Victoria, t’aurais dû garder ça secret…

J’avais pourtant adoré passer 2h30 dans leur boutique à New York City. Tout était si beau, si rose, si girly, si… PARFAIT ! (à tel point que je n’avais même pas culpabiliser de claquer plus de 140 dollars dans des sous-vêtements). Même leurs défilés lors de la fashion week vendent du rêve. Des tops models sublimes, des visages de poupées, des chevelures de Barbie, je ne me lasse pas d’admirer leur déhanché sur le podium. Victoria’s Secret, à mes yeux, sonnait comme le symbole du glamour sexy à prix raisonnable. (bon pour la qualité on repassera, mes culottes vivent mal le passage à la machine à 30 degrés – 600 tours). Puis hier je suis tombée sur leur nouvelle campagne publicitaire.

Victoria, t'aurais dû garder ça secret...

Les filles choisies, comme toujours, ne sont pas les plus moches. Mais ça passons, on y est habitué. Ce qui me choque ce sont les mots "perfect body" associés à des standards de beauté prônant la maigreur comme "normale". Alors on le sait, et moi la première, que dans ce milieu le prototype de la fille parfaite est de porter du 34, voire du 32, de mesurer minimum 1m75 et d’avoir un ventre extra plat. Les dictats de la mode ne changeront de toute façon quasiment pas. Mais de là à ancrer encore une fois que la société vend ce genre de nanas comme "parfaites" et "naturelles" c’est un peu too much là Victoria ! Les photos sont retouchées. Oui. Rien de nouveau. Sauf que cette mention on l’oublie trop souvent. Ces filles sont certes très minces de base, mais les modifications via Photoshop les subliment tellement que l’on est comme envouté quand on les mate ! Et on aimerait presque leur ressembler ! (certaines pousseront le vice jusqu’à aller shopper 30 culottes de la marque). D’autres se rendront malades physiquement comme mentalement à force de vouloir atteindre le sommet de cette "fausse" beauté. Heureusement que nous ne sommes pas toutes crédules non plus et que nous ne ferons pas attention à cette image. Mais une femme a toujours l’impression qu’elle est grosse, qu’elle n’est pas belle… bla bla (et pour un peu qu’elle ait ses règles, elle vous dira que c’est un Diplodocus). Et ce type de publicité n’arrangera pas la situation. Comment complexer une femme en moins de 3 secondes. Pari réussi pour le géant américain.

PARTAGER SUR :

14 Commentaires

  1. 31 octobre 2014 / 10 h 52 min

    Ce genre de PUB ne m’a jamais affectée, parce que je suis tellement gourmande que je ne pourrait pas me passer de bons ptits plats. Du coup je garde mon 38 et le vis très très bien. Je pense de toute façon que ce genre de campagne est totalement hypocrite et je comprends pas trop comment on peut leur trouver de la crédibilité. Ce sont des images qui mettent en valeur leurs produits pas les mannequins et à mon avis ça reste le but premier.

    • Camille G
      31 octobre 2014 / 11 h 01 min

      c’est vrai que le but premier c’est de montrer les fringues mais bon ils ne mettent pas en avant des filles moches !

    • 31 octobre 2014 / 11 h 03 min

      Si ils mettaient en avant des femmes normales, leur campagne ne marcherait pas justement à cause du souci d’identification que nous a octroyé la société 🙁

    • Camille G
      31 octobre 2014 / 11 h 05 min

      EXACTEMENT

  2. 31 octobre 2014 / 11 h 10 min

    C’est tellement ça. L’image de la perfection, ou pire, la normalité, représentée par (l’extrême) maigreur,Quel dommage.

    • Camille G
      31 octobre 2014 / 11 h 11 min

      ça en est fatiguant !!!

  3. Chloé
    31 octobre 2014 / 11 h 24 min

    À mon avis, on est tous plus ou moins touchés par ce genre d’images, qu’on en soit conscients ou non. La pub a toujours eu pour but de faire vendre, donc de présenter les produits de sorte qu’ils séduisent nos yeux. Mais la dérive de ces dernières années est telle qu’elle en devient écoeurante : où sont les vrais femmes, les vrais hommes dans les pubs ? Ce n’est même pas une question de juger les campagnes crédibles. Ce qui est vraiment gênant, c’est de nous le présenter pour acquis. En somme, une banalisation de la beauté et de la minceur extrême qui finit par paraître normale et qui exclut fatalement les personnes normales ou qui se sentent moches. Le souci du paraître, on le vit tous au quotidien. Donc oui, Camille, d’accord avec toi : un gros RAS LE BOL.

    • Camille G
      31 octobre 2014 / 15 h 54 min

      Et cela va être de pire en pire !!!

  4. Bernieshoot
    31 octobre 2014 / 16 h 22 min

    tu as raison de te révolter,
    les dictas de la mode .. c’est à nous de les changer regardes ce que c’était il y a 30 ans en arrière …

    • Camille G
      31 octobre 2014 / 16 h 24 min

      Ouep je sais bien….

  5. celia
    1 novembre 2014 / 16 h 12 min

    Salut Camille, j’aime beaucoup ton blog que je suis depuis pas mal de temps.
    Pour rejoindre ce que tu dis dans ton article, je te conseille de lire (si tu en as le courage et le temps!) "beauté fatale: nouveaux visages d’une aliénation féminine" de Mona Chollet. C’est une analyse sur la condition féminine au 21ème et sur l’idéal féminin contemporain, c’est TRES TRES intéressant !
    Bonne continuation 🙂

    • 2 novembre 2014 / 0 h 26 min

      Coucou !!! Oh merci je vais l’acheter ça me plait beaucoup !!! Merci Celia !! Bon dimanche bisou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.