Le projet El Pianista : les données officielles des téléphones portables

L’objet de cet article est de mettre en lumière les données téléphoniques émises par Kris et Lisanne lors de leur disparition. Cet article est basé sur les rapports officiels néerlandais qui analysent, sur environ 100 pages, les données des appareils.

Cet article est rédigé par Romain.

En revanche, je tiens à vous avertir des deux choses suivantes. Premièrement, j’ai eu énormément de difficultés à traduire ce dossier néerlandais très complexe et très long. Enfin ces derniers temps, je n’ai pas eu beaucoup de temps pour travailler sereinement sur le dossier. Il se pourrait donc que je rapporte ici certaines inexactitudes. Pour ces raisons, des ajouts seront peut-être faits à l’avenir. Auquel cas, les ajouts seront notifiés dans les commentaires.

A propos du même sujet, je vous invite à lire l’article de Matt sur ImperfectPlan qui est celui qui a obtenu les rapports et qui me les a donc fournis. J’ai inclus dans cet article des graphiques traduits du sien, mais j’en créerai peut-être de nouveaux plus tard.

Tableaux résumant l’activité des téléphones

Chronologie des événements principaux

Il s’agit d’un graphique réalisé par Matt, qui représente les activités principales des téléphones.

-Les cercles rouges désignent les appels de l’Iphone de Kris vers les services de secours.

-Les cercles rouges en pointillés représentent les appels du Samsung de Lisanne vers les services de secours.

-Les ronds verts correspondent aux activités du Samsung de Lisanne.

-Les carrés bleus correspondent quant à eux, aux activités de l’Iphone de Kris.

-Les traits verts et bleus correspondent à la durée de mise en route des téléphones.

-Les points rouges dans les carrés sont les fois où le code PIN de la carte SIM n’a pas été entré.

Chronologie des niveaux de batterie

Il s’agit d’un graphique réalisé par Matt, qui représente le niveau des batteries tout au long de la disparition.

Soixante-dix erreurs/absences de code PIN ?

Sur la période du 6 au 10 avril, le téléphone de Kris avait-il enregistré soixante-dix erreurs ou absences d’entrées de code PIN?  C’est une information que j’avais rapportée dans la partie 2, mais je me rends compte maintenant qu’il s’agit d’une grossière erreur. Le rapport rapporte bien un chiffre de soixante-quatorze démarrages sur le téléphone de Kris, mais cela concerne en réalité une période commençant le 31 juillet 2013. Parmi ces soixante-quatorze démarrages, seulement quatre d’entre-eux ont eu lieu sans que le code PIN de la carte SIM ne soit entré. Ces quatre absences d’entrée du code PIN de la carte SIM ont toutes eu lieu à partir du 5 avril 2014 durant la disparition. Enfin, cela veut dire une chose importante. Il n’y a jamais eu d’erreurs dans les codes d’accès aux téléphones.

Le 2 avril, un appel est-il entré en contact avec une antenne téléphonique ?

Pendant longtemps, on a cru qu’un appel était entré en contact pendant quelques secondes avec une antenne. Un contact réussi qui aurait été coupé par la saturation des lignes téléphoniques, suite à un tremblement de terre ayant eu lieu dans la même journée. En réalité… Aucun appel n’a établi de contact ! L’appel du 2 avril établissant un contact de quelques secondes, est donc un mythe. Cette fausse information avait soulevé de nombreuses questions et certains internautes pensaient même que l’on pouvait géolocaliser les filles grâce à ce fameux appel… Ou alors, que les téléphones devraient pouvoir fournir certaines informations du même genre. Le rapport répond clairement à ces questions puisqu’il est bien dit que les téléphones n’ont fourni aucune information de géolocalisation.

Le 5 et 6 avril, l’iPhone a-t-il démarré exactement à la même heure ?

Sur internet, l’horaire de 13h37 est indiqué pour les démarrages de l’Iphone du 5 et 6 avril. Une coïncidence surprenante qui laissait planer de nombreux doutes. En réalité, cet horaire n’est correct que pour le 5 avril seulement. D’où provient cette erreur ? Quand l’on regarde le rapport des analyses téléphoniques, il devient facile de comprendre pourquoi. Le rapport inclut un résumé des activités téléphoniques, des analyses des enquêteurs et des données brutes. Dans le résumé, il est bien indiqué 13h37 pour le 6 avril. En revanche, quand l’on regarde les données brutes, on remarque une erreur de transcription. On retrouve un encadrement concernant le 6 avril, mais dont le contenu est désigné comme appartenant au 5 avril. L’horaire de 14h35 (heure locale) est indiqué sous l’encadré du 6 avril. En revanche, juste derrière cette horaire, la date renseignée désigne le 5 avril. L’information contradictoire à certainement dû embrouiller l’enquêteur qui a, de ce fait, oublié de retranscrire le bon horaire dans le résumé. Par conséquent, l’horaire correct de démarrage pour le 6 avril est 14h35.

Tableau résumant le niveau de réception de l’iPhone 4 sur la période du 1er au 3 avril

Date Heure locale

[Heure:Minute:Seconde]
Réseau Signal

 [ dBm ]

Barres

 [1 – 5]

1er avril 2014 11:05:25 GSM -82 5
11:20:19 GSM -85 4
11:49:41 Aucun -82 1
12:33:55 GSM -82 1
13:14:29 GSM -91 3
13:14:53 GSM -82 4
13:15:08 GSM -87 3
13:16:03 GSM -76 5
13:16:20 GSM -89 4
13:38:31 Aucun -94 1
16:39:26 Aucun -94 1
16:40:07 Aucun -94 1
2 avril 2014 8:13:54 Aucun -113 1
3 avril 2014 9:33:32 Aucun -113 1
3 avril 2014 16:00:50 Aucun -113 1

Dans “Réseau”, les indications “GSM” et “Aucun” indiquent si l’iphone 4 établit ou non un contact avec une antenne téléphonique.

Dans “Barres”, les chiffres indiquent le nombre de barres de signal qui s’affichent sur le téléphone à un horaire donné. A noter que l’interface de l’iPhone 4 pouvait afficher jusqu’à cinq barres de réseau.

La présence d’une barre sur l’écran de téléphone ne signifie pas qu’il y a du réseau. Cela signifie simplement que le téléphone capte un signal (dBm), mais qu’il n’est pas capable de le renvoyer à une tour.

Remarque : Le rapport n’indique pas de données après le 3 avril. Il n’y a pas d’informations sur le Samsung Galaxy de Lisanne.

Voici maintenant une chronologie détaillée des données téléphoniques :

Les horaires sont écrits de la manière suivante:

-00:00 = minuit

-05:00 = 5h du matin

-12:00 = midi

-17:00 = 5h de l’après-midi

1er avril 2014

Iphone 4S de Kris :

-11:05: 50,91% de batterie.

-11:49: Le téléphone perd le contact avec le réseau GSM.

-13:14: Le téléphone crée un contact avec le réseau GSM.

Photos IMG_2125.JPG jusqu’à IMG_2127.JPG.

-13:15: Photo IMG_2128.JPG.

-13:38: Le téléphone perd le contact avec le réseau GSM.

L’écran affiche quand même une barre de réseau.

-16:39: Appel au 112.

42,18% de batterie.

L’écran affiche quand même une barre de réseau.

-17:52: Le téléphone est éteint.

Samsung Galaxy S3 de Lisanne :

-10:10: Dernière connexion au Wifi enregistrée.

-10:40: 49% de batterie.

-13:14: Utilisation de l’application Maps.

-13:15: Prise de cinq photos.

-13:40: 41% de batterie.

-16:51: Appel au 112.

-16:53: 22% de batterie.

-17:40: 19% de batterie.

-17:52: Le téléphone est éteint.

Commentaires :

-En théorie, les deux téléphones se sont éteints au même moment. Cela peut laisser penser à une décision commune des deux filles, d’interrompre la consommation des deux batteries.

-Les appels ont eu lieu trois heures après la perte de connexion avec le réseau GSM, mais l’iPhone affichait toujours une barre de réseau jusqu’à 16h40 au moins.

-Les téléphones se sont éteints une heure et treize minutes après le premier appel au 112, et 49 minutes après le second appel.

-L’utilisation, sur le téléphone de Lisanne, de l’application Google Maps à 13:14 correspond à un horaire entre la photo 504 (Mirador: 13:06) et la photo 505 (Ligne continentale après le Mirador: 13:20). Si je ne me trompe pas sur la localisation de la photo 505, ce lieu devrait se trouver à moins de quatre minutes du Mirador. Par conséquent, on peut supposer que l’utilisation de l’application Maps a probablement eu lieu juste avant que les filles ne s’aventurent au-delà du Mirador. Ont-elles réussi à afficher une carte ? Sans connexion internet, il n’est pas possible d’afficher une carte. En revanche, je remarque que l’application Google Maps avait été lancée par Lisanne une première fois à 10:16, le même jour, lorsqu’elles avaient une connexion wifi (dernière connexion lancée à 10:10). Peut-être ont-elles anticipé et préchargé la carte de la zone ? C’est possible. Finalement, on a deux possibilités. Soit elles ont vu la carte et elles savaient pertinemment qu’au-delà du Mirador il n’y avait que de la jungle. Soit elles n’ont pas pu voir la carte, et là, c’est plutôt un sujet à débat.

-Jusqu’à 16:40 (au minimum), l’iPhone de Kris affiche une barre de signal. Le téléphone n’établit toutefois pas de contact avec le réseau téléphonique. On peut supposer que les filles pensaient pouvoir réussir à passer un appel autour de cet horaire-là.

2 avril 2014 :

Iphone 4S de Kris :

-08:12: Le téléphone est allumé et le code PIN est entré correctement.

-08:13: 42,98% de batterie.

Le téléphone n’établit pas de contact avec le réseau téléphonique.

L’écran affiche une barre de réseau.

-08:14: Appel au 112.

Le téléphone n’établit pas de contact avec le réseau téléphonique.

Création automatique d’une capture d’écran à la sortie du centre de contrôle dans les paramètres du téléphone.

Le téléphone est éteint.

Samsung Galaxy S3 de Lisanne :

-06:58: Le téléphone est allumé.

Appel au 112.

19% de batterie.

Le téléphone est éteint.

-10:52: Le téléphone est allumé.

-10:53: 19% de batterie.

Appel au 112.

Appel au 911.

Le téléphone est éteint.

-13:50: Le téléphone est allumé.

18% de batterie.

Le téléphone est éteint.

-16:19: Le téléphone est allumé

-16:20: 18% de batterie.

-23:47: 06% de batterie.

Commentaires :

-A 8:13, l’Iphone est chargé à 42,98% tandis que ce chiffre était inférieur la veille. Selon les experts, certaines fois cela peut arriver lorsqu’un téléphone est mis au repos. Rien d’étrange.

-A 8:13, l’iPhone affiche une barre de signal. La tentative d’appel peut être justifiée par cette barre qui aurait pu laisser croire à une connexion avec le réseau téléphonique.

3 avril 2014 :

Iphone 4S de Kris :

-9:32: Le téléphone est allumé et le code PIN est entré correctement.

-9:33: Deux appels au 911 sont réalisés mais n’établissent pas de contact avec le réseau.

L’écran affiche une barre de signal.

41,62% de batterie.

Création automatique d’une capture d’écran lors de la fermeture de l’écran d’appel (l’écran du clavier pour écrire les numéros).

Le téléphone est éteint.

-11:46: Le téléphone est allumé et le code PIN est entré correctement. Il est ensuite éteint.

-15:59: Le téléphone est allumé et le code PIN est entré correctement.

-16:00: Le téléphone échoue à établir un contact avec le réseau.

L’écran affiche toutefois une barre de signal.

-16:02: Création automatique d’une capture d’écran lors de la fermeture du carnet d’adresses (Contacts). La capture d’écran concerne le dernier contact ouvert qui n’est d’autre que « Mytiam ».

39% de batterie.

Le téléphone est éteint.

Samsung Galaxy S3 de Lisanne :

-2:21-2:47: Le téléphone enregistrait des activités sur au moins une application durant cette période, notamment une application météo. Ce n’est pas clair si le téléphone était actif pendant vingt-six minutes sur la même application, ou si d’autres applications ont été utilisées.

-2:51: 04% de batterie.

-7:20: 01% de batterie.

-7:36: Le téléphone est éteint.

Commentaires :

-Le téléphone Samsung de Lisanne est resté continuellement allumé du 2 avril à 16:19 jusqu’au 3 avril 7:36. Un jour seulement après la disparition, le changement d’utilisation entre les deux téléphones soulève des questions. Le téléphone de Lisanne n’est plus utilisé de manière à économiser de la batterie, tandis que c’est toujours le cas pour celui de Kris. S’agit-il d’un oubli ? D’un désaccord ? Ou alors, ont-elles décidé ensemble d’avoir au moins un téléphone allumé en permanence afin d’augmenter leurs chances de trouver du signal par hasard ?

-Le 3 avril est le jour des dernières tentatives d’appels vers les services de secours.

-Le contact “Mytiam” est écrit tel quel dans les contacts. Il s’agit probablement d’une faute d’orthographe de la part de Kris lors de l’ajout de Myriam, la mère de sa famille d’accueil, dans ses contacts.

-A chacune des activités de l’iPhone, le téléphone affiche une barre de réseau sans toutefois être connecté au réseau GSM. Malgré une barre de réseau durant l’après-midi, il n’y a aucune tentative d’appel.

4 avril 2014 :

Iphone 4S de Kris :

-10:16: Le téléphone est allumé et le code PIN est entré correctement.

-10:17: Le téléphone est éteint.

-13:42: Le téléphone est allumé et le code PIN est entré correctement.

Le téléphone est éteint.

Samsung Galaxy S3 de Lisanne :

-4:50: Le téléphone est allumé.

01% de batterie.

Le téléphone est éteint.

-5:00: Le téléphone est allumé.

0% de batterie.

Le téléphone est éteint.

Commentaires :

-L’absence de tentatives d’appels depuis le 3 avril vers midi, corrèle presque parfaitement avec la disparition définitive de la dernière barre de réseau lors du redémarrage du 4 avril au matin. L’absence d’appel ce jour-là et les jours suivants, semble s’expliquer par cette barre qui avait définitivement disparu. Kris et/ou Lisanne n’auraient pas tenté de réaliser des appels car, du fait de leur écran ne montrant aucune barres de réseau, elles savaient qu’il était inutile de réaliser des appels.

5 avril 2014 :

Iphone 4S de Kris :

-10:50: Le téléphone est allumé et le code PIN est entré correctement.

-10:51: Le téléphone est éteint.

-13:37: Le téléphone est allumé, mais le code PIN n’est pas entré.

-13:38: Le téléphone est éteint.

Samsung Galaxy S3 de Lisanne :

-13:14: Le téléphone montre de l’activité avec la création d’un fichier, sans que l’appareil ne démarre. Selon les experts, il s’agit vraisemblablement d’une tentative d’allumer le téléphone sans que l’appareil n’ai l’énergie d’aller jusqu’au bout du processus.

Commentaires :

-L’horaire 13:37 correspond à la première mise en route sans entrer le code PIN. Il est important de signaler que sans la validation du code PIN, il est impossible de contrôler le signal téléphonique. Toutefois, il est toujours possible de regarder l’heure. Cela pourrait être une explication et un signal sur la nature de l’usage du téléphone à partir du 5 avril.

6 avril 2014 :

Iphone 4S de Kris :

-10:26: Le téléphone est allumé, mais le code PIN n’est pas entré.

-10:27: Création automatique d’une capture d’écran lors de la fermeture de l’application de l’horloge.

Le téléphone est éteint.

-14:35: Le téléphone est allumé, mais le code PIN n’est pas entré.

Le téléphone est éteint.

Samsung Galaxy S3 de Lisanne :

Pas d’activité.

7 avril 2014 :

Iphone 4S de Kris :

Pas d’activité.

Samsung Galaxy S3 de Lisanne :

Pas d’activité.

8 avril 2014 :

Iphone 4S de Kris :

Pas d’activité.

Samsung Galaxy S3 de Lisanne :

Pas d’activité.

Commentaires :

-Il s’agit de la nuit (7-8 avril) où une série de photos a été prise avec le Canon de Lisanne.

9 avril 2014 :

Iphone 4S de Kris :

Pas d’activité.

Samsung Galaxy S3 de Lisanne :

Pas d’activité.

10 avril 2014 :

Iphone 4S de Kris :

Pas d’activité.

Samsung Galaxy S3 de Lisanne :

-5:15: Le téléphone montre de l’activité avec la création d’un fichier, sans que l’appareil ne démarre. Selon les experts, il s’agit vraisemblablement d’une tentative d’allumer le téléphone sans que l’appareil n’ai l’énergie d’aller jusqu’au bout du processus.

11 avril 2014 :

Iphone 4S de Kris :

-10:51: Le téléphone est allumé, mais le code PIN n’est pas entré.

-11:56: Le téléphone est éteint.

Samsung Galaxy S3 de Lisanne :

Pas d’activité.

Commentaires :

-Le téléphone de Kris est allumé pendant soixante-cinq minutes avant de s’éteindre définitivement. Ce qui est arrivé par la suite, n’est que de la spéculation.

-La dernière utilisation de l’Iphone ressemble à une ultime tentative, à un abandon. Peut-être que l’une des filles, ou les deux, considérait qu’elle ne pouvait pas compter là-dessus? Aucun message d’adieu n’a pourtant été retrouvé sur les téléphones.

L’usage régulier des téléphones

Il s’agit d’un graphique réalisé par Matt.

On remarque que les appels ont majoritairement eu lieu vers la mi-journée et qu’une partie significative de l’activité a lieu dans la nuit avant le lever du soleil. Par rapport à cette dernière période, d’après le site “sunrise and sunset” le lever du soleil avait lieu vers 6:15. Peut-être que les lueurs de soleils étaient déjà perceptibles vers 5:15, mais certainement pas pour certaines activités qui ont eu lieu plus tôt dans la nuit.

Dans la jungle et avec peu de vêtements, les filles devaient malheureusement avoir énormément de mal à s’endormir à cause du froid et de l’humidité. Il n’est pas étonnant qu’elles soient restées éveillées durant la nuit. Mis-à-part cela, on remarque que les appels suivent des habitudes. Pourquoi vers la mi-journée ? Car le soleil commence à s’élever de plus en plus haut dans le ciel autour de cette période? C’est une possibilité. Enfin, on remarque que les téléphones n’ont jamais été utilisés en fin de journée.

153 Commentaires

  1. Mise à jour / Ajout
    10 mars 2021 / 18 h 15 min

    Espace dédié aux mises à jour.

    • RomainC
      25 avril 2021 / 20 h 13 min

      Mise à jour – 25 avril 2021

      -Correction de l’horaire du 6 avril 2014 (13:37 devient 14:35).
      -Graphique corrigé.
      -Ajout explication d’où provient l’erreur de l’horaire 13:37 pour le 6 avril.
      -Ajout données sur la puissance du signal (tableau Réseau, dBm, Barres)

  2. blublub
    10 mars 2021 / 21 h 52 min

    Main question is why the S3 lost 20% battery between 13:00 and 1800 on April 1st.

    What where they doing in that time with the phone? – maps all 20%? Uhhh, doubtful

    I am not sure but I doubt maps was able to preload an area in 2014, needs to be checked.
    But once it was open and had data it kept the active map as long as the maps app wasn’t closed – so in theory there is a chance they had a map good enough to show them that they were walking off into the jungle instead of back to town

  3. THORR
    11 mars 2021 / 10 h 09 min

    I have this theory on what happened and I am not the only one.
    For whatever reason the girls got lost and desperately tried to survive the jungle, but finally succumbed on April 5 in the morning; both of them or maybe Lisanne was already dead on late April 4.
    Someone (locals?), who was passing by, found the bodies and all the stuff (the backpack, the phones, the camera, etc…).
    They kept the stuff and somehow get rid of the bodies in order to claim the reward money by providing some evidence of the girls whereabouts. Then they eventually got scared to be tied to the girls disappearance, but again changed their mind when the reward was raised to a huge US$30K amount and finally decided to release everything by middle June, notably the backpack (all stuff inside) along the Culebra river. The rest hi history.

    THIS THEORY MATCHES WIHT TWO MAIN ELEMENTS:

    1) THE BACKPACK FOUND PRETTY CLEAN AND WITH ALL THE STUFF INSIDE UNDAMAGED! (IMPOSSIBLE THAT IT HAS BEEN FLOATING IN THE RIVER AND/OR STAYED IN THE JUNGLE FOR SO MANY WEEEKS);

    2) THE PHONES ACTIVITY SUDDENLY CHANGES ON THE AFTERNOON OF APRIL 5; THE DAY I BELIEVE THAT SOMEONE FOUND THE BODIES, GET RID OF THEM AND KEPT THE STUFF FOR THE REWARD.

    • THORR
      11 mars 2021 / 11 h 13 min

      Il n’y a jamais eu d’erreurs dans les codes d’accès aux téléphones.

      We have the final confirmation that the codes were NEVER entered incorrectly.
      This means that whoever had the phones on hand from April 5 was not so stupid to try and enter a wrong PIN code, cause doing this would have proven that the devices were not in the girls’ hands.

  4. 11 mars 2021 / 11 h 02 min

    Les données sont intéressantes. Il faudrait les remettre dans le contexte technologique de 2014 pour mettre plus de perspective aux analyses.

  5. Jerry
    12 mars 2021 / 2 h 22 min

    Je rejoins l’interrogation de Blublub ci-dessus concernant la perte de 19% de batterie du téléphone de Lisanne le 1er avril entre 13h40 et 16h53 alors qu’un seul appel aurait été passé au 112. Un seul appel ne peut expliquer cette perte d’1/5ème de la batterie. On voit que le lendemain matin, le téléphone est allumé à 06h58, un appel est effectué et il reste 19% de batterie. A 10h53, deux appels sont passés. A 13h50, il reste toujours 18% de batterie. Un appel ne peut donc justifier une telle perte. Les photos ont été prises avant les 41% de batterie, et aucune photo n’étant indiquée par la suite, cela élimine une utilisation possible du téléphone.
    L’application Maps est intéressante puisqu’elle apporte un élément nouveau qui peut expliquer d’une part cette perte de batterie. Dans ce cas, l’application aurait pu être ouverte longuement. Peut-être que quelqu’un pourrait estimer la durée approximative de l’utilisation de l’application permettant une telle perte de batterie.
    Pour autant, est-ce que cela expliquerait cette perte importante en l’espace de 3h13. Je remarque que le portable de Kris semble perdre également de la batterie d’une manière indiquant peut-être une utilisation de celui-ci.
    11h05 – 50,91%
    16h39 – 42,18%
    Soit près de 10% de perte en l’espace de 5h34. Cette perte serait-elle normale ?
    @Romain : Une question que je me pose, serait-il possible que les filles aient réalisé plusieurs appels d’urgences et que l’indication d’un appel au 112 par exemple soit en réalité dû à un souci de traduction (de l’espagnol au néerlandais) ou cela est très clair sur le rapport que vous avez ?
    Pour être plus clair sur cette erreur possible, voici un exemple en langue française : « un seul numéro appelé » ne signifie pas pour autant qu’il n’y a eu qu’un seul appel mais qu’un seul numéro a été trouvé (qui a pu être appelé plusieurs fois).
    De même, est-il possible que le rapport indique que les données récupérées sont partielles. Dans quel état ont été retrouvés les téléphones, ont-ils permis une récupération complète ? On voit par exemple que pour les 19% de perte de batterie, il manque des données. Si l’application « maps » a été ouverte, j’imagine que les enquêteurs se seraient penchés sur ce qui avait été recherché sur l’application, une recherche, etc. On voit également qu’une capture d’écran est faite sur le contact de Myriam. L’information est importante, cela tendrait à montrer que les filles cherchaient de l’aide auprès d’elle (elles n’ont pas juste regardé son numéro). J’ai du mal à imaginer qu’une capture est faite mais qu’elles n’ont pas appelé. Pour ma part, je continue de penser que les données ne sont pas complètes.
    D’ailleurs une question sur l’utilisation des termes « Création automatique d’une capture d’écran » plutôt que juste « capture d’écran », cela veut-il dire qu’il s’agit d’une capture automatique de l’appareil et non d’une capture volontaire ou involontaire des filles ?

    Pour revenir sur l’application Maps, information d’importance, vu l’utilisation de la batterie de Lisanne j’aurais tendance à imaginer qu’elles ont une carte qui s’affiche. C’est une information d’importance car elle tendrait à envisager que les filles pourraient franchir le mirador volontairement en sachant qu’il ne s’agit pas du chemin retour.
    Elles arrivent au Mirador, voient le chemin qui se poursuit, tentent de savoir où il mène. Ou ont un doute sur le fait que celui-ci ramène au début du sentier et cherchent confirmation. Ou elles pourraient tout aussi bienrechercher un autre lieu, déterminer une distance. Je crois que Mario et Truci avaient envisagé que les filles auraient pu tenter de se rendre aux Lost Waterfalls. Cette application Maps ouverte au Mirador, associé à la poursuite du chemin au-delà du Mirador pourrait laisser ouverte cette hypothèse. Les filles se sont renseignées sur ce qu’elles pourraient visiter. Elles partent sur le Pianista à 11h après avoir fait des courses. A 13h elles arrivent au Mirador. Serait-il alors possible qu’elles aient envisagé d’aller aux Lost Waterfalls depuis le Mirador ? Après tout, il est 13h, qu’ont-elles prévu pour l’après-midi ? Peut-on voir ces chutes depuis le Mirador ? Pensent-elles que le chemin qui se poursuit mène directement là bas ?

    Une remarque sur l’utilisation des portables. Le graphique des données fait ressortir le fait que Lisanne semble être aux commandes. C’est son portable qui est éteint en premier le 1er avril, puis celui de Kris 12mn après. C’est son portable qui est allumé en premier le 2 avril. Un appel est passé du téléphone de Kris à 8h14, mais c’est le téléphone de Lisanne qui montre de l’activité tout le reste de la journée, 2 appels à 10h53, puis allumé à 13h50, puis 16h19. A partir de là, le téléphone reste allumé toute la nuit et est apparemment utilisé (perd 12% de batterie jusqu’à 23h47 puis application météo à deux reprises à 2h21 et 2h47). Le téléphone doit s’éteindre car plus de batterie. Le téléphone de Kris est alors utilisé mais on voit qu’à 4 reprises les jours suivants, le téléphone de Lisanne tente tout de même d’être allumé malgré l’épuisement de la batterie). On voit d’ailleurs que le 4 avril, malgré la batterie épuisée, le téléphone de Lisanne est le premier à être tenté d’être allumé à 4h50 et 5h. Pas de batterie. Passage au téléphone de Kris. Le lendemain, le 5 avril on voit qu’une tentative d’allumer le téléphone de Lisanne est faite à 13h14 avant d’allumer ensuite celui de Kris à 13h37. Dans l’hypothèse où l’une des filles serait en difficulté (inconsciente, blessée…) selon moi il s’agirait de Kris, le téléphone de Lisanne montrant des signes précurseurs de l’utilisation de celui de Kris. Cependant il est à noter que le premier appel aux urgences serait passé depuis le téléphone de Kris.
    @Romain : 3 questions concernant ces données des téléphones. Est-on sûr que c’est bien l’Iphone qui passe le premier appel aux secours ? Au vu de mon analyse précédente mais aussi des 12 minutes d’écart entre les appels au secours et l’extinction des téléphones qui pourrait être un écart de synchronisation des téléphones. S’il y avait une erreur d’attribution des premiers appels, alors on pourrait envisager que les appels ont été passés au même moment. Imaginons que l’appel de 16h39 corresponde en réalité au téléphone de Lisanne, alors 12 mn plus tard le téléphone de Kris appelle. Si on transpose cet écart sur le moment d’extinction des téléphones, celui de Lisanne à 17h40 et celui de Kris à 17h52, on retrouverait alors ces 12mn d’écart. Les actions auraient donc pû être réalisés en réalité en quasi simultané (le téléphone de Kris ayant 12 mn d’avance sur celui de Lisanne).
    Sur cette question du temps, vous indiquez : « l’application Google Maps à 13:14 correspond à un horaire entre la photo 504 (Mirador: 13:06) et la photo 505 (Ligne continentale après le Mirador: 13:20). » Est-on sûr que les données temporelles des téléphones sont synchronisées avec celles de l’appareil photo ?
    Je dis plus haut que le téléphone de Kris pourrait être en avance de 12mn sur celui de Lisanne, mais l’inverse serait aussi envisageable, qu’il s’agisse du téléphone de Lisanne qui soit en retard de 12mn sur celui de Kris.
    Il est indiqué que les 2 téléphones ont pris des photos à 13h14-13h15 (4 pour Kris / 5 pour Lisanne). Les photos étaient-elles dans le rapport que vous avez consulté, les avez vous vues ? Si oui, voit-on les filles sur ces photos ? Les prenant en même temps, si on voyait les filles avec leur portables à la main sur ces photos on pourrait déduire qu’elles prennent bien leurs photos en même temps.
    Sinon, on voit qu’il y a 4 minutes sans photos (appareil photo) sur le Mirador entre 13h02 et 13h06mn15s.
    Serait-il possible que l’appareil photo ait aussi 12mn d’écart ?
    Une autre question concernant le téléphone de Kris le 11 avril, j’avais lu auparavant (ou avait imaginé) que celui-ci s’était éteint par épuisement de la batterie, mais en regardant le schéma des batteries, je vois que le téléphone est à 22% le 11 avril. Est-ce à dire que le téléphone a en réalité été éteint volontairement mais plus jamais rallumé ? Ou alors ces 22% de batterie correspondent à l’allumage à 10h51 puis tombe à 0, une heure plus tard et le téléphone s’éteint par épuisement de batterie ? Si tel était le cas, peut-être effectivement rectifier le graphique s’il ne restait pas 22% le 11 avril.
    D’ailleurs Romain, si tu refais le premier graphique de la chronologie, il serait mieux de rétablir l’ordre des horaires de haut vers le bas la majorité des personnes n’étant pas habituées à lire en sens inverse (à part les mathématiciens…).

    Pour ce qui est de l’utilisation des téléphones en fonction du soleil, j’avais l’année dernière montré par simulation que si les filles étaient au niveau de la rivière l’obscurité se faisait assez rapidement (se trouvant dans un creux du paysage creusé par la rivière). D’ailleurs, les photos de nuit retravaillées par l’expert photoshop semblent montrer d’autant plus ce creux, les filles étant entourées de hauts arbres, faible vue sur le ciel (ce qui explique aussi, que les flashs de nuit n’aient pas été perçus). La photo a été mise par erreur sur le site Lostinthejungle-thebook (retirée depuis). Elle reviendra probablement d’ici quelques jours.

    @Thorr : Pour ce qui est du sac à dos retrouvé en très bon état, je pense qu’il faut faire attention. On voit avec l’article précédent de Romain sur le short, que les choses ne sont parfois pas telles qu’elles circulent sur le web. Le short aussi avait été indiqué en bon état, proprement plié sur un rocher, zippé, boutonné. De mémoire, il me semble avoir lu qu’au moins une des sangles du sac était abîmée. D’autre part, rien ne dit que le sac est resté dans la rivière « durant des semaines ». Celui-ci a pu être emporté par la force du courant et être projeté sur ces branches en quelques heures seulement (peut-être même moins d’une heure), tout comme la chaussure.
    Cependant, effectivement l’hypothèse qu’une personne ait trouvé et pris les affaires est aussi envisageable.

    • blublub
      13 mars 2021 / 18 h 19 min

      Uh,, long post of yours. So I’ll just in part at the moment.

      The main reason for a lot battery drop is phone usage – or in other words it is the screen, apps are always 2nd, 3rd is a stuck app/service.
      So if we exclude the 3rd option they used the phone for a reason, it seems it wasn’t image/video/audio so the only reasonable app was probably maps.
      Since they had no data/cell coverage they couldn’t search for anything.
      Additionally the area wasn’t « mapped », it still isn’t mapped well today it worse 7 years earlier.
      So all they had was the map which loaded when they had wifi, so what was in the cache.
      This however should have given them some sort of direction – so maybe instead of walking back they tried to cut through the jungle on some bad ass path or walk by the river back up the mountain – what comes into my mind here is the river merging after the 1st bridge, or with a suboptimal direction the river at the 1st bridge

  6. THORR
    12 mars 2021 / 9 h 36 min

    Firstly, I apologize if my comments are in English. I understand French and I can even speak it a little bit, but I totally cannot write it down.
    In my opinion it is crystal clear that the backpack was in the hands of someone long before June when/where it was found.
    On the other hand, I get your point on the fake news circulating on the web. It is a well known psychological effect, that when a false statement is repeated over and over again, it becomes true in our minds.
    Therefore it is very likely that the backpack was not so dry & clean, but probably a bit dirty, stained a muddy.
    Although, it was NOT waterproof and that’s a fact, so it is very puzzling that the devices found inside were still operable, I would say: almost unbelievable.
    Lastly, if I look at the picture of the content, I can see: the backpack, a bottle of water (still some water inside), two bras, two pair of sunglasses, a memory card, a battery, cash money, a chewing gum(?) and what looks like a black pouch. I suppose the devices were found inside the pouch, cause I can’t see them anywhere or maybe this is just a cut of the original photo, which was much larger.

    • THORR
      12 mars 2021 / 9 h 56 min

      Regarding the usage of the phones, I can read that you got into a deep analysis, which is very passionate.

      In my opinion there is a crucial detail on April 5 in the afternoon: the PIN code is not entered
      -13:37: Le téléphone est allumé, mais le code PIN n’est pas entré.
      and it won’t be entered anymore.

      I think this is the proof that the phone(s) were not in the hands of the girls anymore.

      • Freya
        13 mars 2021 / 9 h 04 min

        Or Kris was dead/unconscious and it’s Lisanne who was using the phone?

        • THORR
          13 mars 2021 / 13 h 11 min

          Oh yes, also possible

      • blublub
        13 mars 2021 / 18 h 29 min

        I am not sure since I never had an IPhone 4s but after it is bootet up you can see if you have cell reception, if you don’t see any reception you can just turn it backoff

        Second it nowhere states what the term « pin » means as it can be:
        PIN of the Sim card – this can be disabled

        PIN for the login screen

        So which PIN are we talking about?

        Any phone can make an emergency call without entering any Pin – so not entering the pin basically only proofs that no one was interested to use the phone to anything more than it’s emergency call feature – so no one wanted to use an app etc..

  7. Jerry
    12 mars 2021 / 22 h 18 min

    Thorr : Effectivement il faut faire attention à ce qui circule sur le web. Il y a souvent (voire toujours) dans ce type d’informations qui sont reprises des centaines (voire des milliers de fois) à travers le net des déformations de l’information au fur et à mesure de la circulation de celle-ci. L’exemple du short de Kris en est un bon exemple, certains imaginent des détails qui n’ont jamais existé, des erreurs dans ce cas peuvent également être dus aux traductions successives de l’information traduite d’une langue à l’autre (de l’espagnol au néerlandais, à l’anglais, etc.) Il s’agit d’un effet de déformation de l’information connu, les informations sont déformées au fur et à mesure qu’elles circulent en fonction de ce que pensent les personnes sur ces dernières. Ainsi pour l’exemple du short de Kris, la déformation (volontaire ou involontaire) est probablement due à des personnes souhaitant confirmer leurs théories. De plus il a été démontré que les informations fausses étaient diffusées beaucoup plus rapidement que les informations vraies. Et au bout d’un moment le nombre l’emporte sur la vérité. C’est un effet qui est d’ailleurs utilisé dans les algorithmes et c’est ainsi que les fake news se répandent. Pour exemple, si l’on prend l’algorithme Google, pour placer les résultats de recherche, celui-ci analyse le nombre de fois où l’adresse est reprise dans d’autres pages. Plus la page est citée sur d’autres pages (même si les informations sur cette page sont erronées) plus le résultat sera placé en premier dans les résultats de recherche, et donc plus cette page sera consultée et ainsi de suite. C’est un cercle vicieux qui tend à valider une information fausse qui se répand au détriment d’une vraie information qui aura plus de difficultés à exister. C’est ainsi que le short propre et plié, boutonné et zippé est devenu une information virale car fait travailler l’imagination du lecteur qui développe l’information ensuite sur des articles etc.
    C’est l’un des problèmes de l’analyse de ce qui est arrivé aux filles, cette difficulté de savoir ce qui est vrai de ce qui a été inventé. Certains journaux de l’époque qui avaient des journalistes sur place ont d’ailleurs transmis des informations fausses dès le départ. Probablement en raison de l’ampleur qu’a pris cette disparition et de la course aux informations quotidiennes qui étaient attendues. Certaines informations ont donc circulées dans la précipitation des informations non vérifiées.
    Ici dans le cas du sac à dos, peut-être que Romain pourra apporter prochainement des éléments issus des rapports (j’imagine qu’un article doit être en préparation sur le contenu du sac à dos).
    Dans cet article ci-dessous de la Prensa datant de 3 jours après la découverte du sac à dos, il n’est aucunement indiqué que le sac à dos était en bon état mais au contraire que celui-ci présentait des traces de frottements qui seraient liés au parcours de celui-ci dans le Culebra, puisque ces traces permettent de supposer que les filles auraient été emportées par la rivière. L’information est dite provenir de la fiscal elle-même.
    Voici l’article :
    https://www.prensa.com/redaccion_de_prensa-com/Indigenas-encuentran-holandesas-Bocas-Toro_0_3958104151.html
    Il n’y a pas plus d’informations sur l’état du sac, mais l’hypothèse proposée est intéressante et peut interroger. Cette hypothèse serait-elle due à un emplacement spécifique de ces traces sur le sac. Les traces seraient-elles visibles uniquement (ou majoritairement) sur l’arrière du sac, ce qui pourrait amener à penser que le côté où se situent les bretelles aurait pu être épargné parce que celui-ci était porté par l’une des filles au moment de ces trainées le long de la rivière ?
    Concernant le fait que le sac n’aurait pas de propriétés étanches, je n’ai pour ma part pas cette certitude. J’ai cherché un temps la marque du sac sans succès afin de vérifier cela. Effectivement on aurait tendance à imaginer qu’un tel sac ne puisse avoir des propriétés étanches. Cependant il semble qu’il ne s’agisse pas d’un simple sac à dos de base. Celui-ci semble résistant, sur les photos on voit que les bretelles sont imposantes (photo 497), qu’il y a des compartiments extérieurs (photos prises à l’aéroport où l’on voit qu’un pack de jus de fruit est disposé dans une poche extérieure). Il s’agirait donc d’un sac dédié à la randonnée. Ce sont souvent ces types de sac qui possèdent des propriétés imperméables. D’autre part sur la photo rendue publique du sac et des effets qu’il contenait, si je ne me trompe pas, il semblerait que le sac soit constitué à l’intérieur d’une poche protectrice turquoise.
    Certains sacs à dos par ailleurs non étanches complètement (parfois pour des raisons esthétiques) contiennent cependant des poches intérieures spécialement étanches dédiées justement pour la protection des téléphones portables. Outre cela, sur des articles de l’époque, certains indiquent que les appareils étaient protégés. Je ne sais précisément ce que cela entend, mais il est possible que l’appareil photo ait été retrouvé dans sa pochette de protection qui apparaît sur la photo en haut à gauche. J’ai lu également que les téléphones portables possédaient des coques de protection.
    Cela peut donc sembler difficile que les appareils aient pu fournir autant de données, mais ce n’est peut-être pas si impossible.
    Concernant les éléments trouvés dans le sac, tous n’apparaissent pas sur la photo (les appareils, la carte d’identité de Lisanne, des clefs et serrure aussi auraient été trouvées (peut-être un cadenas)…)
    Le sac pose effectivement de nombreuses questions. Par exemple la bouteille d’eau était-elle à l’intérieur du sac ou dans le compartiment extérieur (comme sur la photo de l’aéroport)… Est-elle pleine, vide ou à moitié vide ? L’image est difficilement lisible (il pourrait sembler qu’elle est à moitié pleine, mais il pourrait s’agir d’un reflet…. Si la bouteille était à l’intérieur du sac, difficile d’imaginer qu’elle soit à moitié vide. Si l’objectif était d’avoir une réserve d’eau, la bouteille aurait probablement été pleine dans le sac. D’autre part, elle semble peu abîmée / déformée (uniquement la partie supérieure apparemment) pour avoir longuement parcouru la rivière avec ses rochers.
    Je pense effectivement que le sac ait été trouvé et récupéré pourrait être une possibilité mais compliqué avec ces traces de trainée. Il s’agissait d’ailleurs de l’une de mes premières théories lorsque j’ai découvert l’histoire des filles l’année dernière. Il y avait quelque chose que je trouvais respectueux dans ce sac contenant toutes les affaires. Ce sac avec les éléments rangés à l’intérieur contraste avec les photos de nuit où l’on voit l’environnement en désordre (branche avec bouts de sac, carte de la ville de Boquete déchirée, déchets (fond de paquet de Pringles, papiers de gommes à mâcher au sol…), papier de toilette dispersé…). Si rien que l’appareil photo dont on sait qu’il a été retiré de sa pochette pour les photos de nuit a réellement été retrouvé à l’intérieur de la pochette fermée, cela interroge.

    Pour ce qui est d’un usage différent du portable en date du 5 avril, peut-être que des données nous manquent. Plusieurs erreurs dans le code PIN qui bloquerait son activation par exemple.
    Pour le fait que cela prouverait que les filles ne sont plus en leur possession, il est possible qu’à partir du 5 avril se soit Lisanne qui récupère le téléphone et qu’elle ne sache pas le code de Kris.
    Ou il est également possible que la ou les filles encore en vie soit épuisée, n’ait plus la force d’appeler, de bouger.
    Les photos de nuit semble montrer que la personne n’a pas bougé de position. Sur la photo reconstituée dernièrement, on voit que toutes les photos se superposent correctement ce qui serait difficile si la personne qui les a pris s’était déplacée même de quelques mètres.
    Il est difficile d’aborder l’aspect psychologique d’un tel événement mais certaines personnes dans de telles conditions, immobiles plusieurs jours sans que personne ne vienne à leur secours pourraient perdre espoir et ne plus rien tenter, que d’attendre que leur vie s’éteigne.
    Concernant l’hypothèse que quelqu’un d’autre ait récupéré les téléphones, cela serait compliqué que d’imaginer, étant donné que les filles ont vraisemblablement pris les photos de nuit du 8 avril, qu’une personne leur prenne les appareils alors que l’une soit encore en vie, sans lui porter secours. D’autre part, l’appareil photo et les portables ayant été retrouvés dans le même sac, il est difficile d’imaginer que quelqu’un ait pris les téléphones le 5, laissé l’appareil photo jusqu’au moins le 8 avril et ait récupéré ensuite l’appareil photo.Si les appareils avaient été pris, j’imagine qu’ils l’auraient été en même temps.

    • Freya
      13 mars 2021 / 9 h 58 min

      Analyses très pertinentes, Jerry.

      Pour ce qui est du sac à dos, il pourrait y avoir une explication relativement simple.
      On peut supposer que les filles soient dans un endroit relativement protégé de la pluie et des intempéries pendant plusieurs jours, leurs téléphones et appareils photo fonctionnant parfaitement (peut-être même rangés dans le sac entre chaque utilisation).
      Les deux filles succombent entre le 5 et le 7, probablement à des moments différents Le sac avec toutes les affaires dedans est trouvé par un local le 11 (peut-être un enfant?) à l’endroit précis où elles sont décédées. Cela fait 4 jours seulement et le sac est toujours en très bon état. Le sac n’aurait donc jamais été transporté dans la rivière, il est toujours resté au même endroit jusqu’à ce qu’il soit trouvé.
      La personne qui le trouve prend le sac et laisse le reste là. On ne sait pas ce qui a été fait des corps des filles, mais ils ont peut-être été laissés sur place. Après tout, qu’est-ce qu’ils pouvaient bien faire de deux cadavres? Je doute qu’ils aient eu envie d’y toucher…
      Après, pourquoi ne pas avoir alerté les autorités? Peut-être que la personne qui a trouvé le sac voulait garder le contenu pour elle et n’a rien dit dans un premier temps (même pas à ses proches), puis n’a jamais osé avouer par après l’avoir trouvé près des cadavres… ou peut-être que plusieurs locaux étaient au courant de l’endroit où se trouvait les filles, mais ils ne savaient pas quoi faire, avaient peur d’être inquiétés, ou attendaient que la police offre une rançon… il y a peut-être eu des jours, des semaines de discussions entre eux sur ce qu’il fallait faire…
      Une fois les semaines passées, et la décision de donner le sac contre rançon, il été compliqué de revenir en arrière et d’admettre qu’ils savaient depuis le début où les filles se trouvaient… ils ont donc remis les affaires aux autorités en prétendant qu’ils venaient de le trouver et sans en dire plus…
      Dans le documentaire où sont interrogés les locaux, c’est clair qu’ils ne disent pas tout, mais je pense pas que ça soit par malveillance ou pour couvrir un crime, je pense qu’ils sont bouleversés par cette histoire, qu’il y a un sentiment de culpabilité (de ne pas avoir tout dit), et de de déception aussi de ne pas avoir eu la rançon au final…

      • MARIO, ITALIA
        13 mars 2021 / 10 h 40 min

        @FREYA
        Votre hypothèse est selon moi très plausible, sauf que je déplacerais la date de décès des filles plus tard, disons après le 11 avril, car le 8 avril il y a les 90 photos de nuit et le 11 avril, il y a une tentative d’accès au téléphone de Lisanne, qui à mon avis était le dernière à succomber.

        • MARIO, ITALIA
          13 mars 2021 / 10 h 43 min

          pardon, il y a une tentative d’accès au telephone de Kris, pas celui de Lisanne

        • Freya
          13 mars 2021 / 21 h 51 min

          Ah oui, tout à fait, après le 8 avril et les photos de nuit, on est bien d’accord 🙂

      • Jerry
        13 mars 2021 / 12 h 21 min

        @Freya : Pourquoi les filles auraient-elles succombé avant le 7 avril ? Les photos de nuit sont réalisées le 8.
        Dans cette hypothèse cela voudrait dire que ce serait cette personne qui trouve le sac qui fait ses photos de nuit.
        C’est effectivement une hypothèse que j’ai lu, certains parlent de test de l’appareil, mais qui est difficilement imaginable. S’il s’était agi de tests, cela voudrait dire que la personne trouve le sac de nuit à cet horaire, difficilement possible, les locaux se déplaçant sur le chemin de jour. Si le sac avait été trouvé de jour, la personne aurait fait les tests en pleine journée. Il y a aussi la possibilité que la personne trouve le sac de jour et pour ne pas être vue avec en raison es recherches qui se poursuivent, décide alors de venir le chercher de nuit. Si cela était le cas, la personne chercherait donc à être discrète et à passer inaperçue, ce qui n’est pas en accord avec le fait de lancer 90 flashs dans la nuit alors qu’une équipe de recherche est dans la zone. Le nombre de photos, la direction de prise de vue (toujours le ciel), l’écart entre chaque photo, élimine selon moi cette hypothèse qu’un local teste l’appareil. Les premières photos auraient été prises successivement avec un écart de quelques secondes. Je disais dans un commentaire de cette nuit que la photo de la chevelure de Kris avait été prise 18 minutes après la première photo de nuit. Cependant il s’agit de la 70ème photo prise cette nuit là. Toutes les photos qui précèdent ont été prises avec un écart d’une dizaine de secondes. De même que certaines qui suivent. La personne à appuyer en continu. La photo de la chevelure de Kris serait la première qui dépasse la minute par rapport à la précédente.
        Pour ce qui est que le sac à dos puisse être retrouvé par un enfant, je ne pense pas. L’ambiance qui doit peser sur la ville et les locaux (la disparition étant médiatisée, des recherches ayant lieu sur le Pianista, le volcan, etc., la rumeur d’un enlèvement, les habitants qui font des marches dans la ville pour les filles…), je doute que les parents laissent un enfant seul ces jours là. Si les enfants sortent à ce moment là, j’imagine qu’ils sont accompagnés soit par un adulte soit ils sortent en groupe d’enfants. Un groupe d’enfants aurait donc pu trouver le sac à dos. Cela pourrait effectivement expliquer le délai avant la découverte. Des enfants auraient pu considérer ce sac à dos comme un « trésor » trouvé et garder ce secret entre eux, jusqu’à ce que l’un d’eux en parle. Il est à noter que le sac à dos est découvert juste après une période de recherche par les chiens. Peut-être que si quelqu’un avait le sac elle a eu peur que les chiens l’accusent et il aurait été alors difficile d’expliquer pourquoi elle était en possession de ce sac à dos sans éveiller de soupçons et qu’elle soit accusée de leu disparition.
        Cependant l’hypothèse du groupe d’enfants pose certaines questions. Il semblerait qu’à la découverte du sac à dos, il aurait été possible de voir une centaine de photos avant que l’appareil photo ne s’éteigne complètement. On voit que les photos de nuit semblent avoir épuisé la batterie de l’appareil photo. La dernière photo ayant été prise plus de 40 minutes après la précédente, ce qui pourrait indiquer qu’il n’y avait plus suffisamment de batterie et que ces 40 minutes étaient le temps nécessaire pour que celle-ci récupère un peu. Ce qui voudrait dire que si des enfants avaient trouvé le sac, ils n’auraient pas touché aux appareils. Il me semble que le téléphone de Kris possède encore de la batterie le 11 avril et donc aurait pu être allumé entre le 11 avril et le 11 juin (si je ne me trompe pas, jour de découverte du sac à dos). De même si des enfants avaient allumé l’appareil photo vu le peu de batterie, ils auraient probablement épuisé définitivement la batterie. Les chargeurs des appareils ne semblent pas avoir été dans le sac. L’argent aurait probablement disparu (bien que l’on ne sait pas le montant qu’il y avait le jour de leur disparition). ..
        Si une personne a trouvé le sac, il semblerait qu’elle n’y ait pas touché. C’est pour cela que je dis qu’il y a une forme de respect dans la découverte de ce sac à dos. Si le sac a été trouvé, il a été gardé tel quel. Difficile d’imaginer que quelqu’un ramasse les objets près des corps, qu’elle les mette dans le sac et parte avec. Dans ce cas là pourquoi prendre une bouteille d’eau, de même pour les soutiens gorges. Les soutiens gorges sont de l’ordre de l’intime. Une personne peut effectivement voler un sac parce qu’il contient des objets de valeur qu’elle peut revendre, mais psychologiquement s’il s’agissait de l’objectif elle se séparerait des soutiens gorges qui pèseraient beaucoup plus sur sa conscience selon moi. Voler des objets de valeur n’est pas la même chose que de voler des objets de l’ordre de l’intime d’autant plus lorsque ces derniers sont liés à un événement dramatique.
        Des enfants auraient cependant pu j’imagine ne pas avoir cette dimension et de la aurait pu participer du secret de la découverte.
        Sur les locaux, effectivement ils se font probablement discrets de par leur nature reculée de la ville. Ils n’ont probablement pas envie d’attirer l’attention, d’être accusés, etc.
        Concernant la récompense, celle-ci existe dès les premiers jours (2 500 $ le 8 avril), elle augmente en effet de manière importante (12 fois plus) par la suite (30 000 $ le 12 mai). Le sac est trouvé un mois plus tard. Si quelqu’un avait le sac pour avoir la récompense, il n’aurait pas attendu 2 mois. Rien n’indiquait que la récompense serait augmentée par la suite. Il se serait probablement débarrassé du sac le plus rapidement possible contre la récompense de 2 500 $ qui représente plus que la valeur des objets trouvés dedans mais surtout lui aurait permis de libérer sa conscience.
        Pour ce qui est de cette rançon finale, elle aurait bien été versée (peut-être pas en totalité), mais plutôt que de donner la somme, les parents ont préféré mettre la somme directement dans la construction de l’école du village.
        Il me semble que c’est celle-ci que l’on voit à l’époque sur le site lostinthejungle-thebook dans les photos des recherches avec les chiens. Les parents ont donc mis la récompense afin de construire une école pour les enfants du village.
        Pour ce qui est des locaux, ce sont des taiseux. J’imagine que vous parlez du film « Lost in the wild ». Les personnes qui débarquent au milieu du village sont accueillies silencieusement, froidement. Ce sont des personnes qui vivent entre elles, qui se méfient, sont suspicieuses, qui se consultent pour prendre des décisions. Ce ne sont pas des personnes qui recherchent l’attention. Ils ont probablement apporter leur aide dans le but de retrouver au plus vite le calme au village.

        • Jerry
          13 mars 2021 / 12 h 38 min

          J’ai oublié également concernant l’hypothèse du sa à dos découvert par le groupe d’enfants, que dans cette hypothèse, il serait alors difficile d’expliquer ces traces sur le sac à dos. Le sac ne devait pas être lourd, il aurait été porté, non traîné. Toutefois, au vu du short de Kris retrouvé déchiré à l’arrière, on pourrait imaginer que Kris porte le sac à dos au moment où elle aurait pu glisser violemment. Ce qui pourrait expliquer la déchirure au niveau du short, et des traces de frottement au niveau de l’arrière du sac à dos. Il faudrait connaître le positionnement de ces traces sur le sac pour pouvoir étudier cela. Si ces traces apparaissent sous le sac et se prolongent de manière horizontale sur l’avant de celui-ci, alors cette hypothèse pourrait être envisagée. L’hypothèse du glissement pourrait entraîner une fracture du bassin et des côtes cassées.

          • Jerry
            13 mars 2021 / 15 h 19 min

            Je me suis trompé de sens dans la position des traces. Il faudrait que celles-ci se prolongent verticalement sur l’avant du sac.

        • Freya
          13 mars 2021 / 22 h 10 min

          Pardon, je me suis trompée dans les dates, je crois aussi que les photos de nuit ont été prises par les filles et que leur mort date d’après, donc après le 8 avril.
          Pour ce qui est de l’hypothèse de l’enfant, c’était juste de la spéculation, ce que je voulais dire par là, c’est que la personne qui a trouvé le sac a peut-être au des raisons qui nous semblent illogiques ou irrationnelles de juste prendre le sac sans mentionner les détails exacts de la trouvaille. Lorsqu’on se penche sur ces cas, on a tendance à imaginer que toute action ou décision est rationnelle et très réfléchie (et donc à y déceler une logique sans faille), or je ne pense pas que ça soit le cas.
          Je ne pense pas que la personne qui a pris le sac a considéré qu’elle le « volait », mais comme un objet qu’elle récupérait…. et en effet, je pense pas que cette personne ait ramassé des objets, mais que tous les éléments qu’on y a trouvé (téléphones, bouteilles, soutiens,…) étaient de base dans le sac. Qui sait ce qui a été laissé sur place? Après tout, personne ne sait exactement ce que contenait le sac au moment où elles ont commencé leur randonnée…
          Pour ce qui est de la récompense, je ne connaissais pas tous ces détails. Et en effet, c’est vrai que si une récompense existe dès le 8 avril, on se demande pourquoi ils auraient attendu si longtemps…
          Enfin, je pense la même chose quant aux locaux, et je doute qu’ils aient une quelconque implication criminelle dans cette histoire…
          Merci pour toutes ces réflexions, Jerry! 🙂

    • Anonyme
      13 mars 2021 / 13 h 12 min

      Je crois que c est sur la thèse de Jerry , il m ‘ a troublé sur l hypothétique commande de Lisa sur les 2 portables…. Ça indiquerait énormément de choses si c était le cas .. et aussi réflexion bête , la photo de Kris de nuit elle a l air debout non???
      Merci et continuez . Et Camille tu es trop belle 🥴😂😂😂

  8. THORR
    12 mars 2021 / 22 h 49 min

    Thanks for replying and, yes, we all try to adjust the elements of the case in order to match them with the theory we have mind, and that happens to you and me, too.
    Another detail that always puzzled me is Kris’ hair in the night photo. It is too clean and dry for a person who passed 7 days wandering in the cloud forest.
    Also, aren’t they raindrops we see in the night photos? How comes her hair is so dry? It looks very strange to me.
    Again, the toilet paper, the rock, the tree branch, they are all dry, why if it is raining?
    Someone advanced the hypothesis that the girls were staying in a cave, but nodoby ever mentioned a cave in the area where the girls were supposed to have been wandering and perished.

  9. Jerry
    13 mars 2021 / 3 h 01 min

    Thorr : J’ai également lu cette théorie de la grotte que je pense peu probable. Les photos de nuit semblent montrer un endroit où elles ont passé du temps, puisque si l’on considère que le papier toilette est réellement un message « SOS » alors celui-ci aurait été fait de jour. De plus, la présence de la branche avec les morceaux de sac déchirés, laisse imaginer que celle-ci a été utilisée bien avant. Probablement qu’elles ont attaché leur sac de provisions rouge à une longue branche afin de signaler en agitant celle-ci leur présence aux hélicoptères qu’elles entendent. De ce fait cela aurait été également de jour. De même, la carte de Boquete déchirée semble indiquer qu’il s’agit là d’un lieu où elles sont restées longuement. Sinon chaque élément aurait été abandonné au fil de leur trajet, vu que devenus inutiles.
    Soit les filles étaient en état de se déplacer et auquel cas elles n’auraient pas recherché un endroit où rester, soit les filles n’étaient pas en mesure de se déplacer (ou très peu) et alors il y a peu de chances qu’elles aient été juste à côté d’une grotte. Pour autant, il est fort possible que dans les deux cas ci-dessus, de toute manière les filles ont probablement tenté de s’abriter de la pluie, probablement dans un renfoncement (se protéger de la pluie mais également avoir de quoi s’adosser afin de se rassurer en ayant qu’une direction à surveiller).
    Au moment des photos de nuit, je pense que les filles ne peuvent pas se déplacer, sinon elles auraient bougé afin d’augmenter les chances de se faire remarquer, ou même seraient monté sur le rocher dont vous parlez simplement pour avoir plus de hauteur pour lancer les flashs.
    Concernant ce rocher, je ne le vois pas si sec que cela. Je pense que cela doit dépendre de la photo selon le travail effectué sur l’image pour faire apparaître celle-ci, les photos étant en quasi totalité obscures d’origine, ayant nécessité d’être modifiées pour faire ressortir les éléments.
    Concernant la pluie, il semblerait que celle-ci gagne en intensité au fil des photos. La photo de la chevelure de Kris est prise dans les 20 minutes des prises de photos, tandis que les dernières sont prises 1h30 après la photo de Kris (si on excepte la dernière photo prise encore bien après). Il semblerait également que les filles soient peut-être protégées sous ces rochers et les hauts arbres qui les surplombe et qui doivent également avoir un effet protecteur. On voit par exemple, que bien que l’appareil photo soit tourné durant près de 3h vers le ciel, l’objectif de l’appareil n’est à aucun moment trempé.
    Par ailleurs la photo de Kris est prise de si près qu’il n’est aucunement possible de voir si elle ne serait pas protégée également de la pluie par un élément de l’environnement qui l’entoure.
    Pour ce qui est que la chevelure soit propre, rien n’indique que les filles ont erré 7 jours. Dans l’hypothèse d’une chute ou blessure de Kris, elle aurait pu ne pas se déplacer durant ces 7 jours.
    A noter que lorsque l’on compare la chevelure de Kris sur les photos du Mirador et cette photo de nuit, on voit que la chevelure n’a pas été entretenue depuis un moment. De même, Kris possédait de quoi attacher ses cheveux, notamment sur les dernières photos de jour, mais apparemment elle ne l’a plus fait depuis un moment pour avoir sa chevelure dans cet état. Je ne pense pas que l’on puisse dire que sa chevelure est propre.

    • Anonyme
      13 mars 2021 / 4 h 32 min

      Super analyses … Impressionnant.👍

  10. THORR
    13 mars 2021 / 8 h 36 min

    Thanks for your analysis. I do not agree with some of your statements, but they are surely consistent and well put.

  11. MARVID
    13 mars 2021 / 13 h 41 min

    Salut Romain,
    merci tout d’abord à Camille (pour galanterie) et a toi d’avoir créé ce blog que je trouve très objectif et détaillé et pas trop orienté vers une seule hypothèse: « foul play or lost scenario ».
    Je voudrais savoir si, à votre connaissance, d’autres photos du contenu du sac à dos existent dans un fichier de la police panaméenne? En particulier des autres objets trouvés à l’intérieur.
    Merci d’avance.

    • CamilleG
      Auteur
      30 mars 2021 / 17 h 14 min

      Un coup vous commentez sous THORR, un autre sous MARIO. Vous êtes combien dans votre tête en fait ?

  12. Jerry
    14 mars 2021 / 12 h 28 min

    @Marvid : Il y a de fortes chances que d’autres photos existent. On voit sur la photo principale qui circule (souvent dans le mauvais sens d’ailleurs) que les objets ont été soigneusement étalés et alignés.
    Voici l’image dans le bon sens :
    https://zupimages.net/viewer.php?id=21/10/wggv.jpg
    L’image a été diffusée dans le mauvais sens par tvn et reprise partout ensuite, les personnes recadrant l’image afin de retirer le logo de la chaîne de télévision. Même Romain dans la partie 3 de ses articles insère l’image dans le mauvais sens. Peut-être peut-il la rectifier.
    Sur cette image on voit que les objets ont été alignés, même la bouteille d’eau, l’emballage de gomme à mâcher, etc.
    Il doit s’agir du moment où les autorités font l’inventaire du sac à dos et prennent l’ensemble et chaque objet en photo et/ou vidéo.
    Il est probable que certaines de ces photos ou vidéos soient postées prochainement par les journalistes qui ont écrit le livre Lost In The Jungle et ont eu accès à l’ensemble du dossier. Sur leur site, ils indiquent que les vidéos seront publiées le 22 avril.

    @Anonyme concernant la photo de nuit de Kris : AU premier regard il semblerait qu’elle soit debout de dos effectivement. C’est d’ailleurs ce que disaient les premiers à avoir vu les images. Pour eux, il s’agissait de la nuque et celle-ci présentait selon eux des taches de sang. Mais il est probable que ces derniers ont vu les photos directement sur le petit écran de l’appareil photo. A la publication des photos sur Internet, le sang n’est plus visible et le positionnement de Kris plus certain.
    Certains ont déduit qu’elle était debout en raison des zones obscures sur les côtés. Si elle était contre le sol, celui-ci se serait vu. Cependant rien n’obligerait qu’elle soit debout. Elle pourrait être par exemple assise. Ou même allongée si la photo est prise de côté, la photo n’étant pas obligée d’être prise de haut vers le bas.
    De nombreux éléments sont vus sur cette photo et certains imaginent qu’il s’agit du visage couvert par les cheveux. Certains (dont je fais partie) voient un oeil sur la partie en bas à droite. Certains voient des emplacements de narines en bas au centre en raison de deux ombres arrondies, certains voient des dents sur la partie blanche un peu au-dessus de « l’oeil », d’autres (dont je fais aussi partie) voient une oreille avec boucles d’oreilles juste autour de cette zone des « dents ». Il est vrai que la blancheur interpelle. Il me semble que certains imaginaient qu’il s’agissait de sparadrap. Pour ce qui est de l’oreille, pour avoir travaillé sur l’image, il est vrai que c’est une zone qui reste comme contour tandis que la partie en bas à droite disparaît. Cette partie en bas à droite est donc plus éloignée. J’avais envisagé qu’il pouvait s’agir de l’épaule. Certains ont d’ailleurs « vu » l’une des bandes rouges constituant le haut de Kris… Il est vrai que cela pourrait être le cas, mais la tête de Kris serait-elle dressée ou alors allongée au sol et ce serait le haut de la bande que l’on verrait. Le terme « debout » n’est pas approprié. Si la photo représente l’arrière de la tête de Kris, sa nuque, il s’agit d’un gros plan sur celle-ci. On ne voit rien qui puisse justifier qu’elle soit debout, assise… Elle pourrait avoir le dos adossé contre une pierre courbée et la tête pendante dans le vide.
    Ce qui est troublant c’est que les photos de nuit semble être prise depuis le sol et non debout selon moi. Il y a de mémoire 1mn30s d’écart entre la photo précédente et celle de Kris. Peut être qu’il y a eu le temps de changer de position, mais étonnant étant donné que les photos qui suivent ressemblent aux premières.

    • Freya
      15 mars 2021 / 9 h 31 min

      @Jerry: je suis vraiment intriguée par tout ce que les gens peuvent voir dans la photo 580… J’ai beau essayer, je ne vois pas du tout l’oeil, l’oreille, etc. Est-ce qu’il existe un dessin quelqu’un part sur le net qui montre cela?
      Pour ma part, en basculant la photo en mode portrait, je suis assez convaincue qu’on voit l’arrière de la tête de Kris, de très près, et une partie de la nuque (la partie plus « orangée »). La nuque semble avoir des tâches plus sombres: cela peut être un simple jeu de lumières/ombres, des traces de boue, de sang, (ou encore des tâches post-mortem? j’avais lu quelque part que des tâches sombres peuvent apparaître sur les cadavres après quelques jours, mais je ne suis pas une spécialiste et je n’ai pas trouvé de source sérieuse pour confirmer cela… donc cela reste de la spéculation).

    • Joe
      15 mars 2021 / 16 h 31 min

      Merci pour cette démonstration aiguisé.. je souhaiterais votre hypothèse sur les comportements potentiel des photos de nuits et selon vous les scénarios probable de cette séquence. Si vous avez la motivé bien sûr. Au plaisir de vous lire tous car vous êtes vraiment sérieux et passionné.

  13. RomainC
    14 mars 2021 / 21 h 58 min

    Veuillez m’excuser pour l’absence de réponse, je n’ai pas tellement de temps en ce moment pour m’occuper des articles. Je vais répondre rapidement à certaines questions, mais je posterai peut-être une réponse plus précise un autre jour.

    @Marvid Oui, il existe d’autre photos du sac dans le rapport. Pas tous les objets n’ont été répertoriés. Un article sortira sur le sujet prochainement.

    @Jerry
    « Une question que je me pose, serait-il possible que les filles aient réalisé plusieurs appels d’urgences et que l’indication d’un appel au 112 par exemple soit en réalité dû à un souci de traduction (de l’espagnol au néerlandais) ou cela est très clair sur le rapport que vous avez ?

    Dans le rapport, ils le précisent s’il y a plusieurs appels.

    « Dans quel état ont été retrouvés les téléphones, ont-ils permis une récupération complète ? On voit par exemple que pour les 19% de perte de batterie, il manque des données. Si l’application « maps » a été ouverte, j’imagine que les enquêteurs se seraient penchés sur ce qui avait été recherché sur l’application, une recherche, etc.  »

    A vrai dire, et j’ai peut-être sauté le passage, ils n’ont pas vraiment été précis sur l’état des téléphones. En revanche, il y a une chose très intéressante à dire sur le téléphone de Lisanne mais je dois attendre la publication du nouvel article avant de pouvoir le dire. Par rapport à « maps », je n’ai rien vu de plus précis à ce sujet. De ce que je comprend du travail des enquêteurs, est qu’ils ont dû rassembler les données et les interpréter eux-mêmes.

    « D’ailleurs une question sur l’utilisation des termes « Création automatique d’une capture d’écran » plutôt que juste « capture d’écran », cela veut-il dire qu’il s’agit d’une capture automatique de l’appareil et non d’une capture volontaire ou involontaire des filles ? »

    Il s’agit plutôt d’une capture involontaire lors de la fermeture de l’application.

    Par rapport à ce que Matt a écris dans son article, je ne comprend pas pourquoi il a écris « pin non entré ou entré incorrectement ». De ce que je vois, cela n’a a été que des pin non entrés.

  14. Jerry
    17 mars 2021 / 0 h 59 min

    @Freya : Il existe de nombreux dessins qui circulent sur le web, de nombreux internautes ayant dessiné ce qu’ils voyaient. Je mets ci-dessous un gros plan de la photo. J’ai encadré les éléments qui pouvaient être vus sur celle-ci.
    La voici : https://www.zupimages.net/viewer.php?id=21/11/h3l0.jpg
    – En bleu, l’endroit où certains voient l’oeil.
    – En rouge, l’endroit où certains pensent voir l’une des rayures rouges verticales du haut de Kris. Celle-ci est même envisagée se poursuivre un peu au-dessus de l’encadré blanc.
    – En blanc, une zone où apparaît des blancheurs, certains pensent qu’il s’agirait de dents.
    – J’ai encadré en jaune d’autres endroits qui présentent des blancheurs
    – En vert, une zone sombre que certains attribueraient à une narine
    – Associé à l’encadré rose que certains imaginent être une bouche (d’autres un œil en raison de rougeurs).
    Difficile d’être sûr… A première vue, on a effectivement tendance à imaginer qu’il s’agit de l’arrière de la tête de Kris. Mais le doute persiste. On voit effectivement la partie que vous nommez orangée qui signifie que cet endroit ne présente pas de cheveux. S’il s’agissait de la nuque alors la base des cheveux sur celle-ci serait élevée. Peut-être la tête est-elle penchée. De même, Kris possède les cheveux longs comme on peut le voir par exemple lorsque ses cheveux sont détachés sur le mirador. S’il s’agissait de l’arrière de la tête, la chevelure ne descendrait-elle pas plus au point de couvrir complètement la nuque ?

    • Jerry
      17 mars 2021 / 1 h 24 min

      Je mets ci-dessous une comparaison avec l’une des premières images rendue publique :
      https://www.zupimages.net/viewer.php?id=21/11/532j.jpg
      Souvent l’on entend que les cheveux sont propres et secs mais sans prendre en considération que l’image a été photoshopée afin d’en faire ressortir un maximum de détail. L’effet « sec » est probablement rendu par l’éclaircissement et le contraste de l’image.
      On voit sur la comparaison ci-dessus que sur la photo qui circule, le travail apporté sur celle-ci a permis de récupérer de l’information sur l’image au détriment d’autres (la couleur de la chevelure qui perd en rousseur, les flash qui disparaît quasi complètement, les cheveux qui s’affinent…).

      Pour ce qui est des taches post mortem, il s’agit de ce que l’on appelle les lividités cadavériques. Une fois que le cœur s’arrête, le sang cesse d’être propulsé à travers le corps, il subit alors l’effet de la gravité et se dirige vers le sol. Si le corps est sur le dos, les lividités apparaîtront sur l’arrière du corps et inversement si le corps est allongé sur le ventre. Il ne me semble pas que la photo puisse déterminer ce type de tâche.
      Par ailleurs, dans un autre article, quelqu’un parlait des yeux qui apparaîtraient rouges sur une photo au flash. Cependant, les yeux rouges le sont en raison du sang qui circule dans l’œil. Lorsqu’une personne s’éteint l’œil se dilate, la cornée perd sa transparence et des taches sombres assombrissent le blanc de l’œil. Cela pourrait être utile s’il s’agissait réellement d’un oeil sur la photo de Kris.

  15. Jerry
    17 mars 2021 / 2 h 22 min

    Joe : Pour les photos de nuit, mon hypothèse est qu’il s’agit d’un appel à l’aide désespéré.
    Ce sont les photos de nuit qui m’avaient interpellé l’année dernière quand j’ai découvert cette histoire. Sur l’article que j’avais lu, celles-ci étaient présentées comme des photos à la blair witch. Je me souviens m’être demandé « qui court dans une forêt en prenant des photos ? » En réalité il s’est avéré très rapidement qu’il n’y avait eu aucun déplacement sur ces photos de nuit. D’ailleurs les journalistes du livre Lostinthejungle viennent de remettre l’assemblage des photos qu’ils avaient retiré un moment. Je peux donc renvoyer vers celle-ci :
    https://www.lostinthejungle-thebook.com/2021/03/10/other-stitch-nachtfotos/
    On voit que les photos sont dirigées vers le ciel ce qui élimine certaines théories de l’époque qui envisageait que les filles avaient pris des photos pour faire fuir un animal par exemple (jaguar, puma…). Une autre théorie était que l’une des filles prenait des photos pour rejoindre l’autre qui se trouvait au fond d’un ravin, certains internautes n’ayant pas vu qu’il s’agissait de photos en contre plongée et ayant pris une feuille pour une personne allongée.
    Pour ma part, au vu des temps de déclenchement successifs, j’avais imaginé dans un premier temps qu’il s’agissait d’appels lié au désespoir d’une des filles venant de rendre son dernier souffle. Celle qui reste prend alors conscience par effet miroir de ce qui risque de lui arriver et trouve l’énergie du désespoir pour lancer ces appels lumineux (comme le cri de rage d’une personne qui ne s’avoue pas vaincue).
    Mais je pense finalement qu’il s’agit moins de désespoir que d’espoir ce soir là. Romain dans son 2ème article indique à la date du 7 avril concernant les recherches :
    « Journée : les recherches continuent.
    Nuit : Sinaproc et les forces spéciales de Senafront passent la nuit sur un des lieux de recherche.
    Les forces spéciales de Senafront réalisent pour la première fois des recherches la nuit en utilisant des signaux d’appel et de lumière. »
    Je pense donc que la ou les filles ont pu voir au loin les signaux lumineux et ont fait une association d’idées avec leur appareil photo qui pouvait lancer des flashs. Raison pour laquelle les flashs sont lancés en continu vers le ciel. Elles doivent espérer que l’équipe de recherche les remarque. Cependant le flash est faible s’agissant d’un appareil photo compact, de plus se trouvant visiblement dans un creux et de hauts arbres s’élevant au dessus d’elles, la lumière du flash doit être absorbée.
    Certains imaginaient qu’elles avaient pu s’évader d’un lieu où elles avaient été retenues captives. J’ai du mal à imaginer quelqu’un qui chercherait à échapper à des agresseurs, lancer durant plus de 3h des signaux lumineux qui pourraient les trahir. J’imagine que dans ce cas là, elles tenteraient plutôt de se faire discrètes, de se cacher pour attendre le jour.
    Certains imaginaient qu’une personne aurait pu trouver le sac et tester l’appareil photo. Peu de chances que quelqu’un se promène après minuit dans la jungle. De même, inutile de tester 3h l’appareil en appuyant en continu (ce qui tend plutôt à imaginer une personne désespérée). D’autre part, une personne qui trouverait le sac, aurait probablement aussi tester les portables.
    Une autre des théories qui circule voudrait que tout soit faux. Qu’une personne se soit déplacée dans la jungle pour prendre des photos durant plus de 3h en sachant qu’elle remettrait le sac avec l’appareil photo pour induire en erreur les autorités en les amenant à penser qu’il s’agissait d’un perte dans la jungle et non d’un acte criminel. C’est une théorie qui ne tiendrait pas la route en raison des bénéfices/risques. Si la personne était suffisamment intelligente pour avoir planifié tout l’ensemble, j’imagine qu’elle devrait alors se rendre sur El pianista pour valider sa théorie (si les photos étaient prises ailleurs cela risquerait de prouver qu’il s’agirait d’un acte criminel). Si la personne se rend sur El Pianista, j’imagine qu’elle est suffisamment concernée pour suivre l’affaire minute après minute et savoir que l’équipe de recherche se rend le soir même sur place pour des recherches. Dans ce cas comment imaginer que la personne risquerait 90 flashs qui pourraient lui nuire. Comment aurait-elle pris une photo de Kris ? l’outil aux bouts de sacs ? etc. C’est de l’ordre de l’inconcevable.
    Je pense que le plus probable est que la ou les filles ont vu un signal lumineux ce qui a déclenché un déclic sur le fait qu’elles pouvaient lancer des flashs avec l’appareil photo. Et cette idée leur donne l’énergie de déclencher tous ces flashs en continu. Il est aussi possible que ce ne soit pas les signaux des recherches qu’elles aperçoive. Un randonneur ayant dormi sur El Pianista raconte qu’il se réveille la nuit en raison de feux d’artifices lancés probablement pour un anniversaire. Les filles voient donc un signal lumineux ou entendent un feu d’artifice qui les réveille et prennent leur appareil pour déclencher le flash. Ce n’est pas quelque chose qu’elles ont prévu. Elles réagissent sur le coup en réponse. Sinon, elles auraient probablement lancé les flashs dès la tombée de la nuit autour de 19h et les aurait lancé à des intervalles réguliers plus éloignés afin de ne pas gaspiller la batterie et d’en garder en cas de besoin futur. Là, cette nuit là elles semblent aller jusqu’à l’épuisement de la batterie, ce qui me fait dire que c’est l’espoir d’être découvertes qui justifie qu’elles y mettent toutes leurs chances, tous leurs flashs possibles. Au fur et à mesure les flashs s’éloignent dans le temps. Le dernier arrive une quarantaine de minutes après le précédent. Ce qui me fait dire que l’appareil s’était éteint auparavant puis que celui-ci a récupéré suite au repos un peu de batterie ayant permis une dernière photo. Cette dernière photo me fait pencher sur l’espoir d’être trouvée plutôt que le désespoir de la disparition d’une des filles. Dans ce dernier cas, au bout des 20 minutes la fille aurait cessé de lancer ses flashs dès que l’énergie se serait calmée. Elle lance des flashs toutes les 15 secondes pendant 20 minutes jusqu’à la photo de Kris qui elle met 1mn30 à venir. J’imagine qu’elle se serait calmée à ce moment là.
    Ci-dessus je parle de flashs plutôt que de photographies car je doute que les filles cherchent à faire des photos, elles ne doivent même pas regarder dans l’objectif. Probablement que la fille est allongée, qu’elle regarde le ciel dans l’espoir de voir des lueurs et déclenche en même temps le flash.

    • Joe
      17 mars 2021 / 11 h 49 min

      @jerry ,, merci beaucoup vous êtes impressionnant de réalisme et sur cette thèse pertinente on se plonge vraiment avec les filles un minimum. Vous emmetez donc la possibilité quelles sont restez a cette endroit immobilisée ou bien un certain temps ? Je vous remercie en tout cas. Ça serait bien que ce livre soit traduit en français 😔 . En attente de vous lire tous . La réalité de leur histoire de rapproche . Ah oui aussi pensez vous que les familles détiennent quelques photos non publié ?( Ce qui me choque pas). Et si oui pourquoi serait elle préservé dans l intimité des familles. Merciiiii

      • Anonyme
        17 mars 2021 / 13 h 00 min

        Désolée encore moi 😩 donc au moment des photos de nuit Kris serait en capacité et non présumé blessée gravement ? La théorie des flash en réponse de quelque chose est très convaincante. En tout ça la tête de Kris été très très près de l objectif…. Enfin voilà .passionnant tout ça et vos réflexions sont très pro.

    • blublub
      21 mars 2021 / 8 h 53 min

      Correct, the only reasonable explanation for the nightly images is that they tried to get the attention of the search team as this was the night where they conducted the 1st nightly search.

      So theoretically if one had access to the searched paths at that nicht IR would be possible to pin point the location to a stretch of 300-500m left and right of the search team

  16. THORR
    17 mars 2021 / 19 h 13 min

    Taken into consideration the tons of words spent on this case, I may have missed the definite answer to a simple question: « Could the girls resist so many days in the jungle (especially at night) the way they were dressed? ».
    We need the answer of someone who knows this kind of jungle and environment and not opinions from bloggers, of course.

  17. Jerry
    18 mars 2021 / 9 h 09 min

    Joe : Oui, je pense qu’il ne s’agit pas d’un simple endroit de passage où elles se trouveraient la nuit où les photos sont prises. Sur l’une des photos de nuit l’on voit une branche avec des restes d’un sac en plastique qui y aurait été accroché. Si l’on excepte la possibilité que cette branche soit déjà là lorsqu’elles arrivent sur ce lieu, alors les filles ont tenté de construire un outil dans un objectif précis. On sait qu’elles ont fait des courses dans un magasin et qu’elles possédaient donc probablement ce type de sac rouge. Il me semble également qu’un sac similaire est vu dans les photos prises dans leur chambre. Quelque soit l’objectif cet outil aurait été abandonné une fois le sac déchiré. Imaginons qu’il s’agisse d’un outil créé afin d’être agité dans les airs pour être vues par un hélicoptère. Alors une fois que le sac est déchiré, si elles poursuivent leur chemin, la logique voudrait qu’elles abandonnent la branche.
    Il existe une autre possibilité, celle que cet outil n’ait pas pour objectif de se faire remarquer par un hélicoptère mais par un endroit plus haut de la rivière. Dans ce cas là, les filles seraient donc bloquées dans cet endroit (peut-être blessée(s)). Si elles pouvaient en sortir, elles n’auraient pas besoin de se signaler par rapport à un endroit plus haut, elles rejoindraient probablement directement cet endroit.
    De même sur l’autre photo on voit un bout de la carte qu’elles avaient (et qui apparait sur d’autres photos précédentes de l’appareil photo lorsqu’elles déjeunent). La carte semble en mauvais état à l’abandon sur un rocher. Soit les filles ont compris que la carte ne leur servirait pas, soit dans le cas contraire elles en auraient pris soin, l’auraient mis dans leur sac pour la nuit, pour ne pas qu’elle soit trempée, etc. Autre hypothèse (pour ma part je ne suis pas convaincu par le fait qu’il soit écrit SOS avec le papier toilette sur cette photo) il se pourrait que les filles aient tenté de faire un feu en utilisant cette carte comme combustible (il semblerait qu’il y ait un tas de papier sur la photo). Elles auraient pu imaginer utiliser le fond réfléchissant de la boîte de Pringles pour diriger les rayons, ou plus probablement leurs portables. Si tel était le cas, j’imagine qu’elles ne tentent pas le feu le 8ème jour, et qu’elles doivent le tenter lorsque le soleil est au zénith.
    Cela rejoint d’ailleurs la question de Thorr sur la possibilité de survie des filles de nuit dans la jungle avec le peu d’habits qu’elles portent et le risque d’hypothermie. Le feu permettrait de se réchauffer la nuit mais aussi d’éloigner les insectes. Pour éviter l’hypothermie, il faudrait que les filles s’abritent de la pluie (pour ne pas avoir leurs vêtements trempés) et du vent. Tant que les deux filles sont en vie, alors elles ont chacune une source de chaleur complémentaire en la personne de l’autre, pouvant les protéger de l’hypothermie. Dans ce type de cas, la meilleure solution si l’on n’a pas de feu, est de se serrer la nuit l’une contre l’autre.
    Pour les possibilités de survie dans la jungle il faudrait prendre également en compte les autres éléments, dont le premier : l’eau. Les filles sont apparemment au niveau de la rivière et ont une source d’eau potable qui permet ainsi de résoudre l’un des problèmes essentiel de survie dans la jungle. Peut-être d’ailleurs pour cela qu’elles sont près e la rivière et qu’elles pourraient la suivre. Trouver une source d’eau est primordiale. Les filles ont apparemment une ou deux bouteilles d’eau d’environ 50 cl me semble-t-il. Marcher dans la jungle, avec la chaleur en journée pourrait nécessiter de boire plusieurs litres d’eau par jour (peut-être même 10). L’autre élément est la nourriture.
    On peut vivre plusieurs semaines sans manger (une dizaine). Les filles ont apparemment fait des courses avant leur randonnée. La jungle peut leur apporter des fruits (si elles se déplacent), ou encore insectes (si elles s’adaptent).
    Pour revenir à la question précise sur l’hypothermie, il est à noter que si les filles se déplacent elles pourraient tomber sur plusieurs cabanes qui se trouvent dans la jungle (qui les protégeraient de la pluie et du vent) ou même trouver des vêtements dans la jungle. Ainsi lors des recherches ont été trouvés des habits qui n’appartenaient pas aux filles. L’un des journalistes, je crois sur la video de Telemetro trouve des vêtements sur le trajet. Tout est possible. Par contre se déplacer dans la jungle, augmente leur besoin en eau mais aussi leur dépense d’énergie ce qui peut-être problématique si elles n’ont pas de nourriture.

    @Joe : Le livre devrait déjà être traduit en anglais ce qui devrait permettre déjà une plus grande circulation des informations contenues. J’ai cru comprendre qu’en achetant une version numérique, il existait des outils (chez Amazon me semble-t-il) permettant de traduire automatiquement le livre dans sa langue.
    Pour ce qui est de photos non publiées. Il est fort possible que les familles possèdent toutes les photos qui n’ont pas été publiées. Celles-ci leur reviennent de droit. Romain indique dans cet article que des photos ont été prises par les téléphones portables sur le Mirador. 9 au total. Je ne sais si il les a vues, ni même si elles existent (il est possible que seule l’information que des photos ont été prises ait pu être récupérée, mais que les photos elles-mêmes n’aient pas pu l’être.) Si les photos existent, j’imagine que chaque parent a alors reçu les photos contenues dans le téléphone de leur fille.
    Pour ce qui est de la raison pour laquelle ces photos ne seraient pas publiées, j’imagine que les parents les conserve pour eux-mêmes et n’ont pas envie qu’elles soient étalées et circulent via le web partout dans le monde. Il est difficile de perdre un enfant. Il est d’autant plus difficile de faire le deuil quand on n’a pas le corps, ni toutes les réponses. C’est quelque chose qui doit quotidiennement torturer les parents notamment avec toutes les théories qui circulent sur le net. Ils doivent espérer chaque jour que leurs filles n’aient pas souffert. Se demander si un accident a eu lieu lors de cet appel d’urgence, si l’une des filles disparaît à ce moment là. Si leurs filles ont passé des jours à errer dans la jungle, à souffrir du manque de nourriture, à perdre du poids, à s’épuiser, à perdre la raison… Combien de jours ont-elles pu rester en vie ? Etaient-elles encore en vie lorsqu’ils sont venus au Panama, qu’ils ont parcouru le sentier ? Avec la culpabilité qui peut s’associer de ne pas les avoir trouvées si elles étaient encore en vie. Voire une culpabilité qu’elles pourraient ressentir antérieur sur ce voyage au panama. Si on rajoute toutes les théories qui circulent sur internet, de kidnapping, etc. qui sont insoutenables pour les familles. Il est normal qu’elles ne souhaitent pas alimenter ces théories.
    Les photos des filles leur appartiennent. Il est regrettable que les photos complètes de l’appareil photo avant le 1er avril aient été mises en ligne. Comme vous dites, il s’agit d’intimité. Que les familles qui n’ont pas récupéré les corps dans leur totalité puissent se recueillir et parcourir les photos de leurs filles souriantes avant le drame. Là le partage de ces photos revient à leur voler une partie de leur deuil. Il est donc normal que les familles souhaitent conserver des photos qui n’appartiennent qu’à elles. De pouvoir voir la photo de leur enfant en toute intimité, sans avoir à se dire que celle-ci soit vue au même moment par des milliers de personnes à travers le monde. C’est une forme de protection de son enfant. De ne pas l’exposer plus à la foule incontrôlée du web.

    Concernant la photo de nuit de Kris, il serait effectivement possible si celle-ci est debout sur cette photo qu’elle ne soit pas gravement blessée. J’avais pour hypothèse qu’elle aurait pu se fracturer le bassin le 1er avril ce qui pourrait expliquer les déchirures sur le short, la partie du pelvis retrouvée ainsi que la côte cassée. Mais si Kris est bien debout, alors cette théorie ne peut être prise en compte.
    Je rajouterai que si Kris est debout, alors Lisanne doit l’être également. J’optais pour la fait qu’elle soit allongée en raison de l’angle notamment de la pierre où se situe la branche avec les bouts de sac et le fait que le ciel soit visé ce qui rend difficile un passage de Kris devant l’objectif. Mais je peux me tromper. Il est aussi possible qu’elle soit allongée un moment puis se mette debout. Effectivement si elles se réveillent en raison de flashs lumineux ou d’un feu d’artifice il est fort possible si elles sont en état qu’elles se dresseraient pour prêter attention. Dans ce cas là, elles seraient debout depuis le début.

    • THORR
      18 mars 2021 / 15 h 56 min

      It is well known that one of hypothermia side effects is that we feel so hot due to a human body wrong reaction/perception in extreme cold. One of the most famous examples is the one of the hikers who died on the Dyatlov Pass and whose bodies were found almost naked in a freezing environment.
      1) Could Kris have experienced this situation, too?
      2) Could have she taken out her shorts due to the hypothermia false sensation explained above?
      Because, if actually confirmed that no cadaver fluids were found on her shorts, she must have taken them out before she died.
      Moreover, if no blood was found on her shorts, it also means that she was not wearing them when they ripped as we can see in the photos.
      Or, this info (no fluids) is yet another one of those repeated fake news?

      • Anita
        28 mars 2021 / 23 h 37 min

        Happy to meet here someone who is interested in the Dyatlov Pass Incident ! You just told us about the fact that Kris’s shorts was found without cadaver fluids on it. Strange isn’it … But another thing seems to me very odd : what’s about the two bras folded in the backpack ? Does that means that they both removed each one’s own bra ? In what purpose ? As for me , I don’t understand … they had so little clothes, at night It is cold and no need to remove your bra. On day light, when you have to walk in such a place, it’s more comfortable to keep your bra on.
        I think it’s a foul play, and that someone ordered Lisanne and Kris to put their clothes off. As a woman, I would never have the odd idea to keep off my bra In such a dramatic situation, It seems to me rather a bad clue (sorry for my English),

        • THORR
          29 mars 2021 / 10 h 06 min

          @ANITA
          We finally have the opinion of a woman regarding the bras discussion. It seems that everyone is certain that a woman would think to take her bra off in a situation like this (lost in a hot & wet jungle), but evidently not EVERY woman 🙂

  18. Jerry
    18 mars 2021 / 18 h 08 min

    Thorr : Oui, les effets de l’hypothermie sont multiples, pertes de connaissances, confusions, difficultés à se déplacer, difficultés à parler, etc. Dans les cas extrêmes peuvent effectivement apparaitre ce que l’on appelle le « déshabillage paradoxal ». La personne souffrant d’hypothermie ressentant alors l’impression d’avoir énormément chaud, retire ses vêtements et se condamne alors en aggravant son état.
    J’avais également évoqué dans les commentaires de l’article 3 de Romain, ce que l’on appelle les cas « d’enfouissement terminal » dans les cas extrêmes d’hypothermie, où la personne dans ses derniers instants s’enfouit sous terre à la manière des animaux qui hibernent afin de maintenir la chaleur corporelle. Ce serait un comportement primitif qui serait activé, d’enfouissement et de protection.

    J’avais évoqué l’année dernière cette hypothèse de déshabillage paradoxal chez Kris, qui aurait pu expliquer que le short soit plié sur un rocher (comme il était dit à l’époque). Kris ressentant une énorme chaleur, se sépare de son sac, de son short, etc. C’est une hypothèse. J’avais aussi envisagé que Kris puisse abandonner son short en raison du manque de nourriture qui aurait entraîné une perte de poids, ce qui aurait pu la gêner pour avancer étant donné qu’elle n’a pas de ceinture. Mais s’agissant d’une jungle, si les filles avancent, elles auraient du trouver de quoi pouvoir serrer le short dans la nature (lianes…) et n’aurait probablement pas abandonner ce qui aurait pu être utile pour conserver un minimum de chaleur. De même une remarque qui avait été soulevé par une personne, pourquoi ne mettrait-elle pas son short dans le sac tout comme les autres affaires, lunettes, soutiens-gorges… ?
    A la suite des nouvelles informations reçues dernièrement, le short n’était pas soigneusement plié sur un rocher. Le short de Lisanne aurait aussi été trouvé plus loin dans la rivière.
    Pour ce qui est de l’absence de sang sur le short. Je crois que Romain a indiqué qu’aucune trace n’avait été trouvée, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en a pas eu, mais que celles-ci ont peut-être disparues du fait d’être rester longuement dans la rivière, nettoyées par l’eau froide. Il semblerait que, contrairement aux idées reçues comme quoi les traces de sang ne partiraient pas, l’eau froide aurait une action sur celles-ci. Les traces de sang pourraient ainsi être nettoyées en plongeant le vêtement dans de l’eau froide. Si on rajoute la durée durant laquelle le short a dû rester dans l’eau, cela pourrait peut-être expliquer cette absence de traces.

    Par ailleurs, dans mon hypothèse où Kris aurait pu glisser le 1er avril et se fracturer le bassin, j’imaginais qu’il soit possible que Lisanne lui retire son short afin de vérifier ses blessures. Elle ne lui aurait alors pas remis, en raison de la douleur qu’elle aurait au niveau du bassin.

    • THORR
      18 mars 2021 / 18 h 46 min

      Concerning the fracture of the basin I can say something, cause I am a sort of expert here.
      In my opinion, which I have also found in other blogs & videos, the basin is not really « fractured » at all.
      What we think is a single bone (we call it basin) is actually a composition of 3 main bones: 2 hip bones and a sacrum bone. The sacrum is keeping the two hip bones together with a sort of hard fibrous tissue, that we can clearly see on Kris’ bone; it is the thing that looks like black hair).
      Now, it is very likely that the sacrum and the two hip bones came away one from the others, just because the entire basin remained under the elements for a long time and this caused the degradation of the ligand tissues and the consequent separation of the 3 bones.
      I do not know if I have explained myself, but I am pretty sure that there is no actual fracture of the basis.
      What does the official report say? Do we have a clear statement in the report that the basin is cut/broken?

      • THORR
        18 mars 2021 / 18 h 54 min

        https://zupimages.net/viewer.php?id=21/11/kjyr.jpg
        Sorry for the « scaring » picture, but I wanted to clarify my previous statements.
        If you look at the basis of the skeleton, which is very very old, you can clearly see that the basin is separated in three pieces, exactly where the sacrum was attached to the couple of hip bones. There is no fracture at all, the three pieces simply separated by elements and time (in this case).

    • Anita
      28 mars 2021 / 23 h 54 min

      Comme je l’ai dit plus haut, ce qui m’intrigue et qui me fait pencher vers une macabre mise en scène, c’est la présence des deux soutien-gorge dans le sac à dos. J’ai lu qu’elles avaient pu les ôter pour être plus à l’aise… c’est impossible dans un tel environnement escarpé où le maintien est plus confortable, quant à les enlever de nuit, compte tenu du peu de vêtements que les filles portaient, pourquoi ôter une couche de vêtement si mince soi elle, alors que les nuits sont plutôt froides en contraste avec la journée. … de plus, les soutien-gorge semblaient en parfait état alors qu’ils auraient dû être vraiment avachis où souillés après ces jours passés à errer sous la pluie et dans la boue. Selon moi. Il s.agit d’une mauvaise rencontre ou d’un piège.

  19. THORR
    18 mars 2021 / 19 h 03 min

    I am asking about the official coroner report, because the word « broken basin » might be another repeated element which came true even if there is no such statement in the medical analysis.

  20. Jerry
    19 mars 2021 / 9 h 23 min

    Thorr : La fracture du bassin est l’une de mes hypothèses. Le rapport n’en parle pas. Romain a mis une partie du rapport en espagnol dans la partie 2. Celui-ci indique aucun traumatisme sur les os, aucune intervention humaine détectée, mais indique également qu’il manque les éléments clés du squelette qui pourraient expliquer la mort (crâne, vertèbres, côtes, sacrum, bassin). Il est noter que la ceinture pelvienne est absente mais que celle-ci pourrait expliquer la mort. Raison pour laquelle je n’avais pas exclus cette hypothèse de « fracture » du bassin. Il semblerait effectivement que ce type de blessures soit des plus graves et puisse entraîner la mort.
    C’est une hypothèse que j’envisage car dans ma théorie actuelle je pense que les filles ont été immobilisées, que la raison du premier appel est peut-être une blessure grave en raison d’une chute ce qui expliquerait que les deux appels d’urgence n’aient pas lieu en même temps alors que les téléphones sont apparemment synchronisés puisque les deux filles prennent des photos sur le mirador avec leur téléphone portable à la même minute. Je pensais que les filles avaient pu se séparer momentanément lors des appels d’urgence et finalement une chute pourrait expliquer cette séparation, l’une tombant au bas d’une cascade par exemple et l’autre restant au dessus se précipite pour la rejoindre (ce qui expliquerait les 12mn d’écart). Pour qu’il y ait précipitation et appel d’urgence, il faudrait une blessure suffisamment grave. Raison pour laquelle j’envisageais cette blessure du bassin en raison du short déchiré qui laisse imaginer qu’une fille « glisse » puisqu’il semble y avoir eu un « frottement » violent sur le short.
    Votre remarque sur le tissu fibreux est intéressante. Il est indiqué dans le rapport qu’il s’agirait du pelvis gauche.
    J’avais cette image ci-dessous où le pelvis est placé à gauche effectivement.
    https://imperfectplan.com/wp-content/uploads/2020/07/Pelvis-piece.jpg
    Mais selon votre remarque sur les tissus fibreux, celui-ci serait plutôt placé à droite ou alors il serait peut-être possible que la photo soit prise de l’arrière de l’os et non comme indiqué sur le schéma ? Selon la photo et malgré le rapport indiquant qu’il n’y avait pas de traumatisme il me semblait qu’une partie basse de l’os manquait, mais il se pourrait peut-être alors qu’elle ne se voit pas car l’os est inversé…

  21. THORR
    19 mars 2021 / 9 h 35 min

    exactly, the basin on the picture is in reverse, so you should vertically flip it and, yes, there is no fracture in my opinion.

  22. THORR
    19 mars 2021 / 9 h 49 min

    but contrary to my previous statement, I actually have doubts if right or left hip bone, anyway I can catch no fracture

  23. Anonyme
    19 mars 2021 / 10 h 00 min

    @THORR
    definitely the left part
    I agree there is no fracture, at least on this picture that is circulating, but if the medical report is confirming no trauma, then we have the confirmation

  24. Joe
    21 mars 2021 / 9 h 07 min

    Coucou !! Heu les gars et camille c est quand que vous nous faites le col dyatlov , ?!! Parceque avec vos développements ça serait passionnant de nous éclaircir la dessus aussi 😂😂 .
    J ai toujours des questions bête , mais au vu de toutes les trouvailles (os,sac,short) comment expliquez vous cet éloignement sur autant de km du mirador? En sachant en + que lisanne se plaignait de douleur aux jambes et par toute évidence n était pas spécialement en condition. J ajouterais que sur les photos elle est relativement  »a la traine » par rapport à Kris qui fait des arrêts pour l attendre. Voilà voilà.👍👍👍

    • Anita
      29 mars 2021 / 0 h 07 min

      Hello Joe, le Col Dyatlov, ce serait avec intérêt car ce sujet me passionne depuis 5 ans mais auparavant, il serait bon de savoir ce qui est arrivé à Kris et Lisanne, la réponse devrait être plus facile à obtenir car cette affaire est récente et même si l’enquête a été bâclée comme pour le col Dyatlov , en ce qui concerne la mort des filles, cela s’est passé en 2014 et non en 1959 comme pour le Dyatlov pass incident. Les indices que nos amis Romain et Chris ont rassemblés sur place devraient aider à dessiner la vérité. Et le groupe qui est prévu pour un retour sur place devrait faire avancer l’enquête malgré les réticences du Panama.

    • Joe
      23 mars 2021 / 17 h 09 min

      Jeannine le voile n est pas du tout levé car c est une thèse pour clore l enquête et c est strictement incohérent avec la réalité des faits… cordialement .

      • Vincent
        23 mars 2021 / 18 h 09 min

        Parfait, Kévin.

      • Jeanine
        26 mars 2021 / 20 h 10 min

        « M. Gaume a dit à l’AFP «s’être senti comme des détectives» avec son collègue, mais insiste sur le fait qu’ils ne prétendent pas avoir pour autant résolu tout le mystère du col de Dyatlov » (dernière phrase de l’article).

  25. Jerry
    25 mars 2021 / 1 h 31 min

    @Jeanine : Merci beaucoup !

    @Joe : Il me semble que Lisanne ne se plaignait pas de « douleurs » aux jambes mais d’un gonflement de cheville.
    Si elle envisage de parcourir le Pianista ce 1er avril, j’imagine qu’elle n’a pas de difficultés à marcher. De même si elle avait eu des difficultés, je ne pense pas qu’elle serait aussi souriante sur le Mirador, après 2 heures de marche.

    Pour ce qui est de l’éloignement de ce qui a été trouvé, je mets tout d’abord cette carte ci-dessous :
    https://zupimages.net/viewer.php?id=21/12/uxnu.png
    J’ai tracé en jaune le chemin approximatif après le Mirador (à partir du chemin emprunté par le randonneur de Wildxplor). J’ai tracé en bleu les rivières sur cette première partie du chemin. J’ai placé les horaires approximatifs si les filles ne s’étaient pas écartées du chemin après le mirador.
    Selon mon hypothèse actuelle, les filles auraient pu arriver au premier pont au moment de ce premier appel d’urgence. J’ai fait dans mes commentaires précédents une estimation à partir de données exif de personnes ayant parcouru le chemin du mirador jusqu’à la cabane qui se situe après le premier pont. L’hypothèse de ce premier pont est apparemment de ce que j’ai lu dernièrement l’hypothèse retenue par la fiscal contrairement à ce qui circule sur le web où il s’agirait du deuxième pont.
    Pour répondre à la question de l’éloignement j’ai donc calculé la longueur de la rivière de ce premier pont jusqu’à l’endroit le plus éloigné où a été retrouvé un élément, le sac. La distance est de 8 km. Cela semble effectivement long. Mais en réalité, tout dépend de la force du courant. Ici en prenant le sac, nous avons un élément qui doit flotter plutôt bien et donc avoir la possibilité d’aller loin. Si on estimait que le sac se déplaçait à 1m/seconde, le sac pourrait faire 3,6 Km en 1h. Il aurait ainsi pu atteindre son lieu final en un peu plus de 2h.
    A noter que c’est un exemple, le sac peut tout aussi bien aller plus vite comme moins vite en fonction du courant, mais il me semble avoir lu que le courant était assez puissant (allant même jusqu’à déplacer des rochers de plusieurs tonnes). Ces 2h seraient dans l’hypothèse que le sac soit emporté par le courant sans être stoppé dans son trajet.
    Etant donné qu’il doit flotter j’imagine qu’il a plus de chance de ne pas être trop ralenti.
    Souvent on lit que le sac serait resté des semaines dans l’eau, ce qui n’est donc pas forcément le cas. Le trajet en lui-même n’est pas si long via la rivière. D’autre part, rien n’indique à quel moment le sac a été emporté par le courant. J’imagine que les filles sont dans un endroit un peu à l’écart de la rivière, mais inondable lorsque celle-ci s’intensifie. Le sac aurait ainsi pû rester à l’abri durant plusieurs semaines avant d’être emporté. Il me semble selon les photos qu’il se coince entre un tronc d’arbre et un rocher.
    Pour ce qui est des vêtements, ces derniers sont plus légers mais aussi plus susceptibles de s’accrocher ou d’être stoppés sur le trajet. Pour ce qui est de la chaussure, Romain en avait parlé il me semble, c’est quelque chose d’habituel que les extrémités dans l’eau se détachent d’un corps. Le poids de la chaussure, sa dimension, associé au courant et au contact d’un rocher sur le trajet a probablement éjecté celle-ci en dehors de la rivière.

    • Jerry
      25 mars 2021 / 1 h 50 min

      Sur la carte ci-dessus, j’ai mis le parcours estimé des 3 points qui ont ou auraient pu être traversés par les filles : les 2 quebradas et le 1er pont qui sont tous traversés par une rivière. Pour que les éléments soient retrouvés tout au long de la rivière, cela impliquerait que les filles sont emportées par celle-ci à un moment et donc qu’elles ne sont pas éloignées de la rivière. Pour ma part, j’envisage qu’elles se soient mises à l’abri en se retirant un peu de la rivière (autant qu’elles le peuvent, surtout si l’une ou les deux sont blessées).
      Voici un endroit qui donnerait une idée :
      https://zupimages.net/viewer.php?id=21/12/hvie.jpg
      Comme on le voit dans l’image (encadré rouge), les filles pourraient ainsi être près de la rivière mais celle-ci ne les atteindrait pas tant que la saison des pluies ne fait pas monter de manière importante la rivière. L’image mise ci-dessus ne doit pas être l’endroit des photos de nuit l’ayant observé d’autres angles, mais elle présente des similitudes troublantes, le rocher penché en travers (encadré rose : c’est ainsi que je vois l’image de la branche avec les bout de sac, rivière derrière, et certains voient même les câbles), et le creux sur le rocher (encadré orange : l’un des rochers en hauteur présentant un creux de ce type).

      • Jerry
        25 mars 2021 / 2 h 08 min

        Joe : Je relèverai la remarque intéressante sur le fait que Lisanne soit un peu en retard sur Kris. C’est difficile de dire qu’elle soit en retard, étant donné qu’elle prend des photos et donc s’arrête probablement pour les prendre, tandis que Kris poursuit. On voit par exemple sur l’avant dernière photo que Kris est non loin de Lisanne puis s’éloigne tandis que Lisanne prend une autre photo. Mais la remarque est intéressante. Il s’écoule 2h45 entre la photo 508 et l’appel d’urgence. J’envisageais plus haut que les 12 minutes d’écart entre l’appel de Kris et Lisanne soit dues à une séparation momentanée en raison de Kris qui serait tombée et de Lisanne qui tenterait de la rejoindre tandis que Kris appelle. Mais cette séparation momentanée pourrait aussi être due à une différence de rythme ou de fatigue des filles durant ces 2h45. Si l’on considère que Lisanne a des difficultés ou marche plus lentement, il est possible que Lisanne s’arrête pour se reposer tandis que Kris poursuit, le chemin étant apparemment bien délimité. Lisanne n’aurait plus qu’à le suivre pour rejoindre Kris.
        A noter que c’est ainsi qu’une randonneuse s’est perdue quelques années après sur le Pianista. Suivant ses amis elle s’arrête un instant pour reprendre son souffle en leur disant qu’elle les rejoindra ensuite et en tentant de les rejoindre elle se perd.
        Dans l’hypothèse ci-dessus où les filles ne marcheraient pas au même rythme, alors peut-être que les 12 minutes d’écart sont le temps que met Lisanne a rejoindre Kris et découvrir l’urgence.
        Si on transposait cette hypothèse au 1er pont, alors Kris pourrait atteindre la rivière, se blesser en glissant sur un rocher par exemple. Lisanne n’étant pas à ses côtés elle tente un appel d’urgence. Lisanne arrive derrière, peut-être qu’elle accélère parce qu’elle entend qu’il est arrivé quelque chose à Kris, elle arrive à la rivière, voit son amie blessée qui lui dit que les appels ne passent pas et elle appelle à son tour.

        • Joe
          25 mars 2021 / 11 h 49 min

          Jerry tu es sacrement bon 👍👍👍… Au fait Jerry romain..je voudrais votre avis sur la fameuse photo supposé,des filles dans la rivière avec les jeunes est un Fake ou pas? Et j ai toujours été intrigué par un témoignage assez détaillé du gars qui aurait entendu des cris de femmes sur le chemin, bruit de canette jeté (faut l inventé celle là) ect..
          Jerry le sac a dos en rivière qui est emporté est ce que le matériel électronique aurait survécu ?
          Merci de toujours prendre le temps de répondre et d être clair précis cohérent.(pas comme moi😝)

  26. Vincent
    25 mars 2021 / 8 h 55 min

    A noter quelques similitudes entre l’état des restes et ceux de Charles McCullar disparu dans le parc national de dans l’Oregon en 1975, malgré les différences extrêmes entre les deux sites et leurs conditions climatiques respectives

    « The skeletal remains the rangers found were described as bizarre. There were foot bones in the socks, but Chucks’ jeans were empty except for the broken-off ends of his shin-bones sticking up. Strangely, the jeans were unbuttoned and the belt buckle left undone. The rest of him was gone, as if melted away. Marion described it as if Charles had literally melted into his pants and given he was very experienced it was a strange description.

    He was completely puzzled at what he saw at the scene. There was just an empty pair of pants sitting on a log. .A broken fibula or tibia was found in the pants with blood on it and the pants were oddly placed. Underwear elastic was found but was degraded by the weather, whilst the pants were largely unaffected by the weather. Under the jeans, socks were found with the remains of his foot bones. They searched the whole area, but the boots were nowhere to be found. »

    • Joe
      25 mars 2021 / 11 h 51 min

      Vincent mccullar c est l homme ou sur le chemin des témoins auraient entendu  »help » et plus rien?

  27. Jerry
    26 mars 2021 / 9 h 19 min

    @Vincent : Je ne connais pas ce cas, mais effectivement chaque cas bien que différent peut présenter des similarités comme ici les os du pied dans la chaussette, le jean résistant.
    Pour les pieds cela relève du processus de décomposition qui détache au fur et à mesure les parties du corps humain. La chaussure protège le pied resté à l’intérieur tout en flottant sur l’eau.
    Pour le cas du pied retrouvé de Lisanne on peut faire un rapprochement avec les pieds humains retrouvés sur les côtes de la mer de Salish. De nombreux sites en parlent. En voici un :
    https://www.lemonde.fr/big-browser/article/2018/05/16/au-canada-le-mystere-des-pieds-humains-flottants-trouve-reponses_5299991_4832693.html

  28. Jerry
    26 mars 2021 / 9 h 51 min

    @Joe : Pour ce qui est de la photo de personnes se baignant dans une rivière, il s’agit d’une photo que j’ai écartée de mon analyse. Je sais que de nombreuses personnes y voient Kris (visage sortant de l’eau) et Lisanne (écartant les deux bras juste derrière) mais il est en réalité impossible de déterminer avec certitude que ce sont Kris et Lisanne. Je pense que les personnes qui analysent l’image ayant en tête Kris et Lisanne finissent par s’en convaincre. Pour ma part, je suis incapable de dire si les deux personnes dans l’eau sont même des filles. Regardez l’image en partant du principe que la personne écartant les deux bras est peut-être un garçon et vous devriez ne plus y voir Lisanne.
    L’image est de médiocre qualité. Je ne sais d’où elle est sortie, peut-être que Romain a plus d’informations sur sa provenance, si celle-ci fait partie du rapport. Il me semble que l’image est apparue récemment. De ce que j’avais lu certains disaient qu’elle aurait été prise le 1er avril car s’il s’agissait bien de Kris et Lisanne elles en auraient parlé dans leurs journaux respectifs. De ce que j’ai vu des exif, il semblerait que la photo ait été prise par un téléphone portable Motorola. Certains disaient qu’elle avait été mise en ligne sur un réseau social ce dont je doute vu la qualité de l’image où l’on ne distingue aucun visage, et même je me demande si un tel portable est connecté à internet. Dans les exif, la date de création indique le 7 juillet 2014.
    La question de savoir si elle serait fausse pourrait se poser en raison des reflets dans l’eau devant ces deux personnes sur la gauche, des déformations (bras gauche de la personne à droite) mais cela est probablement du à la faible qualité de l’image et au mouvement du bras. On remarque cependant l’absence d’informations à certains endroits de l’image (visibles à l’oeil nu sur la photo mise par Romain dans son deuxième article). Cela peut-être dû à une suppression ou plus vraisemblablement à une surexposition de la photo (torse + rocher sur la droite).
    Pour la question de savoir si ce sont les filles, difficile à dire visuellement en raison de l’absence des visages et du peu de pixels qui fait que ces visages ne permettent que l’interprétation. Si la date des exif est correcte alors vraisemblablement ce ne sont pas les filles;
    La question je pense est de savoir comment cette photo est venue à circuler. Etait-elle dans le rapport ? A quel moment ? Il est possible que la photo ait été mise en ligne par des adeptes de la théorie du crime qui y ont vu l’occasion de mêler l’histoire des filles avec deux garçons d’un gang si j’ai bien compris ce vers quoi se dirigent ceux qui prennent la photo comme présentant Kris et Lisanne le 1er avril.
    Voici ci-dessous un gros plan des visages ainsi que le manque d’information sur le torse de la personne de droite :

    Je répondrai aux autres questions un peu plus tard.

    • Anonyme
      26 mars 2021 / 17 h 25 min

      In order to judge the « swimming photo » we need to keep in mind the story there is behind it; for instance the « Caldera Hot Springs » foul play theory.
      In my personal opinion, either foul play or not, I am sure my eyes can see the girls (K&L) on the photo. I think they are remaining underwater because they are not wearing their bras and they do not want the photographer to catch this particular detail on the photo. In fact, their bras were later found in their backpack and this matches with the above statement of mine.
      On the other hand, if we stay with the lost theory, I can see no reason why they should have taken their bras off in the middle of the jungle while they were lost. The night is cold and the bras would have protected them a bit.

    • Joe
      30 mars 2021 / 10 h 54 min

      Oui vous avez raison et c est un fameux Juan je sais plus le nom qui fait du Fake sensationnel il est vrai. Merci .

  29. Anonyme
    27 mars 2021 / 2 h 41 min

    Je passe par là et je redis sur cette page qu’il n’y a strictement aucun doute que la photo de Kris représente le dessus de sa tête, le front et tout en bas les yeux. C’est une absolue évidence. C’est 100% certain.

    • THORR
      27 mars 2021 / 10 h 33 min

      I don’t agree with you, but let’s say that the photo is showing Kris’ face: what does it matter? Does it change anything? Does it help clariying this case?
      I can see a lot of people on the Internet focusing and debating on this photo, but I really cannot understand the reason why. Again, front or back of her head, so?

      • Anonyme
        27 mars 2021 / 19 h 15 min

        You are true. It don’t make any difference. But I am very surprised that no one is able to see what is truly in this picture. Maybe it’s better so, because that’s not a very pretty thing.

  30. Jerry
    27 mars 2021 / 13 h 58 min

    @Anonyme : Pour ma part je ne discerne qu’un seul oeil et selon la position que celui-ci indiquerait il ne serait pas possible de voir le second qui serait alors hors champ si on considère qu’il s’agit du front. Mais je précise que je n’ai aucune certitude qu’il s’agisse d’un oeil.

    @Thorr : Cette photo est la preuve de la présence de Kris lors des photos de nuit. Pour ma part, j’avais envisagé, s’il s’agissait du front de Kris, qu’elle aurait pu alors faire une erreur de manipulation de l’appareil photo. De mémoire, c’est le seul moment où l’appareil photo fait une petite pause d’1 minute 30 s après une vingtaine de minutes d’utilisation en continu. Peut-être que la personne qui a fait les photos a levé tant bien que mal les bras vers le ciel pendant 20 minutes et qu’elle fait une courte pause pour récupérer ses muscles endoloris. Quand elle relève l’appareil photo vers le ciel, elle pourrait alors le tenir dans le mauvais sens et déclencher le flash vers elle avant de se rendre compte de son erreur et de retourner l’appareil. Si tel était le cas, alors la photo Pourrait indiquer que Kris est en vie à ce moment là et à l’inverse qu’il n’y a pas de preuve de vie de Lisanne.
    Dans le cas où Kris serait de dos, il serait alors possible d’envisager que Lisanne prenne la photo et donc que les deux sont en vie à ce moment là et même qu’elles pourraient être debout (Kris passant devant l’appareil au moment où Lisanne le déclenche ?)
    S’il s’agissait d’une photo de face, l’angle de la photo pourrait déterminer si Kris est encore en vie et souvent cette photo vue de face envisage l’inverse.
    On voit donc que cette photo pourrait permettre de déterminer la situation à la date du 8 avril en prouvant que les filles sont encore ensemble dans le même lieu (ce qui n’est pas sûr si Kris lance les flashs) et en déterminant si Kris est encore en vie ou non. Si la photo est de face et que les yeux sont sur celle-ci, alors l’absence de rougeurs dans ces derniers indiquerait que le sang ne circule plus dans le corps.

    Anonyme : Concernant les soutiens gorge, ces derniers ont pu être retirés en raison de la gêne de les porter dans la jungle. Plusieurs femmes ont d’ailleurs témoigné à ce sujet sur divers forum. L’humidité, la chaleur, la transpiration associé à la friction du soutien gorge sur la peau peut entraîner dans un premier temps une gêne, puis rougeurs, démangeaisons voire si prolongé des problèmes de peau qui peuvent être importants, infections notamment au niveau des plis… Surtout dans la jungle avec la chaleur et l’humidité.
    Pour autant les filles les auraient-elles retirés entre la photo 508 et l’appel d’urgence ? Ou plus tard ?
    Pour le fait qu’elles les aurait mis la nuit en raison des températures basses, effectivement c’est une bonne remarque. Le fait que les soutiens gorge aient été retrouvés dans le sac n’indique pas pour autant quelque chose de figer. Si les filles sont perdues, alors elles peuvent les mettre la nuit pour se réchauffer et les retirer de jour quand elles marchent pour éviter les problèmes cités ci-dessus liés à la chaleur et la transpiration. Elles peuvent mettre ainsi leurs soutiens gorge dans le sac afin de les protéger pour qu’ils soient secs pour la nuit.
    Leur présence dans le sac pourrait donc indiquer que les filles ont rendu leur dernier souffle de jour.
    L’idéal dans la jungle est de se protéger du soleil, de se reposer pour économiser ses forces pour ensuite avancer de nuit, mais les filles n’ayant pas de lumière, il n’y a même pas de lune ces jours là, et étant apparemment positionnées sur la rivière elles se sont peut-être dit qu’elles pouvaient avancer de jour (en tout cas les premiers jours).

    Pour ce qui est de voir les filles sur la photo de la Caldera, il s’agit d’une interprétation. Comme montré sur l’image agrandie postée hier, les visages font 10 pixels de large sur lesquels il n’y a quasiment aucune information, ces derniers étant proches du blanc. Chacun pourrait y voir qui il veut. Je pense que l’on est ici dans quelque chose de l’ordre du test de Rorschach. Les visages étant « absents » chacun peut y projeter ce qu’il imagine. Associé au biais de confirmation du cerveau cela peut amener à voir les filles dans cette photo. Les personnes sont 4 mais l’on va regrouper les deux personnes debout d’un côté et les deux personnes sous l’eau de l’autre. Puis l’une a les cheveux foncés et l’autre les cheveux clairs. On parle de biais car la personne va se focaliser sur ces 2 éléments (qui peut être également renforcé par l’effet de groupe, l’illusion collective) et non sur tous les autres éléments pouvant contredire le cerveau comme le fait qu’il pourrait s’agir de centaines d’autres personnes.
    Je ne dis pas que ce ne puisse être elles, mais qu’il n’y a aucune certitude à la vue de la qualité de l’image. Cela peut être aussi bien les filles que des centaines d’autres personnes.

    Pour ce qui est du fait que les deux personnes sont sous l’eau parce qu’elles seraient seins nus, il s’agit également d’une interprétation. Rien ne dit que les deux personnes sont des filles, de même que rien n’indique qu’il n’y ait pas de « bretelle » de maillot de bain sur la photo. Il se pourrait qu’il y en ait une sur la deuxième personne. Et quand bien même il s’agirait de filles et qu’il n’y aurait pas de bretelles, il existe des maillots de bain sans bretelles, les filles en possèdent d’ailleurs me semble-t-il sur certaines photos.

    Pour ce qui est du lien fait entre la possibilité si c’était les filles sur l’image et qu’elles n’auraient pas de soutien gorge avec les soutiens gorge retrouvés dans le sac, il s’agit d’une association d’idée qui selon moi ne résisterait pas à la logique. S’il s’agit des filles et qu’elles n’ont pas leurs soutiens gorge j’imagine qu’elles n’auraient pas non plus leur haut et donc qu’elles auraient laissé l’ensemble dans leur sac. Probablement avec leurs shorts vu qu’elles ne doivent en avoir qu’un et donc ne vont pas se promener trempées par la suite. Et peut-être même sont-elles alors nues dans l’eau si elles n’ont pas prévu de maillots de bain ? Quelle est la probabilité que les filles se baignent nues avec des garçons qu’elles ne connaissent pas ?
    Si l’on poursuit la logique, il me semble que Caldera hot Springs est un lieu touristique. Si les filles avaient été présentes là bas ce jour là il y aurait eu des témoignages l’affaire ayant été rapidement médiatisée avec leurs photos affichées partout. De même, si les filles sont à 14h sur la Quebrada, selon l’hypothèse où cette photo aurait été prise le 1er avril, difficile d’imaginer qu’elles se retrouvent à Caldera hot springs le même jour. Il leur faudrait au minimum 3h pour retourner à l’entrée d’El pianista, soit 17h. Si elles trouvaient un moyen de locomotion direct pour aller à Caldera Hot Springs, il leur faudrait 40 (par la voie la plus rapide) à 60 minutes pour y arriver. Si on rajoute le temps de décision, de recherche du véhicule, de se garer, etc. Difficile d’imaginer qu’elles se baignent vers 18h vu la photo et le coucher de soleil vers 18h30. Et cela sans oublier l’appel d’urgence à 16h39. Et qu’en serait-il des portables qui auraient pu se reconnecter au réseau ?

    @Joe : Si le sac à dos avait été emporté, le matériel aurait-il survécu ? Ces téléphones n’ont pas d’indice de protection contre l’eau contrairement aux smartphones actuels. Cela pourrait dépendre de l’indice de la coque mais surtout de l’étanchéité du sac. Il me semble qu’il s’agit d’un sac de randonnée donc il est possible qu’il ait de telles propriétés. On voit sur la photo de celui-ci qu’il a une couche intérieure. Par ailleurs, les téléphones sont éteints. Il me semble avoir lu que cela avait un impact mais je ne sais dans quelle mesure. Je ne crois pas qu’il y ait eu un retour sur l’état des téléphones, est-ce qu’ils étaient en état de marche une fois trouvés ? Il est à distinguer l’état du téléphone et les données qui peuvent en être extraites. Si vous faites tomber votre téléphone allumé dans l’eau et que celui-ci ne refonctionne pas ensuite, cela ne veut pas pour autant dire que les données ne peuvent pas être récupérées par une analyse poussée. Ainsi, les téléphones auraient pu prendre l’eau ne plus fonctionner mais les données être récupérées. C’est un point important. Il me semble que Romain sous entend qu’au moment où le téléphone de Kris est éteint pour la dernière fois, il reste de la batterie. De mémoire il me semble que les locaux ont pu voir quelques photos sur l’appareil photo avant qu’il ne s’éteigne. Celui-ci était quant à lui protéger dans un étui mais pas forcément étanche. Seul le sac aurait pu protéger les appareils ou ils auraient pu être protégés à l’intérieur de celui-ci dans un sac ou autre. Si les téléphones ont pris l’eau et ne fonctionne pas cela pourrait expliquer pourquoi il n’y aurait pas d’essais le jour de la découverte du sac. Mais pourrait aussi laissé imaginer que si le sac avait été retrouvé bien avant et les téléphones testés, ils n’auraient alors pas laissé de traces de ces essais.
    Il faudrait analyser les traces sur le sac afin de déterminer si celui-ci a bien flotté sur la rivière, s’il a des traces de chutes, de quels côtés sont les traces ? S’il a été porté durant son trajet dans la rivière ?
    Le sac aurait pu provoquer les mêmes problèmes que les soutiens gorge cités ci-dessus, le frottement des bretelles aurait pu endommager la peau et rendre douloureux le port du sac aux épaules. J’imagine que la personne qui le porte soit le porte à la main soit le porte de manière plus pratique sur une seule épaule à la fois, en alternant afin de limiter les dégâts.

    @Joe : Pour ce qui est des cris, il y a effectivement ce témoignage de randonneurs :
    https://etsionpartait-be.blogspot.com/2014/04/boquete-au-pied-du-volcan-baru.html
    Des randonneurs qui font la randonnée du Quetzal entendent un témoignage dans un poste de garde :
    « Au poste de garde, on rencontre un gars qui, la veille, a entendu des cris effrayés de deux filles, puis un grand bruit de chute, et ensuite a vu trois types sur le sentier. » La veille correspond au 5 avril.
    Il faut se méfier des propos rapportés, d’autant plus que dans ce cas il doit y avoir une traduction de langues et des interprétations, les cris seraient effrayés, il y aurait deux filles, l’association des trois personnes qui seraient sur le sentier. Dans ce genre de cas il peut y avoir des gens qui tentent d’attirer l’attention sans se rendre compte de l’ampleur que leurs propos peuvent prendre. Je ne sais si cette personne a été entendue mais hormis cet article de blog, il n’en est fait nulle part référence dans tous le articles de l’époque que j’ai lu. Le 6 avril serait le jour de l’annonce de la récompense. J’imagine que de nombreuses personnes contacte alors les autorités en pensant avoir des informations.
    Si témoignage il y a eu, celui-ci devrait être dans le rapport. Dans ce cas, j’imagine que le livre qui sortira dans un mois pourra peut-être éclaircir cela. Dans les faits, si les filles sont perdues mais non blessées, il serait envisageable qu’elles puissent atteindre cet endroit en l’espace de 4 jours.

    Pour ce qui est des autres cris de femmes, il existe bien des articles. Les familles auraient recruté des enquêteurs pour retrouver leurs filles. Ils auraient senti un parfum fort, entendu des bruits, un son qu’ils imaginent une canette contre un rocher pendant 1 minute, puis un cri aigu. Ils auraient informé les autorités qui n’auraient pas approfondi. C’est un témoignage qui est peu repris dans les articles. Pour ma part je suis entre deux concernant celui-ci. Il est vrai qu’il présente des éléments divers qui touchent plusieurs sens, l’olfaction avec le parfum « féminin », l’ouïe avec la canette, le cri aigu, la vue, ils descendent le ravin et découvrent un « K » sur un arbre, le toucher, ils découvrent un haut qu’ils indiquent couvert de larmes.
    Il s’avère que le haut n’est pas reconnu par les parents (il aurait pu cependant peut être être acheté au Panama), le haut « couvert de larmes » comment est-ce possible de pouvoir déterminer cela ? Comment retrouver uniquement le haut d’une personne qui vient de pleurer d’ailleurs ? La canette n’est pas retrouvé alors que les empreintes auraient pu déterminer avec certitude qui l’avait touchée. Le parfum est un élément qui disparaît. Il n’est fait nulle part mention d’un flacon de parfum. C’est un témoignage bien qu’apparemment collectif qui laisse planer le doute. De mémoire j’avais découvert que cette recherche correspondait si je ne me trompe pas avec la recherche du médium. Il s’agirait de la même équipe, la présence du médium est problématique pour attester le témoignage. D’autre part, j’avais découvert également que cette recherche avait été faite à un moment où les équipes de recherche allaient se retirer. Ce pourrait être une manipulation afin de forcer les équipes de recherche à poursuivre en jouant sur l’émotion d’avoir entendu une fille crier, pleurant, seule dans la jungle.
    Ce témoignage doit probablement être dans le rapport, j’imagine qu’il en sera question sur le livre à venir.
    Pour ma part, ce qui m’intéresse dans ce témoignage c’est le K tracé sur un arbre. On ne peut éliminer la possibilité qu’il soit tracé par quelqu’un d’autre que Kris, mais il serait possible vu que l’on connaît la taille de Kris en retrouvant cet arbre d’estimer la probabilité que ce soit elle. De même s’il y a une trace, il devrait y en avoir d’autre sur un chemin. L’avantage c’est que les traces devraient toujours être présentes après ces années et à la même hauteur. Trouver cet arbre pourrait permettre de situer la ou les filles à un moment donné et estimer un trajet avec les photos de nuit.

    • Jerry
      27 mars 2021 / 14 h 38 min

      Je rajouterai qu’étant donné que les journaux des filles ont été diffusés, une photo de ce K gravé sur l’arbre pourrait permettre aussi une comparaison avec l’écriture de Kris et la forme particulière de ses K.

    • THORR
      27 mars 2021 / 17 h 00 min

      @JERRY
      Your passion for this case is remarkable.
      Ayway, I still think that we see the back of Kris’ head on this photo and even if it is the front, I still believe it was Lisanne taking it. I cannot image how can anyone turn the camera to their face and click to take a photo with the flash activated, it makes no sense and also it can hardly happen « accidentally ».

      • THORR
        27 mars 2021 / 17 h 09 min

        Try it by yourself. Get in a pitch-black place, take a camera, turn it on with the flash activated and take a photo by directing the device to your face.
        At least, you will have the instinct to protect your face/your eyes immediately and/or make a move with your head; you will never be able to stand still in front of a flash light without closing your eyes. So Kris’ eyes cannot be open on the photo, no matter if taken by herself or Lisanne.

        • THORR
          27 mars 2021 / 17 h 15 min

          I mean the photo was taken too close to the face to let Kris’ keeping her eyes open

          • Anonyme
            27 mars 2021 / 19 h 43 min

            @JERRY
            La photo est prise par Lisanne et Kris n’est plus vivante à ce moment. Ce qui explique l’absence de l’effet des yeux rouges.

    • Anonyme
      27 mars 2021 / 19 h 37 min

      @JERRY
      J’avais déjà eu l’occasion d’en débattre l’an dernier sur l’article du mois d’aout avec TRUCI, que j’avais convaincu. Cherchez avec un mot-clef par exemple « oeil droit ». Il y a des images et tout est expliqué. Comme il est dit plus haut, quelle que soit la position de la tête cela ne change rien à l’affaire. De mon côté, c’est simplement que je suis très étonné que des milliers de personnes aient pu regarder cette image sans ne serait-ce qu’une fois la comprendre comme moi, et comme il semble manifestement évident qu’elle est.

      • THORR
        27 mars 2021 / 21 h 03 min

        I can’t believe those who cannot see that it is simply the back of her head…

        • Anonyme
          27 mars 2021 / 23 h 57 min

          Je vois très bien ce que vous voulez dire par l’arrière de la tête. Je comprends très bien ce point de vue, c’est ce que tout le monde imagine au premier coup d’oeil. Mais ça ne supporte pas un examen prolongé.
          Seulement je suppose que vos préjugés vous empêchent d’essayer de comprendre les arguments de ceux qui ne pensent pas comme vous ; vous préférez les dénigrer. Il y a beaucoup de gens comme ça.

          • THORR
            28 mars 2021 / 10 h 12 min

            In my opinion what you are calling « examen prolongé » is simply creating the pareidolia effect; the more you llok at something, the more you see things that are not real.
            Anyway, I am here to exhange opinions and juding opinion, not people.
            So stay focused on the case and the comments and do not judge people, OK?
            Thanks.

  31. Anonyme
    28 mars 2021 / 0 h 07 min

    regardez un peu ça :
    Si ça ne vous crève pas yeux, je ne peux rien pour vous :
    PHOTO SUPPRIMEE PAR RESPECT POUR LES FILLES
    L’auteur de ce montage photo se prend pour un journaliste du NOUVEAU DETECTIVE

    • THORR
      28 mars 2021 / 10 h 13 min

      I can still ca see no eyes at all

    • Vincent
      28 mars 2021 / 13 h 57 min

      Je ne vois absolument rien.

  32. Anonyme
    28 mars 2021 / 0 h 15 min

    Et ce qui me paraît ahurissant, c’est que les gens qui ont posté cette photo si parlante sur un forum n’ont pas été capables de comprendre ce qu’elle représentait…

    • Vincent
      28 mars 2021 / 13 h 58 min

      Peut-être parce que le problème vient de toi.

  33. Uzza_Sparta
    28 mars 2021 / 1 h 24 min

    @Romain – excellent analysis and summary with the data from the phones… but these photos taken at approx. 13:15hrs now actually make less sense when you look at all available info? – for starters, how do they compare with each other? (Samsung Galaxy takes 5 photos at 13:15hrs and the iPhone takes 3 photos at 13:14hrs and then one more photo at 13:15hrs – all at same location/similar images?) – has anybody actually seen these photos from the phones?… and how do they then compare with the camera photos where eight photos were taken with one or both girls on Mirador at approx 13:00hrs, then 2 more (photo image 503 and 504) at 13:06hrs with ‘just the landscape’, and then there is a gap of about 15 minutes until photos 505 onwards that were taken at approx. 13:20hrs? (so they would then be 5+ minutes after these previously unknown phone photos)… and then at 13:38hours one or both phones then also lose connection with the GSM network? – It just feels staged?

  34. Jerry
    28 mars 2021 / 11 h 04 min

    @Anonyme : Chacun voit cette photo différemment et nombreux sont convaincus d’avoir la bonne perception de la photo. Pour ma part je vois cet « oeil » sur la droite de la photo qui est troublant parce que je ne vois que celui-ci quand je regarde la photo dans la majorité des traitements apportés. Et pourtant je sais que cet oeil peut ne pas en être un pour avoir travaillé également la photo sous photoshop et l’avoir vu disparaître. Je n’en ai aucune certitude. Pour autant si cet « oeil » à droite était réel, l’emplacement que vous envisagez de l’oeil à gauche serait selon moi incorrect, l’oeil gauche devrait être hors champ sur la photo. J’essayerai de faire un montage de deux photos pour montrer cela. Je vois la forme que vous envisagez, je pense qu’il s’agit là de ce que les premiers à avoir vu la photo parlait de blessure/sang à la nuque. Effectivement sur ce traitement de la photo cela apparaît mieux. En titre de l’image la personne a d’ailleurs indiqué « Morsure de serpent ».

  35. Jerry
    28 mars 2021 / 11 h 58 min

    Je pensais mettre un montage complet de l’image mais celle-ci est choquante.
    Je mettrai donc uniquement le détail de l’oeil. Pour cela j’ai superposé la photo de nuit avec une image de jour sur le mirador que j’ai fait correspondre et fait jouer la transparence de cette deuxième image.
    Image de gauche = Photo de nuit
    Image du milieu = je fais apparaître légèrement l’oeil de la photo de jour en superposition
    Image de droite = j’accentue la présence de la photo de jour pour que l’on se rende compte de la position éventuelle
    PHOTO SUPPRIMEE PAR RESPECT POUR LES FILLES
    Voici donc ce que j’appelle l' »oeil »

    • CamilleG
      Auteur
      30 mars 2021 / 12 h 25 min

      Des ados, des enfants trainent sur le blog ! Par respect pour les filles, cessez ce genre de montages.

  36. MARIO, ITALIA
    28 mars 2021 / 12 h 27 min

    @JERRY
    qu’en pensez-vous du détail que j’ai mis en évidence sur cette photo?
    PHOTO SUPPRIMEE PAR RESPECT POUR LES FILLES
    J’ai l’impression de voir des poils d’une couleur différente de celle des cheveux.
    Je ne veux pas vous donner mon interprétation pour ne pas conditionner votre réponse.

    • Joe
      30 mars 2021 / 11 h 13 min

      Oui c frappant comme un sourcil…ce au il ya d étrange c est que ça serait fou que les cheveux arrière serait mis tous sur le visage …comme caché volontairement? Comme un respect? Comme une peur ? Perso je bois un oeuil fermé et un sourcil et sur celle posté plus haut un oeuil ouvert…et ya t il un grain de beauté aussi?
      Merci a tous

      • CamilleG
        Auteur
        30 mars 2021 / 11 h 14 min

        Je pense que vous vous trompez tous !

        • THORR
          30 mars 2021 / 12 h 00 min

          If you think we’re all wrong it means you have your own theory, what’s that?
          Pass your judgement! 🙂

          • CamilleG
            Auteur
            30 mars 2021 / 12 h 11 min

            Des ados, des enfants trainent sur le blog ! Par respect pour les filles, cessez ce genre de montages.

            • MARIO, ITALIA
              30 mars 2021 / 12 h 53 min

              Je m’excuse Camille.
              C’était la première fois que j’avais posté ce genre de photos, car je suis plutôt interessé par les faits que par les hypothèses.
              Dorénavant j’irai éviter de poster ce genre de commentaires.

            • CamilleG
              Auteur
              30 mars 2021 / 12 h 57 min

              Pas de souci Mario, vous et Jerry je sais que vous n’êtes pas des gros voyeurs pervers comme certains ici. Je vais mieux surveiller les commentaires type liens, ça évitera que je me prenne des réflexions de la part de lecteurs ou d’internautes qui ont été blessés par ce genre de montages. 😉

    • Joe
      30 mars 2021 / 11 h 30 min

      Moi en mettant téléphone en rotation je vois même le nez …comme si Kris était sur le côté l autre face appuyé oui… Avec une expression souffrance .

    • CamilleG
      Auteur
      30 mars 2021 / 17 h 11 min

      MARIO, pourquoi vous utilisez TROIS pseudos pour commenter sur mon blog : THORR, MARVID et MARIO sont parfois rattachés à la même adresse IP. Faudrait pas me prendre pour une idiote en m’insultant avec THORR et en étant sympa sous le pseudo MARIO. J’attends des explications.

      • Joe
        30 mars 2021 / 17 h 19 min

        C est dommage que ça troll car vous êtes sérieux Camille romain Jerry . Désolée d avoir commenté les photos j ai pas capté le trollage.😔

        • CamilleG
          Auteur
          30 mars 2021 / 17 h 25 min

          c’est la conséquence de gens qui n’ont aucune vie et qui foutent le bordel sur Internet. Au moins je les repère et je les bloque !

          • Vincent
            31 mars 2021 / 13 h 09 min

            Pas étonnant, cet individu (Mario) a exprimé des idées loufoques qui le classent clairement parmi les trolls.

            • CamilleG
              Auteur
              31 mars 2021 / 14 h 10 min

              Je lui montre que l’IP est le même sur les 3 pseudos il me répond : non c’est pas vrai. LOL j’en peux plus des gens qui n’assument pas leurs conneries.

  37. Anonyme
    28 mars 2021 / 12 h 48 min

    @JERRY
    Le visage est de face légèrement tourné vers la gauche. L’oeil dont vous parlez est l’oeil gauche et non l’oeil droit et on ne le voit pas tout entier, on ne voit que sa partie droite. Ce que vous prenez pour une blessure est l’oeil droit. Il est visible dans toute sa longueur et on distingue même la pupille au centre avec un peu de rouge, mais c’est assez opaque et c’est ce qui fait que les gens ne comprennent pas qu’il s’agit d’un oeil. La tête est de face, penchée en avant, un peu tournée vers la gauche et appuyé sur quelque chose sur son côté gauche. Le gros de l’image montre des cheveux qui tombent sur le front.

    • Vincent
      28 mars 2021 / 14 h 01 min

      T’as vraiment un souci.

      • Anonyme
        28 mars 2021 / 14 h 28 min

        Sur l’article du mois d’aout j’avais convaincu Truci. Chercher avec le mot clef « yeux rouges »

      • Anonyme
        28 mars 2021 / 14 h 33 min

        Vous discernez bien un petit cercle rouge au centre de ce que j’appelle un oeil, non ?

        • Vincent
          28 mars 2021 / 20 h 19 min

          Où ça?

  38. Anonyme
    29 mars 2021 / 1 h 18 min

    Bon, je tente une dernière.
    Mais j’enlèverai ces images demain car je ne veux pas laisser ces morbidités en ligne.
    Tête de Kris :
    Oeil droit avec pupille au centre légèrement rouge :
    PHOTO SUPPRIMEE PAR RESPECT POUR LES FILLES
    L’auteur de ce montage photo se prend pour un journaliste du NOUVEAU DETECTIVE

    • CamilleG
      Auteur
      30 mars 2021 / 12 h 17 min

      VOS IMAGES DEGOUTANTES SONT TOUJOURS EN LIGNE !!!

  39. Anonyme
    29 mars 2021 / 1 h 18 min

    Bon, je tente une dernière.
    Mais j’enlèverai ces images demain car je ne veux pas laisser ces morbidités en ligne.
    Tête de Kris :
    PHOTO SUPPRIMEE PAR RESPECT POUR LES FILLES
    L’auteur de ce montage photo se prend pour un journaliste du NOUVEAU DETECTIVE

    • CamilleG
      Auteur
      30 mars 2021 / 12 h 17 min

      VOS IMAGES DEGOUTANTES SONT TOUJOURS EN LIGNE !!!

  40. Anonyme
    29 mars 2021 / 1 h 19 min

    Oeil droit avec pupille au centre légèrement rouge :
    PHOTO SUPPRIMEE PAR RESPECT POUR LES FILLES
    L’auteur de ce montage photo se prend pour un journaliste du NOUVEAU DETECTIVE

  41. Joe
    30 mars 2021 / 11 h 18 min

    Cette photo de si près a un but quand même mais lequel … Si vous avez raison visage recouvert sur le visage n est pas commun dans tous les cas…rien que pour la visibilité la commodité ect…. Pour moi , en poussant loin… j’interprète ça comme pour caché au max le visage…. Pff c est une énigme totale…

  42. RomainC
    30 mars 2021 / 13 h 15 min

    Message pour tout le monde:

    Je comprends bien que le sujet vous passionne et par ailleurs, je vous remercie énormément d’animer autant les discussions. En revanche, la publication des montages de la tête pose un souci d’éthique pour le blog. Par conséquent, nous n’acceptons plus la publication de ces montages. En cas de non-respect de cette règle, voici les conséquences:
    -Suppression des liens
    -S’il y a récidive, la personne sera mise en indésirable (elle ne pourra pas publier de nouveaux commentaires).

    Enfin, sachez que ces images restent sur internet. Celles-ci pourraient potentiellement finir devant les yeux des familles. Je n’ose pas imaginer la tristesse que ces dernières pourraient ressentir…

  43. Anonyme
    30 mars 2021 / 18 h 29 min

    Personnellement, je n’ai rien monté du tout. Je n’ai fait que reproduire les images déjà publiées partout. J’ai juste indiqué sur l’image des infos que personne ne semblait voir. On s’est même moqué de moi, genre je raconte n’importe quoi. J’ai indiqué que j’allais supprimer les images, jusqu’à présent j’étais d’ailleurs le seul à manifester de la réticence par rapport à celles-ci. Pour les supprimer, j’attendais juste que quelqu’un réponde, car comme il n’y avait aucune réponse, je n’étais pas sûr que les gens avaient vu. Mais encore une fois je n’ai rien mis en ligne que ce que l’on trouve partout.

  44. Anonyme
    30 mars 2021 / 18 h 59 min

    Je précise que l’image de l’oeil avec la pupille rouge n’est absolument pas un montage mais un simple agrandissement, tel que vous pouvez le reproduire en multipliant la taille de l’image par 3 ou 4.

  45. Anonyme
    30 mars 2021 / 19 h 42 min

    En relisant les commentaires ci-dessus je constate qu’on m’accuse clairement d’avoir fait des montages.
    Je n’ai fait aucun montage. Il s’agissait de la vraie photo que l’on peut trouver à plein d’endroits.

    • CamilleG
      Auteur
      31 mars 2021 / 8 h 15 min

      Accusation carrément ! Si vous voulez faire du sensationnel, y’a Reddit pour ça ou mieux : JVD.COM !

      • Anonyme
        31 mars 2021 / 21 h 16 min

        Je vous ferai remarquer que vous avez vous-même publié la photo en question (en un peu moins grande et un peu moins nette) sur l’article du mois d’aout. Il y manque juste les légendes.

        • CamilleG
          Auteur
          1 avril 2021 / 11 h 59 min

          ET on n’a pas fait des montages débiles avec NOUS !

  46. RomainC
    30 mars 2021 / 20 h 23 min

    Un zoom reste une intervention sur l’image. Le problème, c’est qu’il y avait trop d’utilisations (plus ou moins détournées) de cette photo dans l’espace commentaire. N’y voyez rien de personnel, c’est simplement qu’on se devait de réagir.

  47. Anonyme
    30 mars 2021 / 20 h 48 min

    Bien sûr. De toute façon mes explications verbales de ce que la photo représente sont suffisantes. Après, si les gens sont bouchés, je ne m’en occupe plus.

    • Joe
      31 mars 2021 / 11 h 52 min

      L’idée tête penchée de face sur le côté appuyé ,cheveux contre quelques chose est très intéressante. Ça pourrait décrire plusieurs chose sur Kris et ça expliquerait lisanne qui prend les photos de nuit comme une urgence absolue ou juste Kris épuisée. Ce qui est contre ça, c est le fait qu elles ont apparemment pu se déplacé ensuite à la rivière ou même pourquoi pas prendre le risque de plongée pour tenté un truc.

  48. Anonyme
    31 mars 2021 / 13 h 43 min

    Je ne commenterai plus cette photo. Par contre je pense qu’elle a été prise par hasard alors que Lisanne testait l’appareil qui était en manque de batterie.

    • Joe
      31 mars 2021 / 16 h 41 min

      Pourquoi pas c est possible… C est le fait qu elle soit prêt…ou alors … C est les autorités panaméene ou hollondaise qu ils l ont en entier et ils l ont cadré .. mais eux ont les 2 photos entière.

      • Anonyme
        31 mars 2021 / 19 h 47 min

        Les conclusions atteintes sur ce forum c’est qu’elles se sont trompées de chemin, puis sont tombées et se sont blessées avec fractures, et sont restées immobilisées sans pouvoir se déplacer. Dans la nuit du 7 au 8 Lisanne a aperçu ou entendu des secours (on sait que des recherches ont véritablement eu lieu cette nuit là) et a essayé de se signaler avec l’appareil photo. Au bout d’un certain temps la batterie s’est épuisée. Elle a pris la photo de Kris alors qu’elle essayait de refaire fonctionner l’appareil. Kris était alors décédée juste à côté d’elle ce qui explique le gros plan.

        • Joe
          1 avril 2021 / 0 h 35 min

          Très convaincant. Mais dans ce cas là immobilisee on retrouverais les squelettes partiellement entier , même si animaux passant par la éparpillé les restes. Et je suis peut être bête ou dans l erreur mais ça ne explique pas la rivière qui est l épilogue et l endroit où on retrouve des traces probantes. Si vous pouvez m éclairé ma lanterne fatigué 😝

          • Anonyme
            1 avril 2021 / 1 h 03 min

            Le mois d’avril est la saison des crues et des pluies. La rivière gonfle jusqu’à l’abri des filles, ou bien les fortes pluies font glisser leur corps dans la rivière et les dispersent en aval.

  49. Anonyme
    1 avril 2021 / 1 h 02 min

    Le mois d’avril est la saison des crues et des pluies. La rivière gonfle jusqu’à l’abri des filles, ou bien les fortes pluies font glisser leur corps dans la rivière et les dispersent en aval.

    • Joe
      1 avril 2021 / 6 h 05 min

      Bien vu.. merci.. rien a y redire. Et dernière question… 10 jours pour lisanne de survie potentiel puisque ya activité du iPhone de Kris… Comment est possible de tenir si longtemps.. et comment elles se sont  » nourri » ou approvisionné en eau( prêt d une rivière oui) … Merci désolée mais c si passionnant.

      • Anonyme
        1 avril 2021 / 12 h 41 min

        On peut rester bien plus de 10 jours sans manger ; pour l’eau je ne sais pas, mais on voit sur les photos des gouttes d’eau dues à la pluie ou à une cascade. Peut-être a-t-elle pu boire un peu grâce à cela.

  50. Jerry
    1 avril 2021 / 23 h 37 min

    Je pense que le montage était de mon fait. J’avais effectivement superposé 2 images (celle de la chevelure de Kris ainsi qu’une de jour au Mirador) afin de montrer la similitude qui en ressortait et certaines caractéristiques comme ce trait noir au dessus de l’oeil. Si je ne me trompe pas, il me semble que l’on peut discerner (sur les photos du mirador) que Kris a un trait léger d’eye liner autour de ses yeux. Le but de mon montage était uniquement de donner de la clarté sur la position possible de Kris sur cette photo de nuit. Il s’agit d’une photo qui a été travaillée de toutes les manières et que l’on retrouve sous toutes les formes sur le net, chacun mettant en avant maladroitement (encadrés, zooms, tracés réalisés sous paint…) ce qu’ils pensent voir et cela sans aucune clarté. Mon but était uniquement par ce procédé de démontrer que la blessure qui apparaît au centre ne pourrait être un œil si on considère qu’il s’agit bien d’un œil à droite. La forme arrondie de la blessure centrée en bas n’est due qu’à la mèche de cheveux qui la recouvre sur sa partie basse.
    Je suis tout à fait d’accord avec le fait que cette image peut choquer. Je l’ai d’ailleurs annoncé sur mon post et me suis de moi-même censuré en ne mettant qu’un détail (suffisant pour déterminer la position) de l’ensemble de la superposition que j’ai réalisée. Et en règle générale je m’auto-censure par sensibilité sur l’ensemble des éléments liés à la mort, preuve en est que je suis même sensible aux termes que j’utilise et que par exemple le terme de « mort » ne doit pas apparaître dans mes posts préférant utiliser des termes moins impactant par des emplois plus littéraires comme « disparition » ou « dernier souffle ». C’est cette sensibilité qui fait que je ne suis pas à l’aise avec cette photo et que je ne dis clairement ce que j’en pense car une part de moi souhaite conserver l’idée que Kris est toujours en vie cette nuit là. Je disais plus haut que la position avait son importance. Photo de dos, Kris debout, Lisanne debout. Photo du front, Kris au sol, inerte, Lisanne au sol. Il y a une raison pour laquelle cette photo tend tellement à l’interprétation, les nombreux détails qui s’y cachent et que l’on tente de reconstituer avec notre œil du quotidien.
    Je suis tout à fait d’accord avec le fait que finalement on peut laisser cette photo de côté car peu importe en réalité la position. Pour clore cela je citerai juste les auteurs du prochain livre Lost in the Jungle, un passage de leur site :
    « On ignore ce qui s’est passé entre le 1er avril et le 11 avril, dernier jour où l’une des deux était probablement encore en vie. » Le fait qu’ils ne disent pas « l’une ou les deux » ou « au moins l’une des deux » signifie que pour eux il n’en reste qu’une le 11 avril et ce serait Lisanne, puisque la seule preuve pouvant indiqué qu’une fille n’est plus le 11 avril c’est cette photo de nuit. Vu qu’ils ont fait appel à des experts je leur laisserai donc le soin de révéler cette photo de nuit.
    Je regrette que ma photo ait pu troubler des enfants ou jeunes ados, ce n’était pas l’intention et je partage l’avis qu’il ne s’agit pas d’un dossier à mettre entre tous les yeux. Celui-ci de par sa nature peut effectivement choquer. Peut-être maintenant que les articles sont réunis sous un seul onglet faudrait-il mettre un avertissement à l’ouverture de l’onglet si cela est possible afin de prévenir le lecteur et notamment les plus jeunes afin qu’ils n’atterrissent pas sur ces articles.
    Pour ce qui est des familles de Kris et Lisanne, je ne sais si les parents suivent sur Internet mais j’imagine que des membres de la famille suivent effectivement cela et passent par ici, certaines questions restant sans réponses. Pour eux, la douleur est permanente à l’évocation de Kris et Lisanne et j’ai une pensée notamment en ce jour, 1er avril, jour de la disparition des filles. A cette heure-ci où j’écris il est 16h25 au Panama. Il y a 7 ans, jour pour jour, à cette heure-ci les filles s’approchaient de l’endroit où elles passeraient leur appel d’urgence. Dans 15mn. J’y ai pensé toute la journée et bien sûr que c’est douloureux pour les familles qui voient les photos de leurs filles diffusées partout et notamment des personnes envisager des théories des plus horribles, des plus incohérentes, des plus ridicules. Et d’un autre côté, c’est peut-être toute cette masse qui maintient un souvenir perpétuel et une espérance de retrouver les restes des filles. Peut-être qu’il faut tout cela, tout cet intérêt pour que par exemple des journalistes s’y intéressent, écrivent un livre, réouvrent le dossier, ou que d’autres se rendent sur place pour faire des recherches. C’est quelque chose qui est difficile à considérer, c’est une question que je me suis également posé. Difficile de se mettre à la place des parents. Ils auraient pu attaquer Juan pour possession et diffusion des photos qui leur appartiennent, d’autant plus qu’il me semble qu’il fait payer ses membres (si je ne me trompe pas). Ils auraient pu probablement tout stopper, demander le retrait des photos, la suppression des vidéos et les compensations pour le préjudice causé. Et pourtant… Quelque part l’espoir de retrouver leurs traces.

    Pour Joe : L’eau qu’elles ont à leur pied est potable et l’ont peut rester en vie plusieurs semaines sans manger.
    Pour ce qui est que les filles auraient pu plonger dans la rivière, à priori non. A cette époque le niveau est peu élevé et elles se blesseraient automatiquement et en période de pluie, le courant est beaucoup trop important pour plonger.

    Une pensée pour les filles.

    • Joe
      8 avril 2021 / 11 h 27 min

      Si jamais l un d entre vous obtienT le livre qui sort le 22 avril (?) Vous pouvez tenir au jus ?merci a vous tous pour vos éclairages conséquent

  51. Jerry
    23 avril 2021 / 2 h 30 min

    @Joe : Le livre est sorti ce jeudi. Au vu des discussions qu’il engendre actuellement, j’ai l’impression qu’il n’est pas à la hauteur des attentes. Tout du moins des attentes que j’espérais. Il semblerait que le livre s’adresse principalement à ceux qui suivaient l’hypothèse criminelle en leur démontrant qu’ils se fondent sur des éléments erronés. Ainsi les discussions autour du livre tournent autour de ce morceau de peau qui avait été retrouvé enroulé sur lui-même et qui proviendrait en réalité d’une vache. Une première partie du livre viserait à montrer l’ampleur des médias de l’époque et les erreurs commises par les journalistes. Pour ceux comme moi qui ne suivaient pas la thèse criminelle et qui avaient déjà relevé les erreurs qui circulaient, j’ai l’impression que le livre n’apporte pas grand chose de plus. Je m’attendais à ce que les photos de nuit aient une localisation précise comme semblait l’indiquer l’autrice dans l’un de ses posts. Il semblerait qu’en réalité il n’en soit rien. Pas de localisation précise avec photo à l’appui de cet endroit. C’est pourtant l’information essentielle que j’attendais. D’ailleurs, l’autrice dans la communication de son livre présente deux facettes possibles : qu’elles se soient perdues ou qu’elles aient été agressées, mais à aucun moment il n’est envisagé que les filles aient pu simplement se blesser sur le chemin après le mirador. Pourtant c’est l’une des hypothèses qui devrait être envisagée pour les appels d’urgence. Romain indique d’ailleurs dans l’article ci-dessus que le contact Myriam est présent sur le téléphone de Kris. Si les filles étaient perdues n’auraient-elles pas pensé directement à appeler Myriam ? Bien sûr il est possible de se perdre dans une jungle, mais celle-ci est particulière. Les filles sont sur une descente ce qui normalement devrait réduire déjà des possibilités. Logiquement, tout comme l’enfant qui se perd avance dos au soleil, en pente les filles devraient continuer de descendre. D’autre part, autre élément, ce torrent qui trace un chemin à suivre et qui doit s’entendre quand on n’est pas loin de celui-ci. Sans compter les clairières, les cabanes, les chemins, le lieu où a été retrouvé le short de Kris. J’ai du mal à imaginer qu’en 8/11 jours elles ne se soient pas éloignées plus que d’1 Km si elles étaient perdues. Sachant qu’en comparaison il me semble qu’elles ont dû faire autour de 7 Km en 5 heures ce 1er avril. Je reste pour ma part fortement sur l’hypothèse de l’accident autour du pont N° 1. Si les filles ont poursuivi le chemin après le mirador, sans s’en écarter, alors elles seraient arrivées selon moi autour du pont N° 1 aux alentours des appels d’urgence. Elles pensent suivre le chemin vers la ville, s’étonnent de ne pas en voir le bout, quittent une zone boisée où elles n’avaient aucune visibilité pour arriver sur ce torrent calme en cette période. La vue semble dégagée sur ce torrent, elles s’avancent sur celui-ci pour essayer de distinguer la ville plus bas au loin. Kris s’approche dangereusement du bord, la surface des rochers à ces endroits là sont particulièrement glissants en raison de l’eau qui les lisse en continue. Elle glisse et tombe en contrebas, se blesse gravement. Tente immédiatement d’appeler les urgences tandis que Lisanne se précipite pour l’atteindre et se blesse probablement également.
    Je disais dans l’article précédent qu’il était dommage que nous n’ayons pas de photos de cet endroit là. Il n’y a pas le point de vue en contrebas, mais le site Lost in the Jungle présente tout de même une photo de cet endroit au niveau du pont N° 1 là où les filles si elles avaient suivi le chemin auraient croisé le torrent.
    Voici le lien vers la photo :
    https://www.lostinthejungle-thebook.com/wp-content/uploads/2021/03/Area-around-first-and-second-monkey-bridge-05.jpg
    Il faut s’imaginer que le niveau de l’eau est beaucoup moins élevé. Je pense que les photos de nuit sont non loin de cet endroit en contrebas. C’est frustrant de ne pas avoir la localisation de celles-ci. L’essentiel pourrait s’expliquer juste avec cette information. S’il s’avérait que les photos de nuit avaient bien été prises à cet endroit cela signifierait que les filles n’ont pas erré indéfiniment mais sont restées au même endroit, blessées.
    C’est l’un des éléments qui ressort aussi ce soir concernant l’état des ossements, ils auraient été exposés au soleil, les filles s’étant mises à l’écart du torrent jusqu’à ce que celui-ci grossisse et les disperse. C’est aussi ce que l’on avait déjà imaginé ici. Si les filles étaient tombées dans l’eau, leur corps aurait été protégé par une couche savonneuse. Leurs corps ont subi deux actions, celle de la nature d’abord puis celle du courant par la suite.
    Les photos de nuit devraient pourtant pouvoir être localisées. L’association de l’ensemble montre que les photos décrivent un arc de cercle à 180°. l’endroit devrait pouvoir se reconnaître, notamment avec les creux des rochers, la forme des branches de l’arbre vue en contre plongée.

    Le site Lost in the jungle comporte de nombreuses photos. Il devait normalement présenter aussi des vidéos hier selon ce qui était indiqué, mais celles-ci n’ont pas été diffusées. Je pense qu’ils ont du mal à s’occuper des sites. Si vous souhaitez avoir un maximum d’éléments, il faut parcourir le site anglais mais aussi le site néerlandais, les éléments partagés n’étant pas les mêmes d’un site à l’autre. Pour les vidéos, je crois que ce sera surtout des vidéos des recherches canines. Je crains aussi que le site soit bloqué, peut-être une partie payante ou alors sur inscription.

    Une autre déception du livre qui est discuté actuellement, l’explication de la photo 509 qui s’expliquerait par la présence de deux cartes SD. Je n’ai pas lu le livre donc ne peux dire si elle est véritablement envisagée sérieusement par les auteurs ou s’ils ne font que reprendre une hypothèse des autorités. Mais c’est selon moi une théorie absurde qui ne sert pas le livre. Si je comprends bien, cette hypothèse de deux cartes viendrait du fait qu’un étui de carte SD a été retrouvé dans le sac. Pour ceux qui font de la photo c’est une habitude de ranger l’étui dans le sac afin de ne pas le perdre. Trouver un étui ne signifie pas qu’il y ait une deuxième carte. J’ai lu un commentaire indiquant qu’elles auraient pu acheter cette deuxième carte à l’aéroport… Elles possèdent une carte de 16Go selon Romain. Assez pour faire des milliers de photos. Pourquoi iraient-elles acheter une carte à l’aéroport ?
    Dans cette hypothèse, je pense que les autorités ont tenté d’expliquer l’absence de la photo 509 sans forcément tenter d’expliquer une logique. Il est vrai que si l’on change de carte SD et que l’on fait des photos, la numérotation des photos de la précédente carte reste prise en compte. Pour les autorités, l’explication serait donc qu’après la photo 508 les filles auraient changé de carte SD (pour quelle raison ? qu’est-ce qui pourrait justifier cela ? On voit que la carte a encore de la capacité vu qu’elle servira aux photos de nuit…) Elles auraient alors pris une photo (…) et auraient de nouveau changé la carte ensuite avant les photos de nuit. Si cela expliquerait l’absence de la photo 509, on voit que niveau logique on est loin du compte. Il n’y a apparemment aucune preuve de cette seconde carte SD mais elle a l’avantage de pouvoir être opposée à de nombreuses questions. Pourquoi l’absence de la photo 509 ? (changement de carte) / Pourquoi pas de message d’adieu ? (peut-être que si mais sur une carte non retrouvée…), etc. Cela ne me convainc pas du tout. Pourquoi changer de carte pour une seule photo ? Alors que la capacité est suffisante ? Aucune preuve de l’existence d’une deuxième carte à ma connaissance. Comment imaginer que les filles aient perdues cette carte ? Si elle avait existé elle serait dans l’étui. Elles ont tout conservé, les lunettes, soutiens, etc. Elles conserveraient l’étui mais n’auraient pas conservé la carte ?
    Autant dire que les premières infos discutées actuellement sont loin de me convaincre pour le moment, espérons que d’autres infos arrivent. Je garde un peu d’espoir, mais n’y crois plus trop. Mais sait-on jamais, parfois c’est le détail le plus anodin et passé inaperçu qui peut tout éclairer.

      • Jerry
        23 avril 2021 / 11 h 44 min

        @Camille : Hello, oui je l’ai bien lu. Celui-ci montre que le sac à dos a bien été entraîné par le torrent comme on l’imaginait. La marque du sac à dos Burton confirme ce que j’avais aussi trouvé dans mes recherches d’images Google de l’époque. Celui-ci n’est pas un simple sac à dos mais bien un sac dédié à la randonnée, Burton est d’ailleurs de ce que j’avais vu une marque de matériel de Snowboard et le sac possède donc bien des propriétés imperméables qui expliquent comment celui-ci a pu en grande partie flotter sur le courant. Je ferai probablement un retour sur l’article dans la journée suite aux informations qui apparaissent à la sortie du livre qui apportent apparemment certaines précisions sur le matériel qui n’était pas en bon état. Mais surtout sur cette deuxième carte SD discutée actuellement sur les forums. Selon les commentaires celle-ci semble avérée et dans d’autres celle-ci est hypothétique. Je ne sais qu’en penser… Si Romain a des informations sur celle-ci. Sur l’article il était bien indiqué une carte SD mais celle-ci était-elle bien celle présente dans l’appareil ? Si cette deuxième carte avait bien été retrouvée, j’imagine qu’elle aurait aussi été analysée et donc que le changement de carte ne serait pas une hypothèse mais une certitude vu qu’il y aurait une trace de cette photo 509. Certains imaginent que les auteurs n’ont pas eu le droit de communiquer sur celle-ci ce qui est inconcevable. On passe d’un livre qui était censé apporter toutes les réponses et clôturer l’énigme à un livre qui lance des hypothèses et théories sans aucune preuve. Les auteurs doivent bien se douter qu’ils créent un buzz avec cette deuxième carte SD qui lancera tout plein de théories en chaine sur Internet. La logique aurait voulu qu’ils disent « nous avons la preuve qu’il y a eu changement de carte puisque la deuxième carte a été retrouvée et étudiée et qu’une photo ou vidéo a bien été retrouvée sur celle-ci ». Même si la photo n’est pas divulguée et ils pourraient l’expliquer aisément cela clôturerait ce point de la photo 509 au lieu de le lancer sur une autre hypothèse non prouvée.
        Il en va de même sur d’autres points. Apparemment l’égarement des filles ferait l’objet d’une longue description mais il n’y aurait aucune preuve l’attestant. Là où l’on s’attendait à des preuves, on se retrouve avec un livre qui proposerait l’hypothèse de l’égarement avec un cheminement probable imaginaire. Ce qui ne répond pas à la promesse d’origine du livre d’apporter des réponses. Autant nous internautes pouvons spéculer à partir des éléments que nous avons progressivement, autant venant de journalistes je ne m’attendais pas à cela.
        Comme dit sur mon post de cette nuit, comment imaginer que les filles ne s’éloignent pas plus d’un kilomètre si elles sont en état d’avancer ? Apparemment, les auteurs émettent l’hypothèse que les filles passent leur première nuit dans la cabane abandonnée qui se situe juste après ce pont N° 1. Mais aucune preuve n’est apparemment donnée. Il s’agit d’une hypothèse de plus. Cela ne me semblerait d’ailleurs pas improbable. Pour arriver à cette hypothèse, cela veut dire que les auteurs partent du même principe que moi, que les filles ont simplement suivi le chemin sans s’en écarter ce premier jour. La logique veut qu’elles arrivent sur cette zone du premier pont. Là où moi j’envisage l’accident qui immobilise les filles, les auteurs envisagent que les filles traversent et arrivent à cette cabane qui se trouve à quelques mètres après le pont pour s’y arrêter. Selon les auteurs les filles ne s’inquièteraient pas plus que cela, raison du peu d’appels d’urgence. Cela s’entend. Elles sont deux, se sont enfoncées dans un mauvais chemin. Rien de paniquant. Elles y passeront la nuit et feront marche arrière le lendemain, vu qu’elles auraient toujours suivi le chemin. Mais dans ce cas, elles auraient cherché à appeler Myriam afin qu’elle ne s’inquiète pas, de la prévenir et qu’elle envoie quelqu’un à leur rencontre le lendemain. Auraient-elles appelé directement les urgences ? De même pourquoi ne font-elles pas marche arrière à partir de cette cabane le lendemain ? Il est vrai qu’il faut remonter, qu’il y a 5h de marche (2h en montée, puis 3 en descente), mais au moins elles savent qu’au bout il y a une sortie sûre. Il semblerait que le auteurs envisagent que les filles aient vu les autres cabanes depuis ce point de vue qu’elles ont. En effet, si vous êtes perdues et que vous voyez une cabane au loin vous pouvez vous dire peut-être qu’il y a quelqu’un là bas, ou de la nourriture, etc. Mais on est le premier jour. Si les filles ont bien dormi dans cette cabane abandonnée. Qui irait chercher à rejoindre une cabane au loin, cabane également isolée, sans certitude d’y trouver quelqu’un ou quoi que ce soit, alors qu’une issue réelle est présente à 5h de marche. Ne pas oublier qu’elles sont deux et donc que là où une personne seule pourrait avoir une attitude insoupçonnée, deux personnes devraient se diriger vers une attitude raisonnée.
        Je disais dans mon post de cette nuit que l’accident n’était pas envisagé. Apparemment celui-ci est bien envisagé par les auteurs mais le 4ème jour. Pourquoi ? Apparemment parce qu’il pleut. Les filles glisseraient alors au niveau du pont 2 (qui rappelons-le est à environ 500 mètres de la cabane). Pas de preuve, juste une hypothèse. Donc nous arrivons à la même hypothèse à ceci que pour a part j’envisage celle-ci au niveau du pont N° 1 et les filles n’auraient pas atteint cette cabane. Tandis que pour les auteurs les filles auraient passé ce pont pour s’arrêter cette nuit là dans la cabane qui se situe à 500 mètres après le pont, auraient marché du deuxième au quatrième jour pour se retrouver finalement ce 4ème jour à 500 mètres de cette dite cabane. Pour ma part je continue de croire que l’hypothèse la plus vraisemblable est que les filles aient cet accident qui les immobilise le premier jour. Contrairement à ce que je disais cette nuit il semblerait que les auteurs auraient identifié une zone des photos de nuit près de ce pont N° 2. Mais aucune preuve là où une simple photo aurait pu confirmer. Ce qui selon moi (si cette photo n’apparaît pas plus tard sur leur site) montre qu’ils n’ont pas réussi à identifier ce lieu et se sont retrouvés embêtés par cela.
        Je suis déçu par ce que je lis depuis hier. J’ai l’impression que si j’achetais le livre ce serait plus pour démonter de nouvelles choses que pour y trouver de réelles réponses.
        Apparemment, les flashs de nuit seraient bien des appels à l’aide, une équipe de recherche aurait campé près du pont N° 2 cette nuit là ce qui correspond à l’emplacement que j’imaginais des filles, qu’elles se situeraient sur le côté gauche du torrent (sur la photo dont j’ai posté le lien cette nuit). J’avais effectivement lu l’information que l’équipe de recherche était partie en réalité depuis Alto Romero pour remonter le chemin. Et donc que les flashs ne sont pas dirigés vers le côté Mirador mais vers Alto Romero. Si les filles s’étaient trouvées au niveau du pont N° 2 cette nuit là, difficile d’imaginer que les secours n’aient pas perçus ces flashs. Cela donne cependant une indication importante. Elles ne sont pas loin géographiquement, voient peut-être leurs lumières, feu, les entendent mais suffisamment loin pour que la lumière de leurs flashs ne leur parviennent. Je reste donc sur mon hypothèse du contrebas du pont N° 1, côté gauche.

  52. Jerry
    26 avril 2021 / 14 h 46 min

    @Romainc : Merci pour la mise à jour ! N’y a-t-il pas eu une modification aussi de l’horaire d’extinction des portables sur le graphique ? Je vois que désormais les 2 s’éteignent au même horaire : 17h52. J’avais en tête qu’ils ne s’étaient pas éteint en même temps et je viens de revoir l’un de mes posts sur cet article indiquant 17h40 pour le téléphone de Lisanne. Si les deux téléphones s’éteignent au même moment cela devient tout de suite plus logique. Les deux filles se mettent d’accord, ou l’une des filles éteint les deux.
    A relire les appels en ayant en tête la théorie des auteurs néerlandais (qu’elles tomberaient le 4 avril), je me dis que cela ne tient pas. Les auteurs pensent également qu’il y a peu d’appels parce qu’elles ne seraient pas réellement paniquées ce 1er avril.
    La dernière tentative d’appel a lieu le 3 avril matin : 9h32. Peu avant, le téléphone de Lisanne s’est éteint car n’avait plus de batterie.
    Je pense pour ma part qu’il y a peu d’appels non pas parce qu’elles sont peu paniquées mais parce qu’elles sont exactement au même endroit durant tout ce temps et qu’elles ne peuvent se déplacer. Si elles n’étaient réellement pas paniquées ce 1er avril, auraient-elles pensé à éteindre leurs portables pour économiser leurs batteries ? Elles éteignent parce qu’elles savent qu’elles risquent d’être bloquées des jours au même endroit.
    Si elles étaient à la cabane et qu’elles s’étaient dit qu’elles remonteraient juste le chemin le lendemain matin, pourquoi éteindre son portable ? Si elles avaient pu se déplacer le lendemain mais qu’elles étaient perdues, n’auraient-elles pas tenté plus d’appels en essayant de se diriger vers les hauteurs ? On peut bien sûr se dire que lorsqu’elles allument leur portable ce jour là elles se déplacent et tentent de voir le nombre de barre. Mais vu le temps de déplacement que cela aurait nécessité, j’imagine qu’elles tenteraient tout de même un appel à chaque déplacement. Il est possible qu’elles ne fassent plus de tentatives d’appel à partir du 3 avril matin parce qu’elles ont essayé depuis près de 2 jours depuis le même endroit sans succès et qu’elles ont perdu l’espoir de ce côté là.
    De même si elles s’étaient déplacées, j’imagine qu’elles auraient laissé un téléphone allumé plus de quelques secondes pour essayer de capter des barres, qu’elles auraient au moins marché 1h les yeux rivés sur leur portable.
    Ne pas oublier aussi que le téléphone de Kris possède encore de la batterie les jours qui suivent, la nuit du 8 au moment des flashs, jusqu’au 11 avril au moins où il reste encore allumé 1h.

    • RomainC
      29 avril 2021 / 17 h 32 min

      Oui, j’ai changé 17h40-17h52 en 17h52 parce que c’était une question d’interprétation des données. Mais puisque les enquêteurs ont mis 17h52 dans leur résumé, je pense qu’il est plus juste de rester là-dessus finalement.

      « A relire les appels en ayant en tête la théorie des auteurs néerlandais (qu’elles tomberaient le 4 avril), je me dis que cela ne tient pas. Les auteurs pensent également qu’il y a peu d’appels parce qu’elles ne seraient pas réellement paniquées ce 1er avril.
      La dernière tentative d’appel a lieu le 3 avril matin : 9h32. Peu avant, le téléphone de Lisanne s’est éteint car n’avait plus de batterie. »

      A vrai dire, au niveau des téléphones, elles n’ont pas non plus l’air d’être paniquées durant le reste de la semaine. Je te rejoins sur ton opinion. Si elles n’ont pas beaucoup téléphonées, c’est peut-être parce qu’elles savaient que ça allait durer et qu’il fallait économiser les batteries (mais je trouve toujours étrange qu’elles n’aient pas plus insisté).

      « Si elles étaient à la cabane et qu’elles s’étaient dit qu’elles remonteraient juste le chemin le lendemain matin, pourquoi éteindre son portable ? Si elles avaient pu se déplacer le lendemain mais qu’elles étaient perdues, n’auraient-elles pas tenté plus d’appels en essayant de se diriger vers les hauteurs ? On peut bien sûr se dire que lorsqu’elles allument leur portable ce jour là elles se déplacent et tentent de voir le nombre de barre. Mais vu le temps de déplacement que cela aurait nécessité, j’imagine qu’elles tenteraient tout de même un appel à chaque déplacement. Il est possible qu’elles ne fassent plus de tentatives d’appel à partir du 3 avril matin parce qu’elles ont essayé depuis près de 2 jours depuis le même endroit sans succès et qu’elles ont perdu l’espoir de ce côté là. »

      Je suis d’accord, et je pense qu’elles se seraient dirigées vers les hauteurs directement (donc vers le Mirador). Globalement, depuis le sud, l’élévation diminue et donc il est plus facile de reconnaître la direction à prendre. Cette histoire de cabane, je n’y crois pas tellement parce que je ne pense pas qu’elles auraient pu vraiment se perdre à cet endroit là. Par contre, si elles étaient tombées quelque part le 1er avril, elles auraient pu se retrouver bloquées plus bas puis potentiellement se perdre en voulant trouver un chemin pour remonter.

      « De même si elles s’étaient déplacées, j’imagine qu’elles auraient laissé un téléphone allumé plus de quelques secondes pour essayer de capter des barres, qu’elles auraient au moins marché 1h les yeux rivés sur leur portable.
      Ne pas oublier aussi que le téléphone de Kris possède encore de la batterie les jours qui suivent, la nuit du 8 au moment des flashs, jusqu’au 11 avril au moins où il reste encore allumé 1h. »

      C’est ce point là, à mon avis, qui met énormément en doute la thèse de l’égarement. Si on est perdu et qu’on n’a plus de réseau, on essaye d’abord de le retrouver et réalise plusieurs appels au minimum sur une longue durée.

  53. Jerry
    30 avril 2021 / 17 h 50 min

    Je pense que l’on peut entendre de deux manières différentes le fait qu’elles soient « perdues ».
    Pour les auteurs, les filles se seraient perdues (c’est d’ailleurs le titre de leur livre) mais passeraient la nuit dans la cabane.
    On ne peut donc dire qu’elles seraient réellement perdues puisqu’elles auraient alors simplement suivi le chemin derrière le mirador pour arriver à cette cabane. Et donc qu’elles pourraient faire demi-tour. On pourrait dire plus précisément qu’elles se sont trompées de chemin, ou qu’elles ont fait une mauvaise estimation de ce chemin, mais le chemin est toujours présent et donc peut être parcouru en sens inverse.
    Tandis que les internautes, qui suivent l’idée qu’elles se soient perdues, imaginent surtout qu’elles aient quitté le chemin à un moment donné et donc qu’elles se sont réellement perdues dans la jungle, sans aucun chemin visible à suivre.
    Dans les deux cas, les filles ne savent pas où elles sont précisément. Mais on voit que dans l’un des cas les filles peuvent rebrousser chemin tandis que dans l’autre elles doivent errer pour trouver un chemin.

    Je ne crois pas à la théorie des auteurs autour de la cabane, car pour y arriver elles doivent passer le torrent. Et donc si elles devaient rebrousser chemin elles devraient logiquement repasser celui-ci.
    Je pense pour ma part que tout se passe sur le torrent ce 1er avril. Les filles ont emprunté le chemin derrière le mirador en pensant qu’il les amenait au début d’El Pianista où vers un autre endroit de la ville. En tout cas, il y a un « chemin » qu’elles suivent qu’elles doivent penser les mener à un endroit fréquenté. Qui plus est celui-ci descend. Ce qui doit les conforter un temps. Il est possible que tout le long de cette descente elles n’aient pas de visibilité sur ce qui se trouve en bas. L’impression que des arbres se dressent sur leur droite leur bloquant la vue.
    Elles arrivent au torrent autour de l’appel d’urgence. Je pense qu’à ce moment là elles considèrent la possibilité qu’elles se soient trompées de chemin ou tout au moins s’inquiètent puisqu’elles ont mis 2h pour monter au Mirador et là elles sont déjà à plus de 3h de descente sans apercevoir la fin du chemin. Arriver au torrent, j’ai du mal à imaginer qu’elles ne s’approchent pas du bord pour essayer de voir la vue, voir si la ville est proche, plutôt que de continuer tout droit, de s’enfoncer encore dans la jungle. A ce moment, j’imagine qu’elles ont besoin de se rassurer, de s’assurer que la ville n’est pas loin. Je pense que c’est à ce moment que Kris glisse et tombe en contrebas. Lisanne est peut-être en arrière et la rejoint. Ce qui expliquerait l’écart entre les deux appels d’urgence.
    Je n’ai pas une vue précise de cet endroit au niveau du Pont N° 1. Des images vues sur différents sites, il semblerait qu’arriver à ce bord, les filles ne voient pas grand chose au final. Peut-être plutôt que de continuer à s’enfoncer dans la jungle décident-elles de suivre le torrent qui est très bas en cette période. Il me semble qu’à cet endroit il peut être envisagé de descendre, la hauteur ne semblant pas très importante selon ce que j’ai vu. Peut-être envisagent-elles de suivre le torrent comme un raccourci, mais également afin d’ouvrir leur vue sur le paysage (plutôt que de s’enfoncer de nouveau dans la jungle). Le torrent tourne sur la gauche. Peut-être se disent-elles qu’en arrivant à ce point, elles auront peut-être une visibilité à un moment en contrebas. Peut-être qu’elles se blessent en tentant cette descente et se retrouvent à un moment complètement bloquées.
    En tout cas, j’imagine qu’elles sont immobilisées, d’où le peu d’appels et qu’au moins Kris est sérieusement blessée vu l’utilisation des 2 portables.

    Pour ce qui est du fait qu’elles n’aient pas plus insisté, j’ai cru comprendre que les auteurs semblaient indiquer qu’il y avait eu des tentatives de contacter leurs familles. En tout cas, on peut comprendre qu’elles tentent d’appeler les urgences durant ces 2 premiers jours. Elles se rendent compte que personne n’est au courant qu’elles sont sur El Pianista. Si elles étaient en pleine forme, non bloquées elles pourraient se dire effectivement on passe la nuit et on rebrousse chemin le lendemain. Elles tenteraient de prévenir Myriam. Mais si elles sont bloquées elles peuvent prendre conscience que personne ne sait où elles sont et s’inquiéter qu’on ne vienne pas les secourir. Forcément elles tentent d’appeler les urgences pour prévenir. Par contre, si elles considèrent qu’elles sont proches d’un chemin peut-être se disent-elles qu’elles peuvent se reposer, peut-être se soigner si blessure grave et tenter d’appeler au secours le lendemain au cas où quelqu’un emprunterait le chemin. Peut-être perdent-elles leurs voix ainsi à essayer de prévenir de leur présence.
    Comme dit plus haut, le dernier appel d’urgence a lieu le 3 avril à 9h32. Sur l’article N° 2 il est indiqué à la date du 3 avril :
    « Vers 8h : Sinaproc (Sistema Nacional de Proteccion Civil), commence pour la première fois à chercher les filles avec un hélicoptère. »
    Les filles ne passeraient plus d’appels à partir de ce jour parce qu’elles se doutent alors en entendant l’hélicoptère rester un moment dans la zone du Pianista qu’elles sont recherchées. Elles doivent se dire que ce n’est qu’une question de temps avant qu’elles soient retrouvées. Je dis qu’elles se doutent, mais entre le doute et la certitude il y a un écart à combler. Je pense qu’il est possible qu’elles soient sûres qu’on les recherche. Peut-être que les recherches ce jour là font des appels et qu’elles entendent leurs prénoms.
    Il faudrait avoir le plan de vol pour être sûr que l’hélicoptère était bien au dessus d’El Pianista ce 3 avril matin, mais je pense que c’est fort possible. Dans l’article 2, tu mets une capture d’un post Facebook d’Ingrid Lommers qui dit :
    « Je pense que je devrais écrire ici ce qu’il est véritablement arrivé et ce qu’il est en train de se passer, car dans les médias aux Pays-Bas je peux lire qu’elles sont parties gravir le volcan Baru. Ce qui est totalement faux car elles ont réservé cette excursion avec nous pour samedi. Elles devaient aller samedi avec un guide et il leur a été spécifiquement dit de ne pas y aller seules. Il était 13h, les excursions étaient terminées. Nous leur avons donc donné des options. Elles ont regardé sur Internet (leurs dernières recherches pointent toutes à propos du sentier El Pianista) et sur une carte (focus sur le sentier El Pianista). Nous suspectons donc qu’elles soient allées sur ce sentier, mais elles auraient également pu randonner à un autre endroit, ou peut-être qu’elles n’ont pas été randonner du tout. La chose est que nous ne savons pas. C’est extrêmement inquiétant. Les autorités locales font beaucoup de recherches sur tous les sentiers (avec un hélicoptère aussi). »
    Je pense que le fait que les résultats des recherches indiquent El Pianista, il pourrait donc logiquement s’agir de la première piste exploitée par l’hélicoptère. Et donc elles pourraient l’entendre et se rassurer dès ce 3 avril matin.

    Pour ce qui est d’économiser les batteries, je ne suis pas sûr. On voit que Lisanne laisse son portable allumé la nuit du 2 au 3 avril, et qu’elle utilise même une application vers 2h du matin. Donc c’est volontaire. Sinon elle l’aurait éteint après cette utilisation pour économiser la batterie. Peut-être les auteurs ont-ils plus d’informations sur cet usage. Il me semble avoir vu certains commentaires en parler. Peut-être devrai-je lire le livre pour découvrir ces détails à analyser.
    En tout cas, sur l’inventaire l’un des internautes a indiqué « A Samsung phone with an extra battery » alors que je pensais que la batterie dans l’article sur l’inventaire du sac était celle du portable qui avait été retirée. As-tu plus d’informations sur cette batterie Romain ? S’il s’agit d’une batterie externe, cela pourrait expliquer que Lisanne utilise son portable cette nuit là de la sorte ainsi que la baisse de sa batterie.
    Les filles ont apparemment fait leurs sac en ne laissant à l’intérieur que le nécessaire pour cette randonnée et en laissant sur le lit ce qu’elles en ont retiré. J’imagine donc que si elles partent avec une batterie externe c’est que celle-ci est chargée un minimum. Ce qui pourrait expliquer la baisse de batterie de Lisanne.

    Si je fais un focus sur la batterie de son tél :

    1er avril
    – 10:40 : 49% de batterie.
    – 13:40 : 41% de batterie.
    En 3h : -8% de batterie (utilisation Maps + 5 photos)
    – 16:53 : 22% de batterie
    En 3h : -19% de batterie (utilisation 1 tentative d’appel au 112)
    – 17:40 : 19% de batterie.
    En 47mn : -3% de batterie (pas d’utilisation ?)
    – 17:52 : téléphone éteint

    2 avril
    – 06:58 : 19% de batterie (téléphone allumé puis éteint)
    – 10:53 : 19% de batterie (téléphone allumé, 2 tentatives d’appel puis éteint)
    – 13:50 : 18% de batterie
    En 3h : – 1% de batterie (utilisation 2 tentatives d’appel à 10h53)
    – 16:20 : 18% de batterie (téléphone rallumé… )
    Donc là le téléphone resterait allumé.
    – 23:47 : 06% de batterie.
    En 7h27 : – 12% de batterie

    On arrive sur ce qui est intéressant. Le téléphone reste allumé toute la nuit. A 23h47 on sait qu’il ne reste que 6% de batterie.
    Dans la nuit une application est utilisée de 2h21 à 2h47. Et à 2h51 : il ne reste plus que 4% de batterie. Soit en 3h allumé + utilisation d’une application pendant près d’une demi-heure le téléphone ne perd que 2% de batterie ce qui me semble très peu.
    Si une batterie externe était bien présente, on pourrait imaginer que Lisanne recharge son portable, raison pour laquelle le téléphone baisse de si peu.
    Cela pourrait être également une explication également pour le fait que Kris possède plus de batterie le 2 avril matin que la veille.
    1er avril / 16h39 = 42,18%
    Le téléphone reste allumé 1h13 avant d’être éteint.
    Le 2 avril matin / 08h13 = 42,98%
    Ce qui est étonnant c’est cette précision décimale.
    Si il y avait bien une batterie externe, il serait intéressant d’en connaître la marque voir si celle-ci est compatible pour les deux portables et voir la durée de charge. Si elle existait bien, peut-être que les filles pensent que la batterie est chargée alors qu’elle est très peu chargée.

    Je pense que les filles se blessent dès le premier jour car c’est ce qui immobilise un randonneur. Plusieurs cas existant de personnes qui se blessent en randonnée et ne peuvent plus bouger. J’avais cité le cas d’autres jeunes de 20 ans qui étaient partis en randonnée. La première saute d’un rocher et se fracture la jambe. Le deuxième tente de porter son amie, tombe, se casse le coude et la cheville. Il laisse son amie qui ne peut se déplacer pour aller chercher les secours. L’amie est retrouvée par d’autres randonneurs le lendemain après-midi tandis que celui qui était parti chercher des secours ne reviendra jamais. Il a été retrouvé plus tard. Il semblerait qu’il soit tombé et ait perdu la vie.
    Ce qui est intéressant dans ce cas, c’est que l’histoire semble similaire, 2 jeunes qui partent faire une randonnée et n’en reviennent pas car se blessent. La fille est retrouvée par chance parce qu’elle s’était teint les cheveux en rouge. Les randonneurs qui passent le lendemain après-midi la prennent en photo par hasard, les photos sont d’ailleurs disponibles sur Internet. Si elle n’avait pas les cheveux teints ils ne l’auraient pas vu. Elle ne pouvait plus bouger. On la voit sur les photos tendre le bras en direction des randonneurs. Elle ne peut plus appeler à l’aide car elle a crié toute la nuit.
    Il existe d’autres cas d’accidents qui sont nombreux, un couple qui randonne, la femme tombe de plusieurs dizaines de mètres après avoir glissé. L’homme se précipite pour atteindre sa femme qui souffre. Il a en tête qu’il n’a pas le droit à l’erreur, s’il tombe également en la rejoignant personne ne les retrouverait. Il ne sait s’il doit rester à ses côtés pour la réconforter pensant qu’elle vit peut-être ses derniers instants ou partir chercher de l’aide. Les deux ont survécus, ont été secourus.
    De nombreux exemples montrent qu’une fois blessé tout prend une autre dimension.
    Si les filles étaient perdues mais en état de marche pendant ces jours, difficile d’imaginer qu’elles ne rejoignent pas le Mirador, qu’elles ne retrouvent pas à un moment le chemin étant donné qu’elles peuvent tomber sur une clairière, qu’elles peuvent peut-être voir les cabanes, qu’elles peuvent croiser les ponts de singe si elles suivent le torrent.

  54. Estelle
    14 mai 2021 / 14 h 46 min

    est-ce qu’on peut trouver les 90 photos qui ont été prises pendant la nuit du 8 avril quelque part sur le net?
    merci

  55. Jerry
    22 mai 2021 / 18 h 33 min

    @Estelle : On peut les trouver en partie (elles n’ont pas été toutes diffusées)
    Voici une vidéo qui en montre une grande partie : https://www.youtube.com/watch?v=hesX12rWKHY
    Cela donne déjà une idée. Plusieurs assemblages existent mais montrent rarement qu’il s’agit en réalité d’une vue à 180°, d’un côté à l’autre du torrent.

  56. Casa
    2 juin 2021 / 18 h 28 min

    Bonjour à tous,
    Merci pour le travail fournis Romain et Camille +++.Passionnant.

    A tous, quelle est votre théorie / analyse sur le fait qu’aucun message SMS (ou Whatapps) n’ait été tenté (à la famille d’accueil, aux parents ou autres…) ?
    Pourquoi aucun autre appel autre que le 112 et 911 n’a non plus été tenté ?
    Même sans réseau il me parait évident de faire le test ? A minima elles essayent de prévenir Myriam qui doit s’inquiéter… Quand on est dans une situation désespérée on tente des actes désespérés.

    Est il possible de tracer si des SMS ont été supprimé délibérément du téléphone ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.