Conseils pour choisir un traducteur professionnel

Les non bilingues savent de quoi je parle ! Hello people ! Si vous travaillez dans un gros Groupe international où arrivent dans vos emails des documents de 30 pages version uk, si vous partez aux USA d’ici quelques mois, ou si vous avez craqué sur un italien qui ne parle pas français et que vous comptez lui envoyer des belles lettres d’amour… Cet article est pour vous ! Bien entendu vous pouvez remplacer anglais par n’importe quelle autre langue !


La traduction d’un texte du français en anglais peut s’avérer être une épreuve terriblement complexe. Pas vrai ? Mais elle peut se montrer encore plus difficile pour celle oui celui n’a pas n’a pas une bonne maîtrise des langues. C’est comme si il, ou elle, se retrouver face à des hiéroglyphes.

Même si je m’efforce de travailler mon niveau de langue, quotidiennement, en lisant des articles, en regardant des films en VO, sou-titrés anglais, je galère parfois un peu ! La semaine dernière j’ai dû appeler un organisme aux USA pour booker une activité en ligne, ce fut très comique !! Et alors quand j’ai reçu un email pour gérer les problématiques administratives de VISA and co, ça le fut encore plus !

C’est essentiellement pour éviter de s’arracher les cheveux et d’angoisser (et de terminer chauve) qu’il est préférable de faire appel à bon un traducteur professionnel français anglais.

Avoir le réflexe traducteur

Cela signifie tout simplement faire appel à un traducteur professionnel. Pourquoi ? Parce que c’est le gage d’un travail réalisé dans les règles de l’art. Un traducteur professionnel est par définition un traducteur talentueux, performant et surtout responsable.

Si vous préférez faire appel aux services d’un enseignant ou d’une connaissance pour faire traduire votre document (ou autre), gardez à l’esprit que cela comporte des risques. Il n’est pas certain que vos proches possèdent les aptitudes nécessaires et requises pour être qualifié de traducteur professionnel. Ce n’est pas parce que votre meilleur pote a passé 3 mois en Irlande (à tester les bières) qu’il connait par cœur la langue de Shakespeare !

Vous avez forcément testé les logiciels de traduction ! C’est la cata, surtout les gratuits. Ils ne prennent généralement pas en compte le contexte et la syntaxe, ce qui mène à des situations grotesques voire farfelue. Plus jeune, je bavassais sur MSN (youhooo retour en arrière de 15 ans) avec un néerlandais rencontré sur un job, et une fois pour lui faire plaisir j’avais débuté la conversation dans sa langue natale. J’étais sur Reverso à tenter de comprendre ce qu’il me répondait, j’ai rapidement lâché l’affaire et suis repartie sur l’anglais. Le traducteur en ligne était à côté de la plaque.

Faire attention aux obligations légales

Il est important de tenir compte des obligations légales. A titre préventif, il est toujours préférable de s’adresser à un traducteur professionnel qui exerce légalement l’activité. Pensez donc à vérifier que le statut du traducteur auquel vous aurez fait appel est bien mentionné sur la note des honoraires transmise (ou sur le devis en amont). Ce point est notamment important pour les sociétés.

Opter pour un traducteur spécialisé

Un traducteur français anglais professionnel est par définition un spécialiste de la traduction. Mais les traducteurs les plus expérimentés sont spécialisés dans un domaine bien précis. C’est-à-dire qu’ils traduisent des textes et documents qui leurs sont familiers. Pour des textes très techniques comme les CV, il est conseillé de faire appel à un traducteur qui a l’habitude de traduire ce genre de document. Lorsque vous communiquez avec votre traducteur, vous saurez tout de suite si oui ou non il est à l’aise dans un domaine précis. Si vous constatez que non, je vous conseille vivement d’opter pour un autre traducteur. Perso pour le boulot, lorsque je dois faire traduire des plaquettes commerciales, des kakémonos (et j’en passe, la liste est longue) je ne demande pas à mes collègues « bilingues ». Je consulte dans 100% des cas des cabinets de trad’.

Vérifier l’expérience

Lorsque vous choisissez un traducteur professionnel, il ne faut surtout pas vous contenter de la jolie plaquette bien garnie que les différents prestataires et cabinet de traduction vous présentent. Les outils de communication sont alléchants mais il va falloir creuser ! Tenez-vous en aux faits. Examinez les différents travaux et documents qu’ils ont eu à traduire par le passé et voyez si le travail qu’ils proposent est à votre gout. Prenez vraiment la peine de les lire et de faire une comparaison entre ce que vous avez sous les yeux et ce que vous attendez de la traduction de votre papier pour éviter les mauvaises surprises !

Et dernier conseil HYPER important, tâchez de choisir un traducteur qui travaille dans sa langue maternelle, surtout pour une traduction vers des langues complexes comme le russe, l’allemand ou alors l’arabe.

J’espère vous avoir donné quelques pistes si vous vous trouvez dans ce cas de figure. Et vous, avez-vous déjà eu recourt à un traducteur pro ? 

PARTAGER SUR :

4 Commentaires

  1. 28 mars 2019 / 19 h 04 min

    Hello,
    ah comme je suis d’accord avec ton article. Traducteur est un vrai métier, et ce n’est pas parce que ‘l’on parle une langue que l’on devient traducteur. D’ailleurs un professeur de langue n’est pas un traducteur, ce sont deux métiers différents.
    Le traducteur va rendre l’esprit des textes.
    Au passage, lorsque l’on parle d’un livre qui a été traduit il faudrait que le nom du traducteur soit systématiquement mentionné et qu’il figure sur la couverture, quelque part le traducteur est aussi un auteur.
    La journée internationale de la traduction a lieu le 10 septembre à l’occasion de la fête de Saint Jérôme, un des principaux traducteurs de la Bible en latin.

    • CamilleG
      Auteur
      28 mars 2019 / 21 h 33 min

      Wahoo Bernie, quelle culture ! Merci pour ce commentaire. Je suis tellement d’accord avec toi ! Mais je vois souvent le nom du traducteur dans les livres. Cela ne doit pas être courant alors ? Bises

  2. Laura
    2 avril 2019 / 14 h 55 min

    Merci pour cet article. Par contre j’ai un petit bémol sur ton assertion :  » Un traducteur professionnel est par définition un traducteur talentueux, performant et surtout responsable. » Si seulement c’était vrai. Je suis traductrice et je corrige bien trop souvent des textes infâmes pondus par des confrères tous sauf consciencieux. Alors il faut savoir que oui, même en passant par un pro ou une agence de trad, on peut obtenir de la daube. Mais je salue ton article ! Surtout quand on voir que maintenant, n’importe quel étudiant Erasmus se croit bilingue… (le bilinguisme parfait est d’ailleurs une chimère).

    Et je suis d’accord avec le commentaire de Bernie. Et pour préciser : il s’agit de mettre le nom du traducteur SUR la couverture et non dans le livre.

    • CamilleG
      Auteur
      2 avril 2019 / 21 h 57 min

      Merci Laura pour votre commentaire ! Oui c’est clair que les textes des pseudos bilingues sont à mourir de rire j’imagine !!

Répondre à CamilleG Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.