Tout quitter et partir vivre à Miami

Enfin un témoignage qui nous sort de la tendance « je quitte mon CDI pour m’installer dans le Larzac et élever des chèvres ». Non pas que je n’apprécie pas ce mammifère herbivore mais j’avoue préférer les paillettes au foin.

Dans cet article, je vous emmène outre Atlantique, au soleil, en Floride. S’installer à Miami, c’est le projet fou mais finalement réalisable qu’a entrepris Clémence. Intriguée par son histoire, j’ai trouvé sympa de vous présenter le portrait de cette jeune française expatriée aux Etats-Unis.

Bonjour Clémence, merci de prendre le temps de parler de ton aventure ! Je suis certaine que tu vas nous donner l’eau à la bouche et nous donner l’envie de voyager.

Avant toute chose, peux-tu te présenter, qui es-tu, que fais-tu dans la vie (quel a été ton parcours scolaire mais également professionnel), quelles sont tes passions ?

Je m’appelle Clémence, j’ai 27 ans je suis web designer et graphiste et j’habite à Miami depuis maintenant 4 ans. J’ai grandi à la montagne, en station de ski (oui je sais très différent de Miami) et j’ai fais mes étude à Lyon puis à Paris. Je suis diplômée d’un Bachelor Communication visuelle option multimédia et j’ai suivi une formation Master stratégie de communication par l’image. J’adore le ski et la plongée, voyager, la photo et je suis FAN de pâtisserie (aussi bien en faire qu’en manger :D).

Pourquoi avoir choisi les USA pour déménager et plus particulièrement la ville de Miami (ici les français ne jurent que par Los Angeles ou New York city) ? Tu t’y étais déjà rendue lors de tes vacances ?

En toute honnêteté, je n’ai pas vraiment choisi mais c’est le boulot qui m’a choisi haha. À la fin de mes études j’étais à la recherche d’un job en Europe (Angleterre, Suisse, Belgique…) mais je ne trouvais rien qui me correspondait. Un jour j’ai reçu un email d’une personne de mon ancienne école avec une offre de stage pour Miami. Je me suis dit “je ne perds rien à envoyer un CV et mon portfolio donc let’s go”! Quelques jours après j’ai reçu un coup de téléphone, et il s’avère que c’était une agence de placement de stagiaire qui me rappelait par rapport à ma candidature. Ils m’ont dit qu’ils avaient plusieurs offres qui correspondaient à mon profil et j’ai décidé de tenter le truc ! J’ai eu 3 entretiens avec 3 compagnies différentes et ça a collé directement avec 1 des compagnie. À partir de là, je me suis lancée dans la paperasse…

Comment fait-on pour obtenir un visa ? Quelle est ton retour d’expérience à sujet ? C’est long, compliqué sur le plan administratif ? Dis-nous tout.

Et là, j’ai découvert un univers inconnu : les visas américains ! Une chose totalement inconnue au bataillon jusque là. Mais heureusement l’agence de placement est là pour t’aider dans les démarches (Dieu merci). C’est pas mal de papiers à remplir, de choses à payer (of course) et ensuite des rendez-vous à l’ambassade pour qu’ils te donnent la réponse (coucou l’angoisse).

Dans mon cas ça a été super rapide. J’ai du commencer les démarches de papiers vers mi / fin janvier et j’étais dans l’avion direction Miami le 6 mars. Du coup ça a été un peu la course ! Faire ses cartons (et du tri par la même occasion), rendre l’appartement, faire tous les examens médicaux que tu as repoussés pendants des mois (ophtalmo et compagnie), faire le tour des pharmacies et dévaliser leur stock de Doliprane, Efferalgan et tout le reste, voir tous tes potes et touts les membres de ta famille pour faire un bisou avant de partir… En toute honnêteté ça a été (un peu) l’enfer, il y avait tellement de choses à faire que j’en avais la nausée… Mais j’ai réussi à tout terminer et enfin le 6 mars j’étais assise dans un A380 direction le soleil de la Floride !

Tu es partie seule ? Comment as-tu trouvé ton logement ? Et as-tu réussi à trouver du travail facilement ?

Yes je suis partie toute seule avec mes 2 valises ! J’étais à la fois excitée et stressée. Je n’avais absolument aucune idée de ce qui m’attendais, je n’étais jamais allée à Miami (je ne connaissais que le Miami des Experts Miami et des reportages de Capital ou 66 minutes qui soyons honnête te laisse un peu perplexe…). En arrivant j’avais booké un Airbnb pendant 1 semaine il me semble, pour me laisser le temps de visiter et trouver un appart.

J’ai eu un peu de mal à trouvé parce que je ne savais pas trop par où commencer. Et me je suis finalement retrouvée chez une amie de mon boss qui a bien voulu me louer la chambre dispo dans sa maison. Et c’était TOPISSIME ! Maison au bord de l’eau, jacuzzi dans le jardin, canoë… le rêve ! J’y ai passé 5 mois environ (oui j’ai kiffé) avant de me chercher un appart à moi et pour ça j’ai pris un agent immobilier (qui contrairement à la France est gratuit et fait tout le boulot pour toi) et j’ai trouvé un 1 bed / 1 bath sur North Beach (le nord de l’ile de Miami Beach) à 2 rues de la plage donc en un mot PAR-FAIT. Aujourd’hui je vis sur South Beach à 5 minutes à pieds de la plage, je vais au boulot à pieds, pareil pour les courses… C’est vraiment super !

En ce qui concerne le travail, j’en avais déjà un en arrivant et dans tous les cas tu ne peux pas venir vivre aux USA si tu n’as pas de visa. C’est indispensable. Même pour venir en vacances tu as besoin d’un visa, l’ESTA.

Puisque l’on parle du boulot, quel a été le plus beau projet auquel tu as participé ?

J’ai la chance de de travailler dans une petite agence (en taille) mais avec de gros clients. Je m’occupe des projets pour L’Oréal Travel Retail Americas (toutes les pubs dans les zones Duty Free en Amérique du Nord, Amérique Centrale et Amérique du Sud) et c’est plutôt super cool ! Un jour je suis tombée nez-à-nez avec une pub Giorgio Armani de 3m x 2m à l’aéroport de Mexico City et je suis devenue hystérique ! J’ai pris un selfie que j’ai envoyé à ma mère… Je n’en revenait pas haha ! Et j’ai aussi la chance de m’occupe de toute la “stationnary” de Hublot (USA + Canada), de certains restaurants de Miami… C’est assez difficile de choisir le plus beau projet car chaque projet est différent et donc ‘est un peu un nouveau challenge à chaque fois. Et j’adore le challenge !

Devenir expatriée présente des avantages et des inconvénients ? Lesquels selon toi ?

On va commencer par les inconvénients comme ça on finira sur le positif !

Déjà s’expatrier c’est une sacrée organisation : les démarches administratives sont assez nombreuses que ce soit dans le pays que tu quittes ou dans le pays où tu arrives. Par exemple quand je suis arrivée à Miami j’ai dû m’occuper de tout ce qui était banque, forfait téléphonique, numéro de sécurité sociale, permis de conduire (la Floride ayant des accords avec la France, c’est moins compliqué que dans certains états), ensuite il faut trouver un logement, s’acheter une voiture ou un scooter (j’ai opté pour le scooter et c’est bien pratique sauf quand il pleut. Et en Floride la saison des pluies va de juin à septembre alors…). Tout ça à un coût et quand tu dois tout payer d’un coup ça fait mal.

Un des autres inconvénients que je trouve c’est l’assurance maladie. ici tout coûte super cher et dans certains moments je regrette notre petite sécurité sociale français et nos mutuelles. Mais tu es obligé d’avoir une assurance sinon ce n’est pas légale… Le système ici est relativement différent de la France et donc super long à expliquer.

La langue peut aussi être un inconvénient parfois. J’ai eu la chance de ne pas avoir ce problème en arrivant car j’avais un anglais pas trop nul et les gens me comprenaient.

Mais la barrière de la langue peut aussi être un avantage. Dans mon cas, je peux me dire que je me suis énormément améliorée et je n’ai plus aucun problème à entamer une conversation et à argumenter sur plus ou moins n’importe quel sujet (bien sur je ne vais pas pouvoir faire une thèse sur une question médicale mais j’y travaille :D)

Un autre avantage: je suis sortie de ma zone de confort. J’ai traversé un océan, je suis arrivée dans une ville totalement inconnue et je ne regrette absolument rien !!

M’expatrier a aussi permis de “booster ma carrière”. J’ai un boulot que j’adore avec de plus en plus de responsabilités, un bon salaire (meilleur que celui que j’aurais eu en France par exemple), et franchement avoir passé plusieurs années à l’étranger, sur un CV: ça claque!

Après 4 ans à Miami je pense pouvoir dire que j’ai une plus grande ouverture d’esprit sur beaucoup de choses, j’ai rencontré des personnes incroyables avec qui je suis toujours amie même s’ils ont déménagé de l’autre côté du globe et ça m’a également permis de voyager ! J’ai fait des voyages dont je rêvais depuis des années (j’ai passé 15 jours en road trip en Alaska avec une copine et c’était tout simplement dingue !)

As-tu réussi à t’adapter facilement à la culture américaine ?

La culture américaine est à la fois similaire et totalement différente de la culture Française. Et en plus, la culture à Miami est assez “unique”. Mais je pense que j’ai pas trop mal réussi à m’adapter 🙂 Il y a encore 2-3 choses qui m’étonnent ou me choquent mais je continue de creuser pour comprendre.

Quelles sont tes nouvelles habitudes de vie sur ce continent par rapport à celles de ta vie en France ?

Une des choses que est littéralement différente de mes habitudes en France : c’est voyager. Je pars en week-end à New York comme je partais en weekend à Marseille ou à Bordeaux! La notion de distance est tellement différente par rapport à la France. Quand je rechignais à faire 20 minutes de métro pour aller boire un coup, maintenant je fais facile 35 minutes de voiture pour un resto hahah (bon okay, je peux bouder après si la nourriture n’étais pas à la hauteur…).

Une autre chose qui me change, c’est la plage à portée de main ! Okay en France aussi il y a la mer, mais ici tu peux te baigner toute l’année et ça c’est le top ! L’été je sors du boulot à 18 heures, je vais faire un tour à la plage, un petit plongeon et je rentre chez moi. C’est assez chouette.

Est-ce que des choses te manquent ? Ta famille, tes ami(e)s ?

Bien sur ma famille et mes amis mes manquent ! C’est un autre inconvénient de vivre à l’étranger : tu as l’impression de louper plein de choses comme les anniversaire, fêtes… Donc parfois le moral est au plus bas mais il faut savoir relever la tête et voir le positif !

Une autre chose SUPER IMPORTANTE qui me manque : c’est la nourriture française ! Au moment où on parle, je crève d’envie de manger un croissant ou du bon pain haha. Aux USA c’est la culture du burger et des rib. Alors oui c’est cool, mais il y a des fois où tu as juste envie d’une blanquette, d’un gratin dauphinois ou d’un bon foie gras. C’est dans ces moments là que tu te lances dans la quête “des meilleurs restos français” aux alentours ! Et crois moi, tu trouves. Rien de mieux qu’un bon fromage français pour te remonter le moral.

Parlons de Miami maintenant. Moi qui devais y poser mes valises en mars dernier (coucou salaud de COVID-19) je n’ai finalement pu en voir que des images sur Google… Fais-moi rêver ! Que conseillerais-tu aux lectrices et lecteurs qui souhaiteraient visiter les environs de cette ville ? Qu’est-ce qu’on y fait, qu’est-ce qu’on y voit d’intéressant ?

Ah je suis triste pour toi que tu n’aies pas pu venir! Miami est une ville particulière, différente des autres grandes villes américaines. Miami est une ville multiculturelle, la culture sud américaine y est très présente, et grâce à ça j’ai découvert plein de choses : musique, nourriture… Donc pour un plongeon dans cette culture je conseille une visite de Little Havana.

Miami Beach est aussi un incontournable bien évidement. Avec un passage sur Ocean Drive et si vous avez le temps pour un bon gros brunch à l’américaine, je conseille Big Pink sur South Pointe !

Mon best spot pour un coucher de soleil en sirotant un cocktails : le Standard ! Best spot in town.

Le quartier de Wynwood est aussi à ne pas manquer. C’est un temple dédié au Street Art, avec de nombreux bars et restaurants, l’ambiance y est toujours très festive.

Coral Gables et Coconut Grove sont aussi des quartiers super charmants (je bave devant chaque maison que je vois là bas) et il y a de super restos.

Key Biscayne est aussi à visiter pour une après-midi pique-nique/ plage. Imaginez : eau turquoise, sable blanc, palmiers… Le rêve quoi!

Si vous avez un peu de temps je vous conseille définitivement d’aller faire un tour dans les Keys (Islamorada, Key West) et d’aller faire un tour de vélo dans les Everglades à Shark Valley (non on ne sait toujours pas pourquoi ça s’appelle comme ça alors que vous ne croiserez que des alligators…)

Ah oui et je suis toujours dispo pour boire un verre bien sur 🙂

Pour retrouver Clémence :
Site web : https://www.clemencebiguet.com/
Et sur Insta: clemence_bgt

6 Commentaires

  1. Lea
    8 juin 2020 / 9 h 29 min

    Elle est tellement inspirante et rayonnante !

    • CamilleG
      Auteur
      9 juin 2020 / 8 h 37 min

      Entièrement d’accord avec toi 😉

  2. Romain
    10 juin 2020 / 9 h 54 min

    C’est très courageux de partir vivre à l’étranger, surtout si c’est pour longtemps.

    • CamilleG
      Auteur
      10 juin 2020 / 10 h 01 min

      Oui partir seule en plus ! Quelle fille épatante héhé. Tu vas mieux ? Bises

  3. Seb
    16 juin 2020 / 13 h 22 min

    Un peu triste l’histoire de cette fille qui a été obligé de partir pour trouver du travail.
    C’est un des nombreux ravages du travail et de la société qui nous formate pour « travailler »
    Le cadre est attirant pour des vacances mais pour y vivre c’est autre chose.

    • CamilleG
      Auteur
      16 juin 2020 / 14 h 05 min

      Tu rigoles j’espère ? C’est génial ce qu’elle vit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.