Ouest Américain : passage obligé à Page

Pour retrouver tous mes articles sur le roadtrip, c’est par ici.

Après avoir crapahuté dans le parc national de Zion (et accessoirement perdu 3 000 calories en quelques heures), nous voilà repartis sur la route en direction de Page.

2h30 plus tard,  nous posons bagage dans l’hôtel Knights Inn Lake Powell. Il ne paie pas de mine, ne coûte pas un bras mais fera l’affaire pour les deux prochaines nuits.

Petite présentation de Page

Page est une petite ville située dans l’Etat d’Arizona. Contrairement à d’autres villes locales, Page a récemment vu le jour puisqu’elle a été créée en 1957 dans le but d’héberger les familles des ouvriers qui œuvraient au barrage de Glen Canyon, sur le Colorado. Le terrain de Page a été acquis par un échange avec les indiens Navajos. Quand le barrage a été rempli, dans les années 1960, la ville a continué de se développer, sa population a alors atteint les 6 800 habitants.

Désormais, c’est un important centre touristique grâce notamment au Glen Canyon National Recreation Area qui attire plus de trois millions de visiteurs par an.

Info bonus, c’est à Page que se trouve la plus grande centrale électrique de l’ouest des États-Unis, le barrage de Glen Canyon ayant une capacité de 1 288 000 kilowatts.

Mais franchement, c’est hyper glauque

On y trouve quelques restaurants et hébergement, that’s it. On en fait vite le tour et on se croirait au milieu de nul part. J’ai détesté cette ville que je qualifie de moche et déserte, mais j’ai adoré les activités touristiques des alentours. Je vous les recommande vivement si vous êtes fan des paysages qui sont à couper le souffle. Deux jours suffisent amplement.

J’oubliais de préciser un point important, Page est un arrêt stratégique pour celles et ceux qui font le roadtrip de l’Ouest américain. Cette ville est à mi-chemin entre le parc national de Zion, et la célèbre Monument Valley.

Horseshoe bend

Nous avons débuté la visite par ce spot que je rêvais de voir. Situé à moins de dix minutes de notre hôtel, nous arrivons sur un large parking où un droit d’entrée de dix dollars nous ait demandé. Il va falloir marcher une bonne dizaine de minutes pour accéder au Graal.

Ce site, peu connu avant les années 2010, a vu sa popularité exploser à travers les réseaux sociaux tel qu'Instagram, obligeant les autorités à l'aménager pour pouvoir recevoir annuellement plus d'1,5 million de touristes.

En photo ce site parait incroyable. En vrai c’est le cas MAIS les blogs oublient de donner quelques détails. Vous me connaissez, ici pas d’hypocrisie ou de fausses photos retouchées pour vous vendre du rêve. Quoique pour cette visite, je suis obligée de vous montrer des clichés léchées parce que la réalité vous écœurerait certainement.

Déjà pour accéder au lieu, ce ne fut pas évident ! Un vent de dingue soufflait, soulevait le sable, la poussière et je ne sais quoi, mais n’arrivait malheureusement pas à faire fuir ces centaines de touristes.

Les mal-élevés sont prêts à tout pour faire leur selfie ou leur shooting photo de mes deux. Alors que je prenais en photo le paysage (et qu’ensuite il immortalisait mes jambes face à cette incroyable nature), il a fallu qu’un fucking asiatique et toute sa mif viennent piquer ma place alors que j’étais en train de me recoiffer. Les mecs n’ont peur de rien ! Un peu plus ils me jetaient dans le vide pour leur selfie. Si vous saviez le pourcentage de personnes juste là pour faire des photos d’eux et repartir illico-presto… C’est hallucinant. On se serait cru à un voyage presse d’instagrameurs influenceurs.

Oh et puis ce vent qui fouette les mollets et laisse pénétrer le sable dans les yeux et les sacs à mains fermés ! Une tempête et je n’exagère même pas. Sans parler du soleil, capricieux ce jour là, trop de nuages aussi.

Malgré tout, nous sommes restés deux heures à contempler l’extraordinaire vue.

Cette photo on l’a vue, revue et rerevue partout sur les réseaux sociaux mais cette fois, elle est de moi !

En français, ça donne la courbe en fer à cheval. La perspective est franchement magnifique. On aperçoit la rivière Colorado qui fait un virage assez impressionnant ! En regardant bien, en plissant extrêmement bien les yeux, on voyait des gens posés sur le banc de sable et d’autres en train de nager ! Un bateau ancré était posé là, au milieu de nulle part. La chance !

Les accidents et chutes au Horseshoe Bend sont rares. Néanmoins, en juillet 2010, un touriste grec est mort à la suite d’une chute. Le 6 mai 2018, un homme est tombé du bord de la falaise et a fait une chute mortelle de 240 mètres. Le 27 décembre 2018, une jeune fille de 14 ans a trouvé la mort après une chute. La chaleur estivale est également un danger, certains visiteurs ne prenant pas assez ou pas d’eau pour la courte randonnée donnant accès au point de vue, et se retrouvent à appeler le 911. #GrosLOL

Lac Powell et son barrage Glen Canyon

Le barrage Glen Canyon s’étend sur le Colorado. Comme évoqué plus haut, il fut construit entre 1957 et 1964 ; ce qui entraîna la formation du lac Powell en amont.

Cet immense lac artificiel (le deuxième du pays) peut atteindre 300 km de long quand il est à son niveau le plus haut et comporte 3 136 km de rivages. On y compte pas moins de 96 canyons aux rochers ocre et rouges (dont le Dungeon Canyon qui est encore utilisé aujourd’hui par les Navajos qui y descendent leurs troupeaux de moutons afin qu’ils puissent boire l’eau fraîche du lac), des grottes, des ruines amérindiennes, des îles et des formations rocheuses, dont la plus connue est le Rainbow Bridge National Monument. (Merci Wikipédia pour ce passage riche en informations). Ce qui est certain, c est que dessus, on se sent tout petit.

Durant l’été, les américains viennent sur les rives du lac dans leurs camping-cars (ça vous rappelle rien ??) ou bien passer quelques jours de vacances en house boa. Les touristes découvrent en bateau les recoins cachés de l’étroit et sinueux Navajo Canyon. Et les plus sportifs se jettent sur le jet-ski, ski nautique ou  kayak.

Alors que l’on était impressionné par le barrage, vlà pas qu’un énorme bus de touristes se ramènent. Pfffff. En sortent des paparazzis qui se jettent sur les meilleurs coins photos et y passent tout leur temps libre. Insupportable. J’ai encore l’impression d’être à un événement à la con spécial Instagram. Je vous jure, c’est usant. Et les poses qui prennent ? Franchement, peut-on prendre deux minutes pour en parler ???

Les mecs, encore une fois, se croient tout seul, ils crient, etc.

Hanging garden trail

Et c’est parti pour une petit promenade d’une heure environ, dans le Glen Canyon. Faites attention, il fait chaud ! Casquette oblige !

En suivant le sentier officiel, vous finirez par tomber sur une scène plutôt incroyable. Un jardin de fougères ! Mais comment peut-il y a avoir cette verdure luxuriante au milieu d’une zone sèche et désertique ? Figurez-vous qu’ici, une source naturelle s’infiltre le long de la paroi rocheuse verticale. L’eau du ruissellement hivernal maintient le jardin luxuriant toute l’année.

Si vous souhaitez un peu plus d’aventure (sans frissons), vous verrez à un moment donné une fourche sur le chemin qui mène vers l’ouest. Il va falloir grimper pour accéder à une colline. Au sommet de la colline, nous avons admiré une magnifique vue sur le pont enjambant le fleuve Colorado.

Antelope canyon

Alors cette visite là, c’est le clou du spectacle ! C’est vraiment un truc à faire dans sa vie, je vous le jure. La nature regorge de surprises et celle-ci vaut le détour (mais également 110 dollars pour deux personnes).

En Navajo cela signifie « le lieu où l’eau coule à travers les rochers ». Il s’agit d’une des gorges les plus connues et les plus photographiées du Sud-Ouest des États-Unis. Elle est constituée de deux gorges séparées, l’Upper Antelope Canyon (supérieure) et le Lower Antelope Canyon (inférieure). C’est une jeune navajo, en 1931, partie à la recherche d’un de ses moutons égaré qui tomba sur l’Antelope Canyon.

On ne peut que les visiter avec des guides. Les deux failles présentent une qualité esthétique similaire,ne vous prenez donc pas la tête pour choisir.

La partie la plus fréquentée est l’Upper Antelope Canyon, plus grande. Le Lower Antelope Canyon, celle que nous avons décidé de visiter, est sportive ! Enfin seulement l’entrée dans la gorge. Moi qui ai le vertige j’ai failli faire demi-tour, je n’arrivais pas à avancer, figée par la peur du vide… descendre l’espèce d’escalier métallique m’a mis dans un étant de stress. Mon groupe de touristes m’a encouragé, c’était gentil !

Une fois en bas, c’est parti pour 1h15 visite ! Nous avions choisi le créneau de 16h45 : moins de vent, pas trop de soleil. Mieux vaut y aller vers 12h ou 13h, mais ces places bookées des mois à l’avance.

Franchement une fois à l’intérieur j’étais complètement bluffée par cette beauté naturelle.

Sur le chemin pour se diriger vers le fameux escalier, le guide nous a montré des traces en balançant que c’était des empreintes de dinosaures. Mouais…

Le 12 août 1997, onze personnes, dont sept Français ont été tuées par une crue subite dans le Lower Antelope Canyon.

Par manque de temps on a loupé, et c’est bien dommage :

Le Old Parias Townsite movie set : une ville fantôme où ont été tournés des films de western dans les années 40.

Le lieu a été inondé en 1998 puis reconstruit avant de disparaître pour de bon sous les flammes en 2006 à la suite d’un incendie criminel. C’est pourquoi il n’y a aucun vestige des anciens décors.

Autant vous dire qu’on y a croisé aucun touristes. On est allé jusqu’au début de la promenade et quand on a vu qu’il fallait compte au moins deux heures, nous avons dû faire demi-tour. Trop ric-rac niveau timing. Dommage !

Pour arriver à Old Paria, il faut prendre la route US 89 (à 60 km de Page). Après 8 km de piste bien entretenue vous arriverez à Old Paria.

PS : c’est gratuit ! Le site officiel du spot : www.blm.gov/visit/paria-movie-set-day-use-site

Dans mon prochain article, je vous embarque à Monument Valley !

2 Commentaires

  1. Romain
    14 janvier 2020 / 13 h 37 min

    L’Antelope Canyon est sublime, c’est impressionnant sur les photos et ça doit l’être encore plus en vrai ! 🙂

    • CamilleG
      Auteur
      14 janvier 2020 / 13 h 49 min

      C’est beau mais le monde gâche un peu ce moment mais moins qu’à l’autre spot !! Le truc chiant c’est le guide : il nous pressait !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.