Projet PANAMA, des nouvelles après plusieurs expéditions

Romain, notre aventurier téméraire préféré, revient tout juste d’un quatrième voyage au Panama, toujours dans l’optique de découvrir ce qui a pu réellement arriver à Kris Kremers et Lisanne Froon.

Salut Romain. Il a dû s’en passer des choses en un an et demi… Explique-nous où tu en es dans ce projet ?

Depuis le voyage de 2021, je suis retourné deux autres fois au Panama. Une fois en 2022 pour faire de la reconnaissance et de l’exploration de rivière en saison sèche, et une dernière fois cette année avec de l’équipement d’escalade. Je remercie notamment mes coéquipiers d’ImperfectPlan qui m’ont aidé financièrement lors de ces derniers voyages. Ayant eu l’occasion de prendre des cours d’escalade, je trouvais regrettable de ne pas tenter un dernier voyage alors que j’étais maintenant en capacité de franchir et remonter des obstacles que je pensais infranchissables. De plus, chaque voyage au Panama, c’est aussi l’occasion de creuser et d’améliorer les liens avec la communauté locale. Je suis satisfait du dernier voyage, même si je l’admet, quelques autres expéditions auraient été les bienvenues. Ci-dessous, vous pouvez voir le lieu le plus éloigné que j’ai pu atteindre hors des sentiers.

Je ne peux pas rentrer dans les détails en raison d’une publication que je dois faire sur un autre média que le blog, et en attendant je ne peux pas produire de publications d’analyse. Initialement je devais parler des expéditions de 2022, mais finalement cela concernera celles de 2023. En revanche, je publie de temps en temps des vidéos de drone sur ma chaîne Youtube et vous pouvez les trouver sur le lien suivant : https://www.youtube.com/channel/UC9ru2zH2Ep9f0L38HmLoqmw

Mis à part cela, l’année dernière, j’ai fait une petite intervention dans le podcast “Lost in Panama” produit par Julien Favre, Jeremy Kryt et Mariana Atencio sur Kast Media. Plus exactement, quelques interventions dans l’épisode 3. Si vous parlez anglais, je vous invite à écouter la série sur le lien suivant : https://podcasts.apple.com/us/podcast/lost-in-panama/id1650171879

Est-ce que tes convictions sur ce qui a pu arriver aux filles ont évolué depuis ces nouvelles expéditions ?

J’ai bien sûr un scénario de prédilection depuis 2021, mais chaque expédition a apporté autant de réponses que d’incompréhensions. En réalité, sans le lieu des photos de nuits et de nouveaux ossements, il y a trop de possibilités pour être véritablement conclusif sur ce qui a pu arriver. Le bénéfice ont en revanche permis de beaucoup mieux comprendre cette zone où ont disparu les filles, ainsi que d’apporter de nouvelles pièces au puzzle à cette affaire si complexe. En outre, trouver le lieu des photos ayant été mon objectif principal, j’ai pu observer différents reliefs qui ont permis de me donner une meilleure idée de ce qu’est ce lieu.

Ton meilleur souvenir dans la jungle ? Et le pire ?

En termes de bons souvenirs, je dirais toutes les soirées passées au camp à écouter les histoires de cet endroit. Bien qu’en 2022 j’ai passé toutes mes nuits seul en jungle, j’ai réalisé mes expéditions de 2023 en collaboration avec un indigène. Mine de rien, cette zone a beaucoup d’histoires étranges et de superstitions. De nuit, j’ai pu être témoin de quelques phénomènes mais j’en parlerai dans d’autres articles car je trouve qu’ils sont pertinents dans le cadre de l’analyse du comportement de Kris et Lisanne. J’ai aussi aimé apprendre à connaître la vie des habitants de cette zone, leurs anecdotes et l’histoire du lieu. Autant intéressant du point de vue de l’affaire que d’un point de vue culturel. Toutefois, si je devais désigner un meilleur souvenir, je dirais toutes les fois où je me rendais à un endroit inexploré qui n’avait probablement jamais été foulé par l’homme. A chaque fois que je me trouvais à la base d’une gigantesque cascade, je criais “Los primeros” en rigolant pour marquer la satisfaction d’avoir atteint un endroit nouveau et inconnu.

Pour le pire souvenir ?

Les expéditions ont été dures physiquement avec des journées qui duraient souvent plus de huit heures. Le froid, l’humidité et la boue qui rendaient les nuits souvent très inconfortables. Une nuit, je me suis réveillé avec la pluie sur mon visage. J’avais mal attaché ma bâche et celle-ci s’était effondrée sous le poids de l’eau qui s’était accumulée. Lampe à la main, je voyais d’abord la canopée au-dessus de ma tête. Autour de moi, la nature était vivante. Entre tous les bruits que je pouvais entendre, la confusion régnait. Je me demandais d’abord si je n’étais pas victime d’un acte hostile. Le temps de reprendre mes esprits et de comprendre l’absurdité de la situation, je me rendais bien compte que ma bâche s’était effondrée à cause du poids de l’eau de pluie qui s’était accumulée. En vitesse, j’ai pu la rattacher mais il était trop tard pour éviter les dégâts. Mon hamac était en partie trempé, et j’ai dû attendre le reste de la nuit sans dormir avant de pouvoir enfin quitter le froid de mon hamac.

Le matin suivant, la pluie était battante et je devais descendre une falaise. Moral au plus bas, je pensais même couper court à l’expédition. Heureusement, avec l’indigène qui m’accompagnait, nous sommes tombés par chance sur une roche faisant abris avec du bois sec ! Nous avons pu ainsi faire un feu en attendant que la pluie s’arrête. Le feu m’avait énormément remonté le moral. Le soir même, j’ai pu sécher mon hamac et mon sac de couchage pour enfin pouvoir dormir. Un hamac et un sac de couchage mouillés pourrait sembler anodin pour certains, mais si le problème n’est pas réglé, c’est une expédition qui devient rapidement horrible. Impossible de dormir dans l’humidité et le froid. Une nuit sans dormir, ce n’est pas vraiment problématique. En revanche, si vous avez encore cinq nuits à passer en jungle, vous allez vite perdre la tête.

Quels sont tes projets à venir en lien avec cette affaire ?

Je vais être assez honnête, je ne prévois plus de retourner au Panama pour faire d’autres expéditions. Du moins, si ce sont des projets autofinancés. Après toutes ces expéditions, mon coût financier/gains n’est plus suffisant pour justifier de nouveaux voyages. Depuis 2021 (sans compter le voyage de 2019), j’ai facilement dépensé plus de 18 000 euros. Au prix de nombreux sacrifices, mais au regard de tout ce que j’ai pu gagner en termes de connaissances et d’expériences, je ne regrette absolument rien ! Ce projet à marqué la première moitié de ma vingtaine et je retiens une expérience de vie que je n’oublierai jamais. Toutes les rencontres, qu’elles soient directement liées à l’affaire ou non, ainsi que le travail accompli, sont des expériences inestimables. Toutefois il y a toujours du travail à faire à distance et je maintiens mes contacts sur place afin de continuer d’avancer sur l’affaire. 

Et la fameuse question que les lecteurs se posent tous : à quand de nouveaux articles sur tes expéditions ?

Comme mentionné plus haut, je dois d’abord publier un article sur un autre média avant de pouvoir publier sur les blogs ou sur Youtube. S’il n’y a aucun souci, cela aura lieu cette année. Après cela, je publierai à la fois sur le blog de Camille mais aussi sur celui d’ImperfectPlan. Je publierai également davantage de vidéos Youtube.

34 Commentaires

  1. Charles L.
    10 juin 2023 / 0 h 34 min

    Ok, l’enquête en cours était celle de « Romain ». Et non de la « Police panaméenne ». Mea Culpa. Les Anglo-Saxon auraient donc la primauté selon les dires de l’article. Pourtant c’est encore une fois un Français que l’on voit encordé au bord de la paroi d’une montagne équatoriale. Nous qui sommes maître de la première thalassocratie, cela n’a rien d’étonnant. Le Perfide Albion est donc en réponse, fidèle à lui même.

    Plaisanterie à part, j’ai été surpris de constater que « I.P », ne prenait pas en compte l’effroyable lessiveuse riche en calcaire, que serait la rivière incriminée, pour expliquer les os nettoyés de leur chair et plus encore. Le calcaire est en effet, particulièrement abrasif.

    • CamilleG
      Auteur
      10 juin 2023 / 21 h 57 min

      Facile de critiquer : typiquement français !

  2. Charles L.
    13 juin 2023 / 23 h 34 min

    Pas spécialement, tout le monde aime bien dénigrer son « rival », c’est humain. Les Anglo-Saxon ne s’en privent pas nous concernant. Mais effectivement je sais apprécier, à leur juste valeur, les études de cas françaises sur des critères ethniques (dont sont également friands les américains). Ainsi gardez à l’esprit que :

    1. Les tueurs en série sont entre 73 et 84 % de type caucasien. (J.L. Senninger, E. Hiegel et J.P. Kahn, Le Tueur en série, Ann Méd Psychol, 2004)

    2. Selon les plus sceptiques, il s’agirait d’un double crime sexuel. Soyons clairs, ces profils ne s’arrêtent pas. Ils agissent par pulsions et sont très rarement organisés. Ils pensent éventuellement au « comment », avec une certaine acuité, puis cela s’arrête là dans la très grande majorité des cas. Les rares exceptions sont très longuement documentées (Affaires Dutroux – Natascha Kampusch – Jaycee Dugard etc… ) tant elles sont hors norme.

    3. Dans les pays du tiers monde, là où l’efficacité policière est « relative », les criminels ne mettent pas en scène des meurtres à la manière d’une série niais-tflix. Le cadavre est le plus souvent laissé sur place ou vite enterré.

    Maintenant, si vous prenez en compte ne serait-ce que ces trois éléments, quelle est la probabilité pour que cela ait été autre chose qu’un accident ? Assez faible il me semble.

    Le contre rendu d’expertise du légiste, je l’ai lu, et ce n’est vraiment pas du niveau de ce que l’on pourrait attendre d’une expertise française. Quid des diatomées se nourrissant des détritus organiques et qui ne sont PAS des animaux mais des organismes unicellulaires ? Du caractère abrasif de la « rivière du serpent », riche en calcaire, comme le laissent suggérer les nombreuses roches qui parsèment son torrent d’eau? Des crues abondantes de cette région équatoriale pour expliquer le déplacement d’ossements sur plusieurs kilomètres ?

    Beaucoup de gens ont cherché le sensationnel en mettant de côté les faits et rien que les faits. Un certain nombre de commentaires You-teube me rappellent les mégères du village, qui au lieu d’apaiser la douleur des parents, l’attisent, en se signant de la main droite.

    Ceci étant, Camille, j’ai vu que tu étais resté plutôt neutre dans l’ensemble, ce qui est tout à ton honneur. Personnellement, après l’expertise néerlandaise, je serais allé sur place avec la principale idée de déterminer les causes exactes de l’accident. Voilà…

    • Charles L.
      13 juin 2023 / 23 h 40 min

      *compte rendu

    • Adrien
      22 août 2023 / 11 h 11 min

      Un accident ? Donc les 2 se tuent en même temps ? Sans avoir le temps de laisser un message d’adieu ?
      C’est aussi mettre de côté le journal d’appel complètement déconnecté de la réalité. Tu es paumé en pleine jungle, tu spammes le numéro des secours.

      • StephaneR
        3 septembre 2023 / 14 h 16 min

        Non, se blessent suffisamment pour avoir une mobilité très réduite. Sans nourritures, ni soins, le temps fait le reste, malheureusement très rapidement dans ce genre d’environnement. Pas obligé que ce soit les deux en meme temps d’ailleurs.

        La grande question est, où se sont elles réfugiées?

        Près du sentier à la vue des passants? Pas possible, Les locaux les auraient vu. Il y a beaucoup de passages à priori.

        Loin du sentier? Mais pourquoi loin dans ce cas?

        Une agression stupide mais sérieuse qui les a effrayé? Fuite dans la jungle dés les premiers jours?

        L’idée de trouver un raccourci dans la panique de la nuit tombante ou d’un accident malgré l’énorme danger que cela représente?

        Beaucoup trop de questions et de scénarios possibles.

        Faut pas oublier également que le manque de nourriture, de sucre, d’eau (potable), la fatigue (qui peut être extrême), entraine rapidement une grande confusion, voir l’incapacité de réfléchir correctement. Faut pas s’étonner de voir des décisions « deconnectées de la réalité ».

        • Nicolas
          4 septembre 2023 / 12 h 10 min

          Le « très rapidement » ne colle alors pas avec la photo de la chevelure de Kris le 8 avril…
          En 7 jours, j’ai du mal à croire qu’aucune des 2 n’ait pas un instant de lucidité pour laisser un quelconque message d’adieu (via un smartphone ou l’appareil photo).

          • StephaneR
            4 septembre 2023 / 18 h 25 min

            « Très rapidement », je pensais, « quelques jours », si les blessures ne sont pas trop graves.

            Pour les messages, il est possible qu’elles n’aient pas eu cela en tête au bon moment. Je veux dire, avec les appareils pleinement opérationnels. En se mettant à leur place, ça peut être compréhensible. Faut perdre tout espoir pour faire ça. A mon humble avis.

            Mais oui, il y a beaucoup de zones d’ombre. Notamment la chevelure de Kriss très propre. C’est plutôt (très) étonnant et pas compatible avec une difficile survie en pleine jungle.

          • Charles L.
            9 septembre 2023 / 0 h 32 min

            Le résultat de Niaistlix et Youteube sur les plus jeunes est absolument catastrophique. La réalité n’est que rarement romantique. Lisez un peu, vraiment.

            Les deux filles ont, selon les légistes néerlandais, chuté de plusieurs dizaines de mètres avant de se retrouver coincées entre la rivière et la falaise. C’est à dire multi-fracturées et sans vivre. Il est fort à parier qu’elles ont passé les jours suivant entre l’inconscience, le faible état de conscience, et le delirium. Et nous parlons ici de très jeunes femmes, absolument déterminées à vivre.

            • Charles L.
              9 septembre 2023 / 0 h 35 min

              « Niaistflix »

              Au temps pour moi.

            • NICOLAS
              14 septembre 2023 / 15 h 17 min

              Ah d’accord, ça explique donc la chevelure impeccable de Kris, 7 jours après une chute terrible !!! Tu sembles être un bon toi…

            • Charles dit "Le Bon"
              15 septembre 2023 / 2 h 05 min

              En ce qui concerne la chevelure prétendument « impeccable », je laisse Camille en juger. Mais j’en doute fortement.

  3. tataONE
    19 juillet 2023 / 11 h 09 min

    Bonjour. Je voudrais remercier Romain, pour sa persévérance, dans ce projet, et Camille, qui m’a permis de découvrir cette triste affaire, sur son blog. Je crois que je suis cette affaire depuis 2019.
    Romain: je suppose que vous avez fait également, l’itinéraire « inverse », en partant du lieu de découverte des affaires?
    Il me semble, qu’il y a « l’incident », dans la jungle (quelque soit la nature de ce qui est arrivé) ET la découverte des affaires des filles.
    En tant que femme, ce qui m’intrigue, ce sont les deux soutiens-gorge, trouvés bien rangés, en bon état (en apparence, d’après les photos sur le NET).
    En général, on retire ce genre d’attirail, pour aller se baigner par exemple, occasion qui n’a pas été planifiée (sinon, on prend son maillot de bain!). Et tant qu’à faire, si on veut se laver, se rafraîchir, et qu’on est seule ou entre personnes dignes de confiance, on enlève tout.
    Et donc, si on enlève tout, on met le tout, dans le sac. Oui mais, pas de slip, culotte, retrouvés (d’après ce que l’on sait). Et puis, pourquoi prendre son passeport? Sachant, que le taux d’humidité de la jungle est important? Pourquoi ne pas les avoir laissés, dans un endroit sûr (au propre, sec..), comme leur chambre? J’ai beaucoup voyagé seule, et jamais, je n’aurai pris mes papiers d’origine, sauf si je prévoyais une sortie longue, avec nuit sur place. Il me semble évident que l’épisode du sac et des affaires, est une mise en scène. Les objets miraculeusement trouvés, sont également des objets « tellement » évidents. (le short bien visible sur les photos, les soutifs, les papiers, les appareils électroniques..) Pfff! Et peut-être même, qu’on leur a volé les affaires, avant même qu’elles ne soient décédées. Et là, c’est une autre chanson: non assistance à personnes en danger, abus sur personnes affaiblies etc…On ressort les affaires, au moment opportun, quelques temps après les recherches, de manière à ancrer l’idée qu’elles se sont perdues, point barre, circulez, il n’y à rien à voir!
    Ce que je veux dire, c’est que sans recherche des ADN inconnus, retrouvés sur les affaires, hé bien, rien ne se résoudra de manière totalement claire, sans équivoque.
    Savez-vous si, finalement, cette recherche d’identification des ADN « inconnus » a pu être faîte?
    L’affaire est-elle définitivement classée au Panama? En Hollande?
    La question de la survie des filles, dans un environnement aussi hostile, sans avoir des connaissances particulières en matière de survie (aucun article ne mentionne, si une des filles, a de quelconques compétences dans ce domaine), est également CRUCIALE. Si elles ont trouvé un point d’eau, si elles ont bien fini leur courte vie, auprès de la rivière, ok, sinon, ce n’est pas la peine de discuter. Je suppose que vous avez approfondi ce point avec Yann…(eau + nourriture )
    Il peut très bien avoir eu décès (par chute, égarement, épuisement par manque d’eau, de nourriture) ET Vol des affaires, ou bien mise en scène du sac pour faire croire à un décès « naturel ». Quoi qu’il en soit, ce qu’on l’on nous donne à voir, (découverte du sac + short), semble fabriqué. Et c’est bien regrettable pour la mémoire des jeunes femmes et leur famille…
    Ps: J’ai hâte de lire la suite de vos articles, Romain. Et encore bravo.

    • Nicolas
      4 septembre 2023 / 12 h 28 min

      Le coup des passeports ne me choque pas.
      Normalement il faut toujours l’avoir avec toi (ou une photocopie). Un vol dans les chambres est tout à fait possible, elles sont chez l’habitant…
      Le coup des soutifs est très bizarre oui. Pourquoi les retirer si ce n’est pour se baigner ? Et est-ce bien une attitude « plausible » de faire ça dans la jungle où il y a pas mal de locaux qui pourraient vous surprendre ? Romain ayant toujours croisé du monde lors des randos. Elles ne semblent pas « extraverties » à ce point.

      A mon sens, on ne parle pas assez de la fameuse photo de la baignade (pool photo)où elles pourraient être avec 3 jeunes locaux.

  4. marie stan
    6 août 2023 / 12 h 09 min

    Les filles ont elles pu prendre du papier toilette utile par hygiène lorsque l’on randonne…je ne crois pas qu’elles aient compté sur les feuilles le long du sentier

    • Nicolas
      4 septembre 2023 / 12 h 18 min

      Au vu de la durée de la randonnée initiale prévue et de « l’équipement » emporté, je ne pense pas.

  5. Geert Sassen
    11 août 2023 / 3 h 46 min

    Romain thanks a lot for the huge effort you put into solving this case!

  6. Adrien
    22 août 2023 / 11 h 04 min

    Cette disparition continuera longtemps à m’interroger.
    Ce qui me laisse perplexe :
    – Le plus plausible : l’égarement dans la jungle
    MAIS :
    pourquoi personne ne les a croisé ?
    et surtout pourquoi pas une vidéo d’adieu lorsque leurs forces les ont abandonné sur le tel ou l’appareil photo ?

    – l’acte malveillant :
    le gros MAIS :
    Je trouve quand même tordu le coup des faux appels aux secours

    • Md
      23 août 2023 / 1 h 52 min

      L’idée est que les jeunes femmes sont tombées, par exemple suite à une attaque d’insectes ou d’un chien agressif ou d’une vache folle, peu après la photo 508, soit en remontant vers le Mirador (il y a un ravin remarquable à une dizaine de minutes vers le sud) ou en montant au nord vers le premier petit paddock (où il y a aussi plusieurs ravins). Elles auraient glissé dans une quebrada (la « quebrada 508 » ou « rivière 1 » ou un des ses affluents) d’où il était impossible de remonter, notamment à cause de chutes d’eau et de rochers nécessitant du matériel d’alpinisme.

      Néanmoins, il peut sembler étrange que le lieu de cette chute n’ait pas encore été trouvé neuf ans plus tard, alors qu’il ne semble pas y avoir 36 possibilités.

      • Nicolas
        4 septembre 2023 / 12 h 15 min

        Ok, très plausible en effet mais je ne comprends toujours pas le pourquoi de l’absence de message d’adieu dans un intervalle de 7 jours (photo de la chevelure le 8 où on peut supposer que Kris est vivante) où tu sens tes forces t’abandonner et que tu as compris qu’il n’y a aucune issue…

        • MD
          6 septembre 2023 / 14 h 19 min

          Si elles étaient près du lieu de la dernière photo de jour, elles ont sans doute espéré être trouvées, puisqu’elles ont croisé des gens sur le sentier et qu’il y a des maisons à une heure et demie à pied.

          De plus, si l’hélicoptère n’a cherché que du côté sud de la montagne, le versant de Boquete, elles pouvaient certainement l’entendre, voire l’apercevoir.

          • NICOLAS
            14 septembre 2023 / 15 h 18 min

            Oui d’accord mais lorsque tes dernières forces t’abandonnent, tu fais ce message d’adieu, non ?

  7. Jerry
    10 septembre 2023 / 12 h 16 min

    @Nicolas  » je ne comprends toujours pas le pourquoi de l’absence de message d’adieu dans un intervalle de 7 jours… »
    Pour laisser un message d’adieu, il faut avoir conscience que l’on ne reviendra pas, ce qui est parfois difficile à admettre. Dans certains cas désespérés des messages d’adieu sont laissés, parfois même dès le premier jour.
    C’est le cas par exemple de Claire Nelson qui part faire une randonnée sans prévenir personne, glisse d’un rocher, se fracture le bassin, ne peut plus bouger, les températures sont de 40°… Elle se filme. Pour elle, cela se finit bien puisqu’elle sera retrouvée 4 jours plus tard, en vie.
    Les données téléphoniques semblent montrer le souci d’économie des batteries puisque les 2 téléphones sont éteints en fin d’après-midi, le 1er avril. Des appels aux urgences seront retentés par la suite. Tourner une vidéo à ce moment là serait baisser les bras, elles sont deux… Cela diminuerait la batterie. Au moment de l’extinction du portable de Lisanne le 1er avril, il lui reste 19% de batterie. Kris avait 42% de batterie. Elles sont dans l’économie de batterie. Quant à l’appareil photo, rangé dans le sac, il est possible qu’elles n’y pensent pas, tournées vers la manière de se sortir de cette jungle, de prévenir l’extérieur… Quand elles considèrent l’appareil photo, peut-être le voient-elles avec le même souci d’économie. Peut-être songent-elles à la possibilité d’utiliser le flash de nuit pour indiquer leur présence. Les photos de nuit ont la caractéristique d’appels à l’aide, l’appareil étant tourné vers le ciel, sans sujets devant l’objectif… L’idée qui prime est celle d’avoir entendu les secours qui campaient cette nuit là et d’avoir essayé de les prévenir via les flashs dans la nuit. Mais il est aussi possible, au vu du nombre de flashs réalisés d’affiler, que cela soit signe de désespoir. Peut-être que l’une des filles n’est plus cette nuit là et que dans le désespoir, l’autre s’empare de l’appareil et lance son dernier espoir.
    Par ailleurs, rien ne dit que les filles n’aient pas laissé de dernier message mais que celui-ci n’ait pas été trouvé, gravé sur l’écorce d’un arbre par exemple… Que le contenu du sac soit déjà un message… Les soutiens gorges, les téléphones, l’appareil photo, la carte de Lisanne… Il existe diverses manières de faire passer un message. Jeter un sac à l’eau avec du contenu permettant d’identifier les propriétaires et de déterminer leur fin. Quel message veut-on laisser ? Les vidéos de Claire Nelson sont disponibles en ligne, on peut la voir détailler son calvaire. Ce sont des images insoutenables pour une famille qui recevrait une telle vidéo, voir l’état de leur fille, la voir souffrir sur tous ces jours, la voir paniquer, s’affoler, avoir des hallucinations… Dans le cas de Kris et Lisanne, la famille sait aujourd’hui ce qu’il fut de ces derniers moments, même si des zones d’ombre persistent sur l’enchainement des événements… Ils ont reçu les dernières images de leurs filles, souriantes… Elles savent que leurs filles n’ont pas été seules, qu’elles se sont soutenues dans cette jungle.

    Pour ce qui est du pourquoi les soutiens gorges dans le sac à dos ? La jungle est un environnement très humide (80%). Dans ces conditions il est difficile de porter des vêtements serrés qui frottent le corps car cela endommage la peau et il est impossible alors à celle-ci de cicatriser. Sur les photos on les voit les porter. Le fait de retrouver les deux soutiens gorges pourrait être un indice du fait que les filles aient été en bonne condition au moment de ce retrait, toutes les deux. Car si l’une avait un accident grave, difficile d’imaginer retirer le soutien gorge, d’autant plus si incapacité de bouger ce qui n’entrainerait plus de friction sur le corps. Le fait que les deux soient retirés pousseraient sur l’hypothèse qu’une des filles se plaigne de la gêne occasionnée, de démangeaisons, l’autre prenant également la décision de retirer le sien en prévision… Est-ce que cette gêne pourrait intervenir l’après midi du 1er avril ? Peut-être que Romain pourrait avoir une idée sur cela de par son expérience, ayant affronté lui-même cette humidité.

  8. NICOLAS
    14 septembre 2023 / 15 h 25 min

    Merci Jerry, vos explications sur les soutiens-gorges sont clairement plausibles, oui !
    Sauf erreur de ma part, on ne connaît pas l’évolution de la batterie de l’appareil photo entre le 1 et le 8 avril.
    Je ne suis pas psychologue mais pour ma part en tout cas, je pense que j’aurai fait une courte vidéo avec celui-ci (le 8 ?) pour dire au revoir la famille, je vous aime, blabla… Tu ne touches donc pas aux batteries des téléphones. Au pire si tu es retrouvé, tu l’effaces et voilà (quid de Claire Nelson d’ailleurs qui a voulu la publier ?!)

    • Charles L.
      19 septembre 2023 / 2 h 36 min

      « Au pire si tu es retrouvé, tu l’effaces et voilà  »

      Et « Au mieux si tu es retrouvé  » qu’est ce que tu fais exactement ? Je veux dire : précisément ?

  9. Jerry
    15 septembre 2023 / 2 h 19 min

    L’évolution de la batterie entre le 1er et le 8 avril, non, car la batterie est utilisée aussi bien à la prise d’une photo dont nous avons les éléments mais également à la lecture, au visionnage des photos, informations que nous n’avons pas. Peut-être que les filles au milieu de cette jungle, de nuit, avec tous les bruits alentour ont ressenti le besoin de visionner ces images pour se rassurer. Une source lumineuse au milieu de la nuit.
    Ce que l’on sait c’est que l’appareil photo n’avait probablement plus de batterie à la fin de la série des photos de nuit, raison probable pour laquelle les photos sont plus espacées sur la fin. Au début des photos de nuit, les photos sont prises en moyenne environ toutes les 10-15 secondes, le temps que le flash se recharge, ce qui signifie que la personne qui appuie sur l’appareil, appuie en continu, tente désespérément de déclencher le flash, et cela durant une trentaine de minutes… Puis cela s’espace, mais il n’y a pas d’abandon. Plusieurs minutes d’espacement, puis on arrive sur les dernières photos :
    – Photo 605, 9 minutes 05 secondes après la 604
    – Photo 606, 23 minutes 19 secondes après la 605
    – Photo 607, 16 secondes après la 606 <= On voit ici que les 23 minutes de repos précédentes ont permis de déclencher deux photos d'affilées, ce qui tend à montrer que la personne qui appuie continue d'insister dans ses appels en maintenant son doigt appuyé
    – Photo 608, 12 minutes 56 secondes après la précédente
    – Et la dernière photo la 609, 48 minutes et 12 secondes <= la batterie semble avoir été au bout de ses limites

    Une personne d'Imperfectplan que Romain doit connaître avait fait des tests avec le même appareil et était arrivé à la conclusion en retirant les photos de jour, que si l'appareil avait été chargé à 100% de sa batterie, celui-ci aurait pu faire 331 photos en utilisation du flash, là où de nuit elles n'en font qu'une centaine. Donc au début de la série des photos de nuit, l'appareil devrait être au dessous des 30% de batterie. L'est-il depuis le 1er avril ? Cela, à moins que ça n'apparaisse dans les exif des photos, on ne peut pas en être sûr.

    Pour ce qui est de faire une vidéo le 8, le problème est qu'à ce moment là il fait nuit, si le flash se lance pour les photos il ne l'est pas pour la vidéo.
    Tout le monde réagit différemment dans ces conditions (l'angoisse de s'être perdues, la peur de l'environnement, la fatigue, l'affaiblissement des corps, l'affaiblissement de l'esprit, la faim, les hallucinations, les maux de tête, l'humidité, etc. et peut-être les blessures…), les idées ne sont plus claires et l'instinct de survie prend le dessus, on pense à soi avant de penser aux autres. Le cas de Claire Nelson est intéressant parce que dans son cas elle est complètement immobilisée et ne peut donc pas s'activer à d'autres choses. Bien sûr elle va agir pour sa survie, mais si les filles sont perdues elles peuvent dépenser leurs énergies à trouver un chemin, chercher de quoi se nourrir, etc. ce qui les empêche de penser à d'autres choses. Et laisser un message d'adieu, c'est "accepter" que l'on va mourir, inconsciemment c'est difficile d'autant plus quand on est deux. C'est un coup au moral.
    Pour Claire Nelson on en voit des extraits sur YouTube, elles ont été reprises dans les médias. Il n'est pas sûr que ce soit de son plein gré. Mais l'histoire se finissant bien, la perception est autre pour la famille. L'impact serait différent si l'histoire avait mal finie. Là il s'agit d'un témoignage, une sorte de journal, d'une personne blessée, immobile en plein désert, sous 40°, sur le point de mourir… J'ai vu qu'elle avait publié un livre sur son expérience. Derrière cette vidéo il y avait l'idée qu'elle puisse être retrouvée, mais trop tard, puisqu'elle était tombée mais dans une zone fréquentée de temps en temps. Pour les filles, pas sûr qu'elles aient pensé qu'elles puissent être retrouvées si elles se sont perdues, n'ayant prévenu personne de leur randonnée. Elles devaient se dire, on est perdues ici, personne ne sait que l'on est là, on a prévenu personne, nos téléphones ne passent pas, personne ne va nous chercher ici, et si personne nous cherche, personne nous trouvera…

  10. Anonyme
    30 octobre 2023 / 17 h 55 min

    Bonjour Romain
    J’ai découvert cette affaire depuis une semaine et j’avoue qu’elle m’obsède car très mystérieuse et même flippante.
    Et bravo pour ton boulot et ton courage pour cette affaire.
    Je voulais te demander une chose: tu as dit qu’il était presque impossible de se perdre après la pointe de el mirador du moins pendant 1h30 car chemin linéaire et étroit. Donc les secours auront dû les retrouver pendant les recherches.
    Donc tu affirmes qu’après ces 1h30 de marche, on peut facilement se tromper de chemin et se perdre?
    Et j’aimerais te demander si tu sais combien de temps après le mirador tu arrives à destination? D’ailleurs par où tu arrives?
    Malgré tout je penche plus vers la piste criminelle pour plusieurs raisons mais ce n’est pas une conviction forte:
    -le sac à dos qui reste sec et en excellent état
    -les ossements. etc..
    Paix à leurs âmes Kris et Lisanne
    Je te remercie

    • Serge
      15 novembre 2023 / 2 h 31 min

      Le sac à dos n’était pas en « excellent état », les ossements n’ont rien d’anormal.

      Les secours n’ont que peu cherché derrière le Mirador à cause des témoignages qui situaient les filles plus tard à proximité du restaurant sicilien.

      Les photos de nuit semblent correspondre à la recherche nocturne d’une équipe de secours. Malheureusement, cette tentative de se signaler n’a pas été fructueuse.

  11. Fred
    2 décembre 2023 / 18 h 01 min

    Bonjour Romain, tu dis avoir été témoin de « phénomènes » la nuit dans la jungle, pourrais-tu développer ce point s’il te plaît ?

    Ensuite tu parles d’histoires étranges (et de superstitions) dans la région, tu penses qu’il pourrait y avoir un lien avec la disparition des filles ?

    Merci !

  12. Aurelie
    11 janvier 2024 / 20 h 18 min

    Bonjour
    Pas de nouvelles publications de Romain ? J’ai cherché trace d’autres articles sur le web et j’ai rien trouvé.
    Merci du retour

    • CamilleG
      Auteur
      15 janvier 2024 / 19 h 28 min

      Bonjour Aurélie, bientôt 🙂

  13. NICOLAS
    7 février 2024 / 10 h 56 min

    Plus de nouvelles sur le sujet ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.