Marianne Geisler : la triathlète bien dans sa tête

Quand je croise des compétiteurs et compétitrices de courses d’Ironman*, je suis à la fois admirative mais tout autant dubitative : les triathlètes viennent sûrement d’une autre planète. Ces gens-là ont-ils une vie en dehors de leur activité sportive ? Prennent-ils le temps de profiter entre un entrainement de footing, une sortie à vélo et des longueurs à la piscine ? Lorsque je trainais sur Tinder, c’est-à-dire il y fort longtemps durant ma vingtaine, j’avais rencontré un sportif qui passait sa vie à parler d’Ironman. J’ai dû le voir deux, trois fois maximum en un mois, et difficilement car jamais disponible.

Pour aller au-delà des préjugés en la matière, j’ai décidé de creuser cet univers avec une sportive hors pair, j’ai nommé, Marianne Geisler.

* l’Ironman est le plus long format du triathlon, une course de fou je vous dis ! Le portrait-robot du triathlète longue distance, même si les femmes sont de plus en plus nombreuses (autour de 15%), reste sensiblement le même selon Thibault Vellard, responsable d’Ironman France : « Un homme d’une quarantaine d’années, CSP+ ». Et plus généralement « des gens qui ont envie de se lancer un défi », au-delà d’un « simple » marathon.

Hello Marianne. Merci de prendre le temps de nous faire découvrir ta passion ! Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Marianne GEISLER, j’ai 37 ans, mariée, pas d’enfant mais un chat que j’aime énormément.

Dans la vie professionnelle, je suis kiné du sport. Et comme tu l’as dit ma passion c’est le triathlon, avec une préférence pour la longue distance (IronMan).

Comment as-tu eu l’idée de te mettre au triathlon ? Avais-tu perdu un pari ?! Ou bien fréquentais-tu un petit ami qui s’est montré très très très convaincant ?

Eh bien, ça n’a rien à voir. Il y a 12 ans, je me suis mise à courir pour me remettre en forme. Je détestais le sport. Mes notes au baccalauréat peuvent en témoigner.

Je vivais en collocation avec mon frère. Nous sortions régulièrement sur Nancy. Et finalement, nous souhaitions avoir une meilleure hygiène de vie.

Le défi du triathlon, c’est à mon frère qu’on l’a lancé. Je l’ai accompagné en tant que supportrice.

Quand j’ai découvert l’ambiance, la passion des gens au bord de la route et de voir ces sportifs passer de la natation au vélo puis courir, j’ai eu comme un déclic et je me suis dit : « c’est ça que je veux faire ! »

La semaine suivante, je m’inscrivais dans un club de triathlon. Un an plus tard, je prenais un coach personnel pour m’améliorer.

J’imagine que tu croises le chemin d’autres femmes sportives. Certaines sont-elles devenues des copines ou bien l’esprit de compet’ féminin a-t-il pris le dessus ?

Oui, le monde du triathlon est assez petit surtout au niveau local. Certaines sont devenus des amies. Les stages d’entrainement, ou les réseaux sociaux ont également pu me permettre de rencontrer d’autres filles qui ont la même passion.

C’est toujours un plaisir de les croiser sur les courses. C’est sur l’aspect compet’ est présent mais ça dure le temps de la course. Une fois la ligne d’arrivée passée, on se raconte notre course respective et comment on l’a vécu. C’est toujours bon esprit.

Tu as à ton actif déjà cinq Ironman. Bravo ! As-tu décroché un podium ? Il me semble que oui ! Quelle a été ta pire et ta meilleure course, et pourquoi ?

Effectivement j’ai terminé 5 IronMan et plus d’une vingtaine d’IronMan 70.3 (half IronMan).

J’ai pu monter sur 3 podiums : une troisième place à Oman IM 70.3 en 2020 (half), une deuxième place sur l’IronMan de Lanzarotte en 2024 et une première place récemment à Nice sur IM 70.3 (half).

Ma pire course … sans hésiter c’est mon 1er IronMan en Italie en 2018. C’était la première fois que je découvrais cette distance. J’ai subi toute la course, je n’ai pas pris de plaisir. En arrivant, j’ai dit à mon copain : « plus jamais » et un homme nous a regardé, il a rigolé et nous a dit : « on en reparle dans 15 jours… vous verrez ! ». Finalement il a eu raison, mais j’ai pris un peu de temps avant d’y retourner. C’était l’Iron Man de Vichy en 2021.

Ma meilleure course, je pense que ce sont les championnats du monde Iron Man à Hawaii. C’est symbolique pour moi. C’est venu récompenser 10 années d’efforts, d’entrainements quotidiens.

Je n’avais aucune prédisposition au sport, et c’est tout ce travail qui a été récompensé. J’avais rêvé d’y aller, puis c’est devenu un objectif et enfin une réalité.

Sur la course en elle-même c’était intense, la chaleur, l’humidité, tout ce qui fait le mythe de Hawaii, et j’ai fait une course plutôt réussie.

J’ai aussi eu la chance de participer 3 fois aux championnats du monde Half Iron Man.. c’est toujours une sensation spéciale de franchir cette ligne d’arrivée.

Impressionnant !!! Peux-tu nous détailler ton programme d’entrainement sur une semaine. Je l’imagine intensif. Est-ce qu’un coach te suit et t’aide sur ce plan ?

J’ai un coach depuis maintenant 11 ans qui me suit à distance et façonne le plan d’entrainement en fonction des disponibilités et des objectifs sur la saison.

Cela représente entre 12 à 20 heures en fonction de l’année avec une moyenne à 15 heures par semaine à l’année. J’essaye d’ajouter 2 à 3 stages d’entrainements soit organisé par le coach soit avec mon frère (qui s’est aussi mis pleinement au triathlon). Les semaines là, on flirte avec les 30 heures par semaine.

Je pratique 1 à 2 disciplines par jour. Généralement j’ai 3 séances de natation, 3 à 4 de vélo et 3 à 4 de course à pied par semaine. Sur une semaine, on varie les intensités, le travail d’allure, la force sur chacun de ces sports.

Contrairement à une idée reçue, la puissance n’est pas la clef de la réussite. Le triathlon, c’est avant tout un sport d’endurance. Qu’en penses-tu ? J’ai toujours cru que la force mentale prenait une place majeure.

La clé de la réussite c’est la régularité. La dimension mentale est importante surtout dans l’investissement au quotidien. Il faut arriver à se motiver pour aller s’entrainer même après une longue journée de travail, lorsqu’il pleut, lorsqu’on est fatiguée, et surtout quand on n’a pas envie.

Le jour de la course, sur longue distance, c’est effectivement de l’endurance. Il faut être dans la gestion de soi. Il faut avoir conscience que l’on part pour une course d’environ 10 à 12h, alors il ne faut pas partir trop vite, trop fort. Au début, on se sent prêt, on se sent bien mais faut savoir se contrôler et aussi être prêt à se dire qu’il y aura des moments de doute et qu’il faudra les traverser dans tous les cas.

Comment fais-tu pour dégager du temps pour ta vie sociale, et accessoirement professionnelle ?

J’ai organisé ma vie professionnelle aussi en fonction du triathlon. Je suis kiné du sport à mon compte. Les gens prennent rendez-vous essentiellement le matin et durant la deuxième partie d’après-midi. Cela me permet de placer mes entrainements sur la pause de midi. Souvent c’est un peu compliqué d’arriver à tout caser mais on s’adapte. C’est un peu comme un Tetris.

J’ai aussi un mari qui m’aide au quotidien et me permet de libérer du temps pour pouvoir m’entrainer.

En ce qui concerne la vie sociale, je me garde toujours un peu de temps pour voir mes meilleures amies. C’est vrai aussi que les personnes proches sont majoritairement triathlètes et avec ce même mode de vie.

Mais le triathlon m’a aussi permis de rencontrer mon mari, de voyager aux quatre coins du monde et de rencontrer des gens formidables.

Sport et bonne alimentation vont de pair, tu confirmes ? Au moins toi, tu as le body summer toute l’année héhé.

Bonne alimentation oui. C’est vrai que l’on mange plutôt équilibré et je ne suis pas du tout « fast-food ».

Par contre, je ne suis pas de régime. Avec les entrainements, on sollicite beaucoup l’organisme et forcément, l’alimentation est nécessaire pour répéter les efforts au quotidien.

Sur quels critères t’appuies-tu pour choisir tes Ironman : pays, climat, parcours, saison ? Et quelles sont les courses auxquelles es-tu certaine de ne pas participer ?

J’ai choisi certaines courses comme Lanzarotte pour sa notoriété. C’était un véritable défi et c’est une course légendaire.

Souvent, c’est en fonction de la date et de mes disponibilités. Toutes les courses ont leur spécificité, je ne m’interdis rien 😊.

Est-ce qu’il y a des moments où tu as tout simplement envie de souffler et de tout arrêter ? Qu’est-ce qui alors te rebooste ?

Oui, il y a toujours des moments de doutes. Il y a des phases où la fatigue est très importante et on se dit « mais pourquoi je m’inflige ça ? » . Cela fait partie de ces phases qu’il faut apprendre à gérer et continuer de s’entrainer.  Après les courses, il faut savoir s’offrir un peu de repos. C’est important pour pouvoir réussir la course suivante.

Mes proches pratiquent également le triathlon, ils vivent les mêmes doutes que moi. Echanger et en parler fait beaucoup de bien. Dans ses moments-là, il ne faut pas se refermer sur soi.

J’en parle également sur mon compte Instagram. Les gens sont bienveillants à mon égard.

Au-delà du sport, as-tu d’autres passions moins prenantes ?

Je reconnais que le triathlon prend beaucoup de temps. Mais j’avoue que j’aime bien cuisiner et faire du batch cooking les dimanches en fin d’après-midi.

Et sur le long terme, tu imagines ton parcours sportif de quelle façon ?

Honnêtement, j’ai eu la chance de pouvoir réaliser mes rêves. Je rêvais des championnats du monde à Hawaii, je rêvais d’être finisher à Lanzarotte, j’ai même eu la chance d’être sur le podium de ma catégorie sur IronMan.

Maintenant c’est full plaisir.

Que dirais-tu aux personnes qui hésitent à se lancer dans le triathlon ?

C’est un sport hyper complet. Vous ne faites pas 1 mais 3 sports. C’est vraiment une source de fierté immense.

Je pense que ce sport permet le dépassement de soi. Et l’avantage c’est qu’il y a des formats adaptés à tous. On peut prendre autant de plaisir sur format court que sur du très long.

Vous avez la possibilité de commencer par des formats accessibles pour tous et à tout âge.

Merci encore Marianne pour ton partage d’expérience, je te trouve incroyable et tu débordes d’énergie positive, cela fait plaisir à voir et à lire !

Si vous voulez suivre les aventures corsées de Marianne, direction son compte Instagram sur ce lien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.