Ces mystères qui me fascinent #3

Me revoilà avec une nouvelle histoire d’affaire étrange, cela faisait longtemps que je n’avais pas sorti un article sur cette thématique. Je ne vous cache pas que ce genre de sujet prend du temps et demande beaucoup de recherches, genre des heures de lecture de journaux, de visionnage de vidéos et j’en passe. Il m’a fallu treize heures pour écrire l’article qui suit.

C’est une triste histoire d’assassinats que je vais vous raconter là.

Le 14 février 2017, à Delphi une petite ville rurale dans l’Etat de l’Indiana aux Etats-Unis, deux adolescentes sont retrouvées assassinées. Cette histoire ne cesse d’hanter cette petite ville aux 3 000 habitants. Qu’est-il arrivé à ces jeunes filles ?

Abigail Williams (à gauche) et Liberty German (à droite)

Le lundi 13 février 2017

C’est une journée de repos qui attend les collégiens de Delphi. Une chouette occasion pour Abigail Williams, 13 ans, et Liberty German, 14 ans, de passer du temps ensemble. Ces deux sportives adeptes de natation et de softball décident de se lancer dans une randonnée dans la forêt du coin.

Kelsi, la sœur aînée de Liberty les dépose à 13h45 non loin du Monon High Bridge, un chemin de fer, enfin plus précisément un pont abandonné qui surplombe le ruisseau Deer Creek.

The Monon Bridge

Pas très loin de là, s’étend le sentier de randonnée, réputé facile, sur 15 km. C’est une chouette balade, on y découvre de beaux paysages et de somptueuses propriétés historiques. Seuls des soucis de signalétique (panneaux) y sont observés. Cependant les deux jeunes filles semblent décidées à emprunter un chemin non officiel, certainement dangereux vu les trous sur le pont.

Un de leur proche doit venir les récupérer dans l’après-midi, à priori vers 17 heures mais j’ai également lu 15h30, les sources divergent sur ce point.

Vers 17h30, pas de nouvelles des deux filles.  Étrange situation puisqu’il est impossible de se perdre dans le coin et que les deux amies ne sont pas réputées pour être des fugueuses.

Les familles préviennent immédiatement la police. Les officiers quadrillent l’endroit et se lancent dans une recherche. Ils tentent également de les joindre sur leur téléphone. Aucun succès. Peut-être n’ont-elles plus de batterie ? L’enquête prouvera par la suite que les mobiles auraient été éteints manuellement.

En fin de journée vers minuit, les recherches officielles sont suspendues jusqu’au lendemain. Les volontaires et les familles, eux, ont poussé jusqu’à deux, voire trois heures du matin.

Dans un communiqué de presse, le shérif du comté de Carroll, Tobe Leazenby, affirme qu’il n’y a aucune raison de suspecter un acte criminel ou de croire que les filles sont en danger immédiat. Cependant, les autorités craignent qu’elles ne se soient blessées et puissent subir une hypothermie vu les températures glaciales dans la nuit.

Autre point étonnant, les ados ne semblent avoir contacté personne pour demander de l’aide.

Le mardi 14 février 2017

Un bien triste jour pour célébrer la Saint Valentin. Les recherches reprennent dans la matinée aux alentours de 11h45 (pourquoi si tard ? Question de logistique car c’est une petite ville ?) avec cette fois-ci des chiens. L’entourage et les bénévoles étaient sur place depuis 7h du mat’.

Vers 12h, deux cadavres sont découverts près du ruisseau dans un terrain privé, à environ 800 mètres du pont Monon. Bien que les autorités partagent les informations avec les médias, elles ne s’avancent pas et ne révèlent pas l’identité des corps.

En revanche des détails sont donnés au grand public. Il s’agit bien d’un acte criminel « en raison de la manière les corps ont été retrouvés ». Aucune autre information. Selon des rumeurs, les pompiers auraient cependant ajouté « que ce n’est pas beau à voir ».

Le mercredi 15 février 2017

Les autopsies sont effectuées sur les corps des deux filles. Peu de détails ont été livrés, à vrai je n’ai rien trouvé. Le médecin légiste affirme que le crime était terminé à 15h30.

Dans l’après-midi, la police de l’État d’Indiana et le département du shérif du comté de Carroll (la ville de Delphi est le siège du comté de Carroll) tiennent une conférence de presse où ils confirment que les corps appartiennent à Liberty et à Abigail. Les filles ont bel et bien été assassinées.

La police d’État d’Indiana a également publié la photo d’un homme qui aurait été vu sur la piste à peu près au moment de la disparition des filles. Vous comprendrez bientôt comment ils ont réussi à récupérer ce cliché sur le téléphone de Liberty.

INFORMATION IMPORTANTE : non il n’y avait pas de caméra de surveillance sur le chemin de la promenade.

L’image montre un homme blanc, les mains dans les poches, qui marche. Il porte un jean bleu, une veste bleue marine et un chapeau. Il semble âgé de la cinquantaine, voire la soixantaine à première vue.

La police ne positionne pas cet homme comme suspect mais explique qu’elle aimerait prendre contact avec lui.

MON AVIS : on dirait qu’il a accroché à sa taille une sorte de banane (photo ci-dessous). L’arme du crime y serait-elle ? Des internautes pensent qu’il détiendrait une arme à feu dans sa veste.

Le lundi 20 février 2017

Retournement de situation. Une semaine après ce triste événement, l’enquête prend un nouveau tournant. La police lance un avis de recherche contre cette personne, définitivement considérée comme suspect.

46 États ont affiché 6 000 panneaux d’affichage électronique de la photo prise sur le téléphone de Liberty. Une chasse à l’homme est alors lancée.

Les forces de l’ordre invitent les riverains à leur donner des informations et des détails sur ce monsieur, s’ils en ont.

Quelques retours des citoyens, mais on ne va pas aller loin avec ça :

Des témoins, à 14h45, soit une heure après le passage des deux défuntes sur le pont, affirment être passés et n’avoir rien vu ou entendu.

Un homme aurait entendu un couple se disputer, sous le pont près de la rivière.

Le mercredi 22 février 2017

Lors d’une conférence de presse, la police révèle que Liberty avait enregistré la vidéo et l’audio du suspect sur son téléphone portable.

L’enregistrement, qui est enfin publié au public mais pas en entier grrrrr, semble capturer la voix du présumé meurtrier qui lance « Down the hill » = descendez en bas de la colline.

Liberty aurait réussi à filmer cette scène au moment où l’homme s’approche du début du pont. Dommage de ne pas savoir si la vidéo est plus longue…

« Quelqu’un connaît cette voix », a déclaré un habitant de Delphi à l’émission de télévision Inside Edition. « Quelqu’un doit savoir qui est ce gars. Nous devons découvrir qui a fait cela à nos filles. »

La publication de l’audio a déclenché plus d’un millier d’indices et de pistes. Des citoyens se prennent pour des enquêteurs, dont Nancy Grace, qui a présenté sa théorie sur le tueur.

« Nous avons entendu ce « en bas de la colline, en bas de la colline » – Pourquoi était-il si mal audible ? Et bien je pense que Liberty a mis son téléphone dans sa poche. Les autorités n’en publient qu’une partie, pourquoi ? Peut-être que cela a enregistré leurs meurtres mais que la police souhaite épargner les familles en ne diffusant pas le reste. »

Certaines sources affirment que la police a saisi 6 minutes d’enregistrement sur le portable de Liberty, d’autres disent que c’est 40 minutes. La photo de l’homme sur le pont, dévoilé auparavant proviendrait très certainement du téléphone de Liberty et non d’une source extérieure ou d’une caméra de sécurité. La photo viendrait donc d’une vidéo. Cependant, on ne sait pas où a été retrouvé le téléphone de Liberty.

Mon avis : Liberty a certainement filmé parce qu’elles se sentaient en insécurité… C’est vraiment effrayant quand on imagine ce moment. Les autorités ne divulguent pas tous les détails moulte raisons, mais l'une d’entre elles et pour éliminer les faux aveux, ce qui arrive inévitablement dans les cas très médiatisés. Si quelqu'un avoue alors qu’il n’est pas coupable, il ne sera pas en mesure de confirmer les détails que le vrai tueur saurait.

Autre détail. Plus tôt, à 14h07, Liberty avait publié une photo de sa copine sur Snapchat. Sur ce cliché, Abigail semble souriante, regarde vers le sol et marche sur le chemin de fer au-dessus de la rivière. Cependant, en arrière-plan, au bout du pont, on observe des formes noires. Des arbres ? Une personne ? Des personnes ? Des Youtubeurs qui se sont rendus sur place affirment qu’il s’agit de végétation.

Mon avis : en fixant bien cette image pendant plusieurs minutes, en regardant d'autres visuels pris par les gens sur ce pont, je pense qu'il s'agit également de végétation. Le suspect semble beaucoup plus gros que cette tige noire au loin à gauche.

D’autres émettent des hypothèses complètement loufoques. Le mec se planquerait derrière un arbre sur la droite de la photo alors que franchement les troncs ne pourraient même pas cacher une fille de 30 kilos !

Vers 17h30, il semblerait que le téléphone de Liberty envoyait encore du signal, soit deux heures après le double homicide. Mais pas d’info sur l’endroit où il émettait. Pourquoi ne parle-t-on toujours que d’un seul téléphone retrouvé ?

Les autorités annoncent une récompense de 41 000 dollars pour les informations menant à une arrestation.

1er mars 2017

La récompense atteint désormais les 200 000 dollars grâce à des dons d’américains et de vedettes sportives. Il va sans dire que c’est l’une des plus grandes chasses à l’homme de ces dernières années.

Revenons sur quelques rumeurs qui circulent en parallèle (merci Distorsion podcast pour les avoir mises en évidence). Je ne reviens pas sur celles que je juge  tirées par les cheveux.

Lors des funérailles, il semblerait que les deux ados portaient des foulards autour du cou, chose inhabituelle chez elles. La gorge aurait été tranchée ?

Des témoins de la scène du crime disent que les corps auraient été disposés d’une façon étrange, comme pour répondre à un culte ou à un rituel satanique. Elles auraient été mutilées et les parties génitales aussi. Le FBI aurait alors rejoint l’enquête justement à cause de ce sordide détail.

Il y aurait deux tueurs : Le couple qui se dispute sous le pont, entendu par un témoin ? Personnellement je n’y crois pas. Il s’agissait certainement d’une des deux ados qui faisait face au meurtrier.

Des infos non communiquées par la police mais vraies (confirmées par les familles) données par un Youtubeur qui a interrogé la famille : le père de Liberty a appelé deux fois sa fille : 15h11 et 15h13, zéro réponse. 15h30, le père arrive sur place pour chercher les filles. A 16h les autres membres débarquent et à 16h20 ils appellent la police.

Entre le moment de la photo d’Abigail à 14h07 sur le pont et le lieu où elles sont retrouvées mortes, il y a 800 mètres, soit au moins 20 minutes de marche pour parcourir le sentier tortueux. A 14h45 personne ne les a vues ou entendues…

Mon avis : deux crimes d’ados sportives en moins de quinze minutes me parait bizarre. Enfin avec une arme on peut contrôler rapidement des gens. Mais tout de même !

Il est temps de se pencher sur les suspects de l’affaire

17 mars 2017

La police d’État d’Indiana, le FBI et les adjoints du shérif du comté de Carroll exercent un mandat de perquisition au domicile de Ron Logan, propriétaire de la propriété de 10 hectares où Abby et Liberty ont été retrouvées. L’homme de 77 ans était en probation pour une condamnation de 2014 en état d’ivresse.

Mais il n’est pas coupable. Son alibi ? Il achetait des poissons tropicaux dans une ville voisine au moment des meurtres. Seul souci ? Il n’a pas le droit de conduire ! Et en plus il aurait été aperçu dans un bar alors qu’il ne devait pas boire. PAS DE CHANCE.

Logan a alors été condamné en avril 2017 à deux ans de prison pour avoir enfreint ces règles. Mais bonne nouvelle (ou pas), l’avocat de Logan a déclaré que le juge avait examiné son cas et accepté de laisser Logan purger le reste de sa peine à son domicile à Delphi.

17 juillet 2017

La police d’État d’Indiana diffuse un portrait-robot noir et blanc d’un homme avec une sorte de barbe. Il semble plus jeune que sur la photo publiée le 15 février (vous savez, le mec sur le pont en jean). Il mesure entre 1m68 et 1m78, et pèse environ 100-110 kilos. Ses cheveux tirent vers le brun, roux et la couleur de ses yeux n’a pas été identifiée.

17 septembre 2017

Les autorités du Colorado arrêtent ENFIN un homme du nom de Daniel Nations âgé de 31 ans, étant considéré comme une «personne d’intérêt» (je ne sais pas pourquoi ils l’avaient à l’œil) dans les meurtres de Delphi. Ils ressemblent un peu au portrait-robot, non ?

Voyons un peu son passé. En septembre 2017, il a été arrêté à Mount Herman, dans le Colorado, pour avoir menacé des randonneurs avec une hachette. Il a plaidé coupable en décembre 2017 et a été condamné à trois ans de probation sous surveillance et à une peine d’emprisonnement s’il enfreignait les conditions de sa probation.

En février 2018, des députés du comté de Johnson, dans l’Indiana, se sont rendus dans le Colorado pour le récupérer et l’envoyer en prison, car il était accusé dans l’Indiana d’avoir omis de s’inscrire comme délinquant sexuel. Ouais aux USA ils ne plaisantent pas, en France à côté on est des petits joueurs (mais bon n’oubliez pas que les américains ne sont pas hyper compétents, ils arrêtent souvent les mauvaises personnes, je vous expliquerai tout cela dans un prochain article).

21 octobre 2017

L’épouse de Daniel Nations admet que ce dernier ressemble au croquis policier du suspect mais ne possède pas les vêtements vus sur la photo.

14 février 2018

Premier anniversaire de cette sombre histoire. L’histoire n’avance guère. Les autorités affirment finalement que Daniel Nations n’est finalement pas un suspect. Il en ressort qu’il était sans abri au moment des meurtres, dans le comté de Morgan, dans l’Indiana.

9 juillet 2018

Petit élan d’espoir. La spéculation selon laquelle un homme arrêté en lien avec une affaire remontant à 30 ans pourrait également être lié aux meurtres de Delphes.

April Tinsley, âgée de 8 ans, avait été enlevée dans son quartier de Fort Wayne, dans l’Indiana, le 1er avril 1988. Son corps a été découvert trois jours plus tard dans un fossé le long d’une route de campagne, mais son assassin a échappé aux autorités pendant des décennies. Le tueur avait laissé de l’ADN sur les sous-vêtements de la petite fille, a provoqué la police et a terrorisé la communauté au fil des ans en laissant des notes menaçantes et des graffitis « j’ai tué April », « je vais encore tué », etc….

Une correspondance de l’ADN a été faite courant juillet 2018. La police n’a pas été en mesure de faire correspondre l’ADN du tueur avant cela. C’est grâce au laboratoire Parabon NanoLabs et ses données de généalogie que la police a mis la main sur le potentiel tueur : John Miller ou son frère. Les détectives ont commencé à localiser la caravane de Miller à Grabill, dans l’Indiana, et ont trouvé de l’ADN de Miller dans des préservatifs usagés dans sa corbeille.

Devinez quoi ? Cet ADN correspondait au meurtrier d’Avril Tinsley.

John Miller, 59 ans est alors arrêté. Il vit à peine deux heures de Delphi. Lors de son procès il plaide coupable du meurtre de la petite April et est condamné à 80 ans de prison.

Lorsqu’on lui a demandé si Miller était un suspect possible, le Sergent. Kim Riley ne ferait aucun commentaire. « Nous avons 1 000 noms, et nous les examinons toujours ».

Pas de lien établi entre l’affaire des deux ados de Delphi et John Miller.

8 janvier 2019

Et bim nouveau rebondissement.

Charles Andrew Eldridge, 46 ans, a été arrêté dans le comté de Randolph, dans l’Indiana, le 8 janvier, à la suite d’une opération d’infiltration pour crimes sexuels. Eldridge a tenu une conversation sexuelle sur les réseaux sociaux avec un détective qui se faisait passer pour une jeune fille de 13 ans. Perso, sa tête me fait vraiment flipper…

Selon ses proches, c’est est un « cinglé qui aime traîner dans les bois » et qui est « très violent ».

Au cours de la couverture médiatique de son arrestation, des habitants de l’Indiana ont remarqué que sa photo  ressemblait à celle de l’assassin présumé de l’assassin d’Abby et Libby et ont inondé d’appels la police.

« Il est important que le public et les médias sachent que de nombreuses dénonciations et arrestations similaires aux personnes soupçonnées d’être liées aux meurtres de Delphi se produisent fréquemment à l’intérieur et à l’extérieur de l’Indiana. Chaque dénonciation – qu’elle reçoive des médias attention ou pas – fait l’objet d’une enquête pour tout lien avec l’affaire Delphi. » explique la police.

10 janvier 2019

C’était trop beau pour être vrai. Selon la police de l’Indiana, rien n’indique jusqu’à présent que Charles Andrew Eldridge ait un lien quelconque avec l’affaire.

Dans un communiqué de presse, la police du comté de Randolph (Indiana) a déclaré: « En dehors qu’il ressemble au croquis, il n’y a actuellement aucune preuve qui le lie à cette affaire et il n’est pas un suspect. Bien que nous comprenions que des personnes tentent d’aider l’enquête, le fait de ne présenter aucune preuve autre qu’une simple apparence, peut également nuire ou entraver une enquête ».

13 février 2019 

À l’occasion des deux ans de la disparition des filles, les autorités ont promis de traîner le responsable en justice.

Nicholas McLeland, le procureur du comté de Carroll, déclare aux journalistes

« Cette affaire n’est pas close. Cette enquête n’est pas terminée. D’innombrables personnes y travaillent chaque jour. Les gens dans les coulisses ne se reposeront pas jusqu’à ce que cette affaire soit résolue. Abby et Liberty méritent ce genre de dévouement, non seulement de ma part, mais de celle toutes les personnes concernées.

Toute personne qui détient des informations est priée d’indiquer, si possible, le nom, la date de naissance ou l’âge approximatif, la description physique, l’adresse, les détails sur le véhicule du suspect, ainsi que les raisons pour lesquelles il estime que cette personne doit être considérée comme un suspect, motif possible et tout lien que cette personne peut avoir avec Delphi. Nous voulons encourager les gens à continuer à appeler avec toutes les informations qu’ils peuvent avoir », a déclaré McLeland. « J’utilise toujours l’adage de « Si tu vois quelque chose, dis quelque chose ».

22 avril 2019

Revirement de situation. La police de l’État d’Indiana publie un nouveau son, une nouvelle vidéo et un nouveau croquis du suspect lorsqu’ils annoncent une « nouvelle direction » pendant une conférence de presse.

Une vidéo inédite tirée du téléphone portable de Liberty montre un homme qui se dirige vers les deux filles. Souvenez-vous de la photo un peu floue publiée le 15 février 2017, il s’agissait donc bien d’une image tirée de cette vidéo. Les autorités publient également davantage de son du téléphone dans lequel un homme leur ordonne apparemment de  «descendre la colline».

Focus sur la vidéo : sa démarche est assez bizarre. Mal de genoux ? Arme cachée qui l'empêche de marcher droit ? Ou bien à cause de la dangerosité du pont et des trous il marche bancalement ? Certains disent qu’à droite ce n’est pas sa main mais le manche d’un couteau de chasse plus long. D’autres imaginent qu’il peut également s’agir d’un pistolet dans sa poche droite d’un étui sous sa veste toujours au même endroit. Personnellement je ne sais pas s’il cache des choses sous ses couches de vêtement, je ne préfère pas fabuler.

Les flics partagent également un nouveau portrait-robot présentant un suspect beaucoup plus jeune que le précédent. Les enquêteurs pensent que le tueur est de Delphi.

Aucun rapport avec l’ancien dessin. Cette fois-ci pas de barbe. Les traits du visage – notamment la forme de son menton, de ses yeux et de son nez – sont également très différents dans le nouveau croquis, mais la police n’a pas expliqué les changements.

Je vous remets le portrait-robot initial.

La Police de l’état d’Indiana déclare qu’elle pense que le meurtrier « se cachait de visu ». Elle déclare rechercher le conducteur d’un véhicule abandonné sur la route du comté près de l’autoroute Hoosier Heartland, le jour de la disparition des filles. Le véhicule était garé dans l’ancien bâtiment des services de la protection sociale à Delphi.

Les enquêteurs croient que le meurtrier vit ou travaille toujours à Delphi, ou qu’il se rend fréquemment dans la ville. Il aurait entre 18 et 40 ans, mais pourrait paraître plus jeune que son âge. La police pense également qu’il a peut-être parlé du crime à quelqu’un.

Le surintendant Doug Carter s’est adressé au meurtrier et a déclaré: « Nous pensons que vous vous cachez sous nos yeux. Pendant plus de deux ans, vous n’aviez jamais pensé que nous allions passer à une autre stratégie d’enquête, mais nous l’avons fait. Nous vous avons probablement interrogé, ou alors un de vos proches. Tu veux savoir ce que nous savons. Un jour, tu le sauras.  »

La récompense pour des informations menant à une arrestation s’élève maintenant à 225 000 dollars.

22 juillet 2019

Des nouvelles toutes fraîches datant de moins de six semaines.

Paul Etter, 55 ans, un homme de l’Indiana, s’est suicidé le 27 juin après avoir été encerclé par des policiers qui voulaient l’arrêter car accusé d’avoir enlevé une femme de 26 ans le 22 juin.

Selon des rapports publiés, la jeune femme s’était garée dans l’allée de Paul Etter, le 22 juin après avoir eu un pneu crevé.

Les autorités ont déclaré que Paul Etter lui avait demandé si elle avait besoin d’aide, mais comme elle ne se sentait pas en sécurité elle a refusé, puis a repris la route. Il l’aurait suivie jusqu’à ce qu’elle soit entrée dans l’allée d’un ami, où il l’a enlevée. Il l’aurait ramenée au domicile de sa famille, où il l’aurait retenue et agressée sexuellement pendant cinq heures avant de la ramener à sa voiture. Il avait échappé à la police lorsque cette dernière avait lancé une fouille massive dans la région. Mais cinq jours plus tard, la police a aperçu Paul Etter conduisant un camion qui aurait été volé et l’a donc arrêté.

Alors qu’il était dans une impasse et que la police était à ses trousses, il s’est tiré deux balles et en est mort. Les autorités ont transmis des informations sur Etter aux enquêteurs du comté de Carroll pour l’affaire des deux filles de Delphi . « Nous avons partagé des informations sur Etter avec eux, mais nous l’avons également fait avec d’autres suspects » déclare, le sergent du shérif du comté de Tippecanoe.

Désormais, nous sommes dans l’attente de nouvelles conclusions ou pistes. Est-il coupable ?

Mon avis

Des preuves ADN ont également été recueillies sur les lieux en 2017 mais il faut garder en tête qu’un long travail d’identification est requis pour aboutir à des pistes sérieuses.

Je pense que le meurtrier a agi seul. Qu’il n’en ait pas à son premier essai. Ce genre d’assassins prédateurs ne commencent pas à 50 ans avec deux victimes aléatoires dans un endroit où les promeneurs peuvent débouler d’un moment à un autre. Je suis certaine qu’il ne s’agit pas d’un jeune homme de 20 ans. Sa voix me fait penser à un individu d’au moins quarante ans.

A mon avis, cet homme avait prévu son coup et fait du repérage. Pire, il connait parfaitement les environs puisqu’il vit ou a vécu (ou a travaillé) à Delphi. Avait-il en tête d’enlever les filles ou de les agresser sur place ? Sur ce genre de scène de crime il est fortement normal de trouver de l’ADN. Est-ce que la Police attend patiemment de faire matcher ces preuves avec un ADN d’un serial killer ?

Dans une émission du Morning Show, il est expliqué que Liberty aurait eu l’occasion de fuir mais a choisi de rester aux côtés d’Abigail par solidarité. Autre point lu sur un forum, la mère d’Abigail, proche des enquêteurs, a dit que sa fille aurait peut-être été blessée avant de mourir.

Je trouve cette histoire complètement horrible et je présente mes condoléances aux deux familles. S’en prendre à deux gamines… Quelle honte !

Je mettrai à jour cet article dès qu’il y aura du nouveau dans cette affaire. A votre avis, que s’est-il passé ?

8 Commentaires

  1. Mélusine
    6 septembre 2019 / 8 h 58 min

    Que de rebondissements dans cette affaire !
    Honnêtement trop de suspects dans cette histoire.difficile de comprendre clairement ce qu’il s’est passé. Des zones d’ombres encore bien présentes. J’espère qu’on trouvera le meurtrier…

    • CamilleG
      Auteur
      7 septembre 2019 / 10 h 09 min

      Hello ma poulette ! Oui c’est vraiment une triste histoire. Encore plus quand les enfants sont des victimes. Je ne comprendrai jamais comment ces pervers en arrivent là… Et comment leur cerveau fonctionne véritablement. J’espère qu’ils finiront par faire matcher l’ADN !

  2. 6 septembre 2019 / 10 h 05 min

    J’aime quand tu fais ce genre d’articles, j’y pensais encore il y a quelques jours que ça faisait longtemps que nous n’en avions pas eu.
    Je pense que ces jeunes filles se sont retrouvés au mauvais endroit au mauvais moment, sur la route d’un détraqué.
    Qu’il est fait du repérage, peut-être sur cette zone, mais pas sur les victimes.

    • CamilleG
      Auteur
      7 septembre 2019 / 10 h 10 min

      Coucou ! Oui c’est vrai que ce sont de gros articles à produire, qu’avec le boulot, mon déménagement, etc… J’ai eu moins le temps de me pencher sur des sujets de la sorte. Mais promis, j’en produirai davantage. Je pense également que les victimes étaient là au mauvais moment.

  3. Seb666
    6 septembre 2019 / 10 h 57 min

    Je ne vois pas de « mystère » mais malheureusement un crime non élucidé et j’ai du mal à comprendre ce qui te fascine la dedans.

    • CamilleG
      Auteur
      6 septembre 2019 / 11 h 48 min

      Mystère car c’est un cas non résolu. Et qu’il y a la présence de photos et de vidéos prises par un téléphone et qu’on ne sait pas que contient d’autre la vidéo.
      Je suis fascinée, depuis tellement de temps, par les crimes, and co.
      Pourquoi ? J’ai dû mal à l’expliquer. C’est ancré en moi depuis toute petite. Mais non, je n’ai JAMAIS tué ou fait du mal à un animal (comme beaucoup de meurtriers jeunes),ni à un humain d’ailleurs.
      Certaines aiment le crochet, moi ce sont les histoires glauques.
      D’autres questions ?

      • Seb666
        6 septembre 2019 / 15 h 49 min

        Tu vas faire un article sur l’affaire Sabine Dumont ?

        • CamilleG
          Auteur
          6 septembre 2019 / 16 h 17 min

          PPFFFFFFF tu notes tous les détails de ma vie ? LOL

Répondre à Mélusine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.