Maroc qui est également privatisée pour que les convives terminent la soirée en beauté. Je ne comprends plus rien ! On ne va pas sortir aussi tard la veille d’un défilé quand même ? Une des françaises qui se trouvait à une autre table (à cause du manque de place à la notre) s’approche de nous. Elle aurait du lourd à nous annoncer…

« à ma table, le jeune c’est le fils.. de Khadafi en fait
– Quoi , pardon ???
– Oui c’est son anniversaire ! Il n’a jamais été question du festival du cinéma en fait ! Et à la table je crois bien qu’il y a le ministre anglais du travail, l’ambassadeur d’Inde des UK… du beau monde quoi. »

On nous aurait donc menti ? Une putin de couverture ? Il est 1h du mat, on arrive au plat principal ! Oui noyons tout ça dans une délicieuse purée faite maison, vachement bonne au passage !

La chef des françaises (celle qui était en contact avec le client et qui était chargée de trouver les filles) nous dit que nous pouvons partir mais que celles qui souhaitent aller au Pacha n’ont qu’à rester.
SANS FACON ! On se lève toutes. On salue nos voisins de table qui ont l’air déçu de notre départ et slalomons entre les déchainées du popotin.

On doit rentrer à pied à l’hôtel … Sympa ! Tu arrives en voiture mais puisque tu veux partir avant tout le monde bah tu rentres avec tes pieds et dans le froid en plus !!

Debrief dans MA chambre (lol j’arrête avec cette appartenance :D) avec toutes les filles françaises. La blonde allumerait un max les mecs de sa table et se ferait tripoter… Wahoo, c’est étrange je le voyais bien comme ça… Mais elle ne sait franchement pas se tenir à table je trouve ! 😉

Il est 2 heures, nous nous endormons dans nos chambres respectives. Deux heures plus tard, rentre en titubant la blonde. Énorme brouahaha. Un peu plus tard, un coup de téléphone nous réveilla.

« Bébé (…) mais tu ne te souviens pas de mon billet (…) tu ne pouvais pas dormir avec moi (…) »

Ma collègue de chambre lui annonce qu’il se trompe de fille là !!!!!!!!!! à 5h du mat rebelote, mais ce coup si une espagnole ! Qui veut et exige que la blonde la rejoigne dans sa chambre ! Mais c’est quoi ce délire ! C’en est trop je décide d’aller voir dans le salon ce que fout la grognasse. Personne ! Et plus de valise ! hein ???

Enfin je joue les grandes étonnées mais au final je me suis vite rendormie sans m’inquiéter pour elle 🙂

Le lendemain matin après avoir tout raconté aux filles (françaises bien sur, nous ne parlons pas avec les autres) notre folle nuit, nous nous promenons dans le jardin de l’hôtel où nous croisons Sonia Rolland et Ingrid Chauvin. Au moins elles, elles sont bien là pour le festival du cinéma ! Nous croisons également notre client qui nous informe que nous devons nous tenir prêtes pour 13h30 car nous allons déjeuner au Nikki Beah

 
16446_196034905770_732130770_3592752_8080357_n.jpg
      
Niiki Beach by Night
(c’est très connu, donc si ça ne vous dit rien, désolée mais vous n’êtes franchement pas in ! 😉 Il est 14h30, après 1 heure d’attente devant l’hôtel nous pouvons monter à bord du bus. On nous remet des bracelets que nous devons désormais porter

Ça me fait penser à la secte rael où les nanas portent des colliers avec des plumes pour indiquer leur degré d'implication sexuelle envers leur gourou…

On se retrouve encore assises à table mais ce coup ci entre nous ! Je croise un des mecs d'hier de ma table (celui qui voulait à tout prix me servir du vin rouge), on se prenait en photo avec les copines, il arrive et me sort :

« Camille tu es photogénique ! C’est mieux que d’être papiergénique »

Lui et ses petits copains ont alors un grand fou rire.
J’avoue que j’ai aussi souri sur le coup. Le stress surement ! Non mais imaginez que si je ne rigole pas ils le disent à Khadafi et que celui-ci me punisse…

La blondasse continue de dragouiller les hommes, les hispaniques parlent de plus en plus fort et crient sans arrêt. Elles sont fatigantes, on se croirait dans un centre aéré !

Notre table est juste en diagonale de celle du fils du Président. Merde, il sourit. A qui ? Je suis myope mais j’ai l’impression qu’il a la tête tournée vers moi. Merde. Tournage de tête à l’opposé, oh tiens un autre grand palmier dis donc !

La fin du repas est ponctuée de spectacles de danseuses du ventre… sans oublier le défilé, en fait il consistait à slalomer entre les tables, à la tombée de la nuit, autrement dit on voyait que dalle. A 19h on s’en va enfin.
Souci : les autres sont reparties sans nous. On nous apprête un autre mini bus du coup ! On reste entre françaises, entre filles bien !
Quoi ? Vous ne saviez pas qu’après le pacha, où la coke a bien sur circulée, 10 espagnoles se seraient rendues dans la chambre du fils ? Oué, vous ne le saviez pas hein ? Ahaha ! Et pendant ce temps, les françaises, bah elles, elles dormaient ! et dans leurs chambres s’il vous plait !

De retour à l'hôtel, notre chef s’embrouille avec notre client. Elle met bien les choses au clair avec lui : nous ne sommes pas escort !
Le mot est enfin tombé ! J’ai eu du mal à le coucher sur le papier celui-là ! J’ai l’impression d’être comme une catin moi là !

Il lui rétorque qu’on en est pas et que l’on doit arrêter de dire ça ! Étrange car ce matin même un des invités nous a remis sa carte de visite, manifestement intéressé par notre prestation…

Ce soir nous devons assister encore à un autre diner. Je vous l’accorde, on passe notre temps à manger ! Mais la soirée du samedi correspondrait à la plus grosse soirée car c’est la remise des cadeaux… Ne me demandez pas ce que le fils a reçu on était encore parti se coucher !

Dans le mini bus qui nous conduit à l’endroit surprise, les espagnoles fument du shit à gogo et sans ouvrir les fenêtres… C’est encore mieux ! L’une d’elles nous a même sorti en anglais que les françaises devraient se décoincer et profiter.

Alors je ne comprends pas bien ce qu’elle veut dire par là… Nous invite t-elle à faire comme elle, à savoir consommer de l’alcool sans limite, se détruire les narines avec de la poudre blanche, avant de vendre ses fesses à un vieux riche marié qui a l’âge de son papa ?

On arrive devant un immense palace, passez moi l’expression, mais une PUTAIN de baraque

Nous nous rendons à l'intérieur. Sympa cette ambiance eye wide shut ! C’est que j’ai presque envie de me mettre un loup et de passer à l’attaque ! DROLE ! J’ai la sensation que tout est fait pour pousser les invités à sortir de l’oseil et à consommer de la chaire fraiche hispanique…

 
Le maitre d’hôtel nous invite à prendre place à un endroit précis afin d’accueillir, je cite, les invités. (on est pas considéré comme invitées ? ça me dépasse cette histoire !)
Santtts-titre.jpg

Récapitulons… Je suis d'abord mannequin, puis accompagnatrice et après ça hôtesse ?
Le tout nous donne Escort.

Les amis je vous annonce qu’à cet instant précis je prends conscience véritablement qu’on me prend pour une de ces filles faciles enjouées à l’idée de baisser sa culotte pour récolter les sous sous ! Et des euros, pas des dirhams svp ! NON MAIS Où EST-CE QUE JE SUIS ! Et je mange aux frais d’un dictateur en plus ?!!!!!!!!!!!!!!!!!

Au fil de la soirée, je suis de plus en plus énervée ! Un peu trop je crois. Surtout au moment où l'organisateur fait une razzia sur les filles et nous emmène dans une mini pièce et qu'il nous demande de défiler entre les invités avec les magnums de champagne ! Mais bien sur ! Ca sera sans moi, je me tire !

Je sors de cette pièce et quelques mètres après je glisse sur le plancher où manifestement quelqu’un avait renversé son verre d’alcool. Je m’étale de tout mon long. Il est 00h, la soirée bat son plein, la foule est là, et ma démonstration de Yamakasi n’est pas passée inaperçue !!!!

Deux gentleman se précipitent sur moi pour me relever. Je ne sais pas si je dois les remercier ou pas ! Quelle idée à transpercer leur esprit ? Elle est bourrée, je vais pouvoir l’emmener dans un des salons privés ?

Polie je remercie et je continue ma route… Pas très loin, je ne suis pas non plus le Guide du routard !

On croise une espagnole qui nous raconte qu’elle est très énervée car d’habitude elle touche 2 000 dollars pour ce genre de soirée. Elle nous propose de lui donner nos contacts mails car elle peut nous avoir des plans à ce prix là sur Agadir. Euh non merci…

On en a assez vu, on aimerait rentrer, il est 1h00 du mat, mais notre « mac » ne veut pas. Il nous ordonne de nous rendre dans un des salons privés pour nous reposer.

Je crois qu’il a mal compris ce qu’on entendait par le terme « rentrer ». Notre chef demande alors à l'un des ambassadeurs avec qui elle avait brièvement discuté le premier soir, s’il peut nous avancer une navette pour rentrer à l'hôtel.

Mission accomplie, un homme de la sécurité nous escorte (les rôles se renversent) jusqu’à la sortie.

Notre client se précipite alors avec une de ses deux favorites (à savoir la copine de la blondasse, une autre blondasse décolorée arrivée le matin même, une sorte de femelle loucoum boudinée dans une mini robe) dans notre bus car ils vont à une seconde soirée privée… Quand à l’autre blondasse, ne vous inquiétez par pour elle, on l’a aperçue dans la soirée en train de se faire tripoter par un homme, elle doit surement se reposer dans un salon privé à l'heure qu'il est… Et je ne pense pas que les françaises manqueront aux invités. Ces derniers sont captivés par les danseuses à demi nue sur des cubes installés dans le salon.

Au fait, depuis qu’on est arrivé, on demande de l’eau au client. On attend toujours nos bouteilles … Il a quand même dit qu’on avait qu’à boire au robinet si on n’était pas contentes. Charmant !

Le lendemain, dimanche, c’est notre journée free. Enfin on doit se tenir prête pour 17h. à 12h nous levons le camps pour la place djemaa el fna, shooping et aventure, cocktail explosif ! Enfin ! Je vous passe les détails sur nos emplettes et nos courses au taxi pas cher …

16446_196034955770_732130770_3592760_6795514_n.jpg
 

16446_196034970770_732130770_3592762_592029_n.jpg16446_196034990770_732130770_3592764_8342601_n.jpg
16446_196034985770_732130770_3592763_2827270_n.jpgSans-tirrrrrre.jpg

 

Mais je suis contente de mes nouvelles ray Ban ;D

17h30, nous regagnons l’hôtel et nous nous maquillons (comme tous les soirs) en pot de peinture. Le client s’est encore embrouillé avec notre chef. Il veut déduire le coup du billet de la fille qui s’est fait renvoyer le jour même, de son salaire. Il est énervée car les espagnoles ont pris un mini bus pour aller s’acheter de la drogue… De plus, apparemment on aurait du aller déjeuner le midi dans un hôtel, heureusement qu'on avait quitté à temps nos chambres !!

22h nous partons (soit 6 heures après le rdv fixé) pour le restaurant, le meilleur et le plus cher de Marrakech.

Dans le bus se joignent à nous 6 garçons français ! Des escorts Boys ? Mais non !! Arrêtez de voir des escorts partout !! Ce sont des danseurs breakeurs à qui on a dit qu’ils allaient danser sur une immense scène pour le festival du cinéma. Résultat ils se sont retrouvés sur une mini piste où l’alcool était répandue par terre (inutile de me faire remarquer qu’au moins eux ne sont pas tombés… hum hum) .

On sympathise avec ces eux. Au resto, on l’a bien compris, on se retrouve les 12 français ensembles, isolés à une table, loin des autres. Ils nous posent alors plein de questions, du genre, pourquoi y’a-t-il autant de filles, que fait-on ici ? On leur explique toute l’histoire depuis le début et ils hallucinent …

La blondasse a revêtu sa plus belle robe : rouge vif, décolletée dans le dos jusqu’au fessier. Elle nous porte des regards noirs. Elle aurait dit à notre client que « nous ne serions pas professionnelles »

Elle croit quoi celle là ? Je ne vous ai pas dit ? De sa nouvelle chambre elle consomme ses boissons et elle met tout sur le compte de notre suite.. On l’a répété au responsable, normal ! Elle a du se faire disputer … pan pan cul cul … LOL et la voilà fâchée contre nous.

A la fin du repas, les invités passent à côté de nous s’en nous avertir qu’il est l’heure de quitter le restaurant. Une fois seuls, nous comprenons qu’il se passe quelque chose. En effet, les ¾ sont déjà en route !

De retour à l’hôtel nous décidons d’aller tous les 12 au Pacha (qui se trouve à 2 min à pied) alors que tout le tralala s’en va dans une autre boite de nuit. Sans façon ! On se porte mieux sans eux ! En plus après avoir annoncé à l'entrée du Pacha qu'on venant de l'hôtel, On s'est fait traiter comme des vips 🙂

16446_196705370770_732130770_3595511_3064844_n.jpg16446_196035030770_732130770_3592768_2818341_n.jpg

De retour vers 4h du matin à l’hôtel, nous croisons notre client avec les deux blondasses à ses bras qui m’ont bien l’air toutes émoustillées…

Nous voyons également les valises des hispaniques, toutes plus énormes que les notre !! Aucune comparaison ne peut être établie. C’est sur elles devaient être véritablement au courant, elles changeaient 3 fois de tenues par jour, toujours plus aguichantes les unes après les autres…

4 des françaises partent à 6h pour prendre leur vol. Ne me demandez pas pourquoi on a toutes des retours différents. Quoi qu’il en soit, je me retrouve seule, sans ma roomate et je commence à flipper. Et si on était sur écoute ? ou Filmées ? oualalala …

Le lendemain nous ne sommes plus que 2 filles, enfin 3 avec la blondasse.

Nous sommes posées au soleil, nous profitons de notre moment de repos. Un vieux monsieur d'environ 70 ans s’est avancé vers nous et nous a proposé de l’accompagner dans un magasin de chaussures, j’ai comme l’impression qu’il veut nous offrir de belles shoes… une vieille peau l’accompagnait. Il nous explique qu’elle détient une certaine édition de magazines et qu’elle nous fera poser dans un de ses mensuels. Il nous demande également si nous avons des maillots de bain. On apprend qu'il est le fondateur d'une école de luxe sur Paris … Et sur ce, il nous donne rendez vous à 11h dans le hall de l’hôtel pour partir avec eux en excursion.

A 11h30 nous étions en train de faire une sieste et non en train de dévaliser un certain magasin de chaussures… bah quoi, vous vous attendiez à quoi ?????

Alors que j’étais sur internet dans une des salles informatiques de l'hôtel, notre client est venu me rejoindre pour me parler. Apparemment je lui ai plu et il aimerait m’envoyer à Miami pour un autre de ses événements… Mais bien sur, allons bon !

A 16h dans le hall (décidément on y’a passé du temps), nous attendions toutes les deux notre navette pour nous rendre à l’aéroport. Un jeune vient nous voir et nous chat… Il veut nous offrir à boire et j’en passe …

Ca y est c'est enfin l'heure de partir. Manque de bol devinez avec qui nous nous retrouvons à côté dans l’avion ? Non pas le fils du Président… Non pas à son père, apparemment il piloterait l’avion… non je déconne 😉

Juste la blondasse, qui nous a tapé un scandale en nous traitant d’hypocrites… Mhhh je mettrai tout ça sur le dos de la drogue.

« Vous avez dit combien je gagnais, toi ou l’autre, c’est de l’hypocrisie, je déteste ça (…) et j’ai mangé des cacahuètes dans la chambre et alors, elles sont pas alcoolisées ? j’ai pas touché à votre bar (…)

Elle me fatigue là.
Combien elle gagne ? J’en sais rien moi, je n’ai pas compté le nombre de garçons avec qui elle a fanfaronné !

écoute, toi tu sors qu’on est soit disant pas professionnelles à tes yeux alors arrête un peu de parler de trahison »

C’est bon je l’ai calmée je crois bien !

Tout se déroule bien sur le retour, notre avion n'a subi aucun attentat… Ne souriez pas mais je flippais tellement : ces gens là ont le bras long… Apparement ils ont viré celui qui a renvoyé notre copine le 1er jour …

En conclusion de cette nouvelle expérience, professionnelle avant tout, je tiens à remercier ces filles qui m'ont appris le métier d'Escort lors de ce séjour, je leur dois tout…

NON MAIS JE DÉCONNE !!!!!!!!!!!!!!

 
PARTAGER SUR :

3 Commentaires

  1. 29 décembre 2009 / 11 h 49 min

    Huuummm!!! Avec les photos c’est plus parlant 🙂

    Bise

  2. 7 octobre 2014 / 11 h 25 min

    Maaa cette histoire ! C’est vraiment un univers qui m’est totalement inconnu, ça fait même un peu flipper ! Je vais rester avec mes chamoix et mes marmottes à faire des boom party sous les glaciers humhum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.