COSTA RICA : pourquoi il faut visiter San José

Pour retrouver tous les articles sur le Costa Rica, rendez-vous sur cet article.

Après 13 heures de vol et 2 heures d’escale à Madrid, me voilà enfin arrivée complètement fatiguée au Costa Rica, à l’aéroport de San José. Comme d’habitude je n’ai pas réussi à fermer l’œil, ici il est 7 heures de moins qu’en France. Dur. Vivement le jour où je pourrai m’offrir des billets en première classe (lol), m’allonger et me réveiller au moment de l’atterrissage. J’ouvre une petite parenthèse, techniquement l’aéroport ne se trouve pas dans ville même de San José. La capitale se situe à 30 minutes de route (hors bouchons) de l’aéroport.

Nous passons rapidement le contrôle de sécurité en 15 minutes. Habituellement il faut compter 40 minutes… Mes parents ont dû patienter près de 2 heures pour sortir de l’aéroport. La différence ? J’ai atterri un jour de semaine, eux, un samedi.

Évitez de changer votre monnaie au sein de l’aéroport. Le taux de change proposé par les guichets sont à fuir ! Préférez vous rendre dans des banques en ville qui ne prennent aucune commission ! Attention, le week-end les banques sont fermées, du moins à San José.

Il est 15h30, la température avoisine déjà les 27 degrés. Nous rejoignons la ville de San José en taxi (attention aux arnaques, ne choisissez que des taxi rouges, certifiés taxis officiels, qui mettent le compteur). Après 45 minutes de trajet, à cause d’un fort trafic et de nombreux ralentissements, nous arrivons à notre hôtel. Si vous optez pour le taxi, prévoyez avec vous au moins 30 dollars. Comme évoqué dans mon article sur la préparation du voyage, nous avions réservé une voiture de location. Trop crevés par le voyage et le décalage horaire, nous avions prévu de la récupérer le lendemain matin à 9h à notre hôtel, alors en attendant, pas le choix de prendre un chauffeur.

WELCOME TO SAN JOSE BABY !

En parcourant les récits des blogueurs qui ont voyagé au Costa Rica, j’ai failli ne pas ajouter l’étape San José à notre roadtrip. Beaucoup qualifiaient cette ville d’inintéressante et de perte de temps. Je suis bien contente de ne pas avoir pris en compte ces avis négatifs. Dans cet article, je vais vous expliquer pourquoi j’ai aimé la ville de San José et pourquoi je vous recommande d’y passer au moins 1 journée complète.

Dans le circuit que nous avons préparé, j’ai finalement dormi 3 nuits sur San José, mais pas d’affilée ! Je m’explique.

  • Première nuit : la première au Costa Rica ! Nous avons passé les premiers jours dans le nord du pays. Pas question de faire 3 heures de routes après avoir atterri ! Passer la nuit sur San José est un bon compromis pour repartir en forme le lendemain matin ! Je vous déconseille de faire un stop sur Alajuela (la ville qui abrite l’aéroport international Juan Santamaria, plus communément appelé aéroport de San José) comme certains le préconisent : aucun intérêt, rien à voir, il s’agit d’une ville dortoir.
  • Deuxième nuit : pour marquer un stop entre le trajet du sud-ouest au sud-est (soit 8 heures de voitures en tout. San José était pile au milieu. Parfait pour se poser après 4 heures de conduite).
  • Troisième et dernière nuit : pour se rapprocher du dernier parc à visiter, le lendemain matin, avant de rejoindre l’aéroport (vol prévu à 17h20).

Généralités sur la capitale San José

La capitale du Costa Rica compte près d’un million d’habitants. Les premières impressions que l’on s’en fait sont souvent fausses. D’ailleurs la première fois que j’y ai mis les pieds, j’ai eu comme une impression chaotique. Les bâtiments ne respectaient pas de traits communs architecturalement parlant. On pouvait passait du “beau” au “moche” en une rue. Des édifices hétéroclites, une circulation automobile dense et stressante, de la malbouffe à tous les coins de rue du centre-ville…  D’ailleurs j’aimerais revenir sur la gastronomie. J’ai lu que San José était réputée pour ses restaurants gastronomiques (et onéreux). En revanche pour les moins riches, la sonnette d’alarme a été sonnée. Des McDo attirent les foules, des boulangeries et autres mini-marchés de friandises allèchent le passant tous les 10 mètres. Le centre-ville de San José est décidément l’enfer des glucides et des lipides à gogo. J’étais étonnée de voir qu’ici aussi l’obésité fait partie des maux de la société.

Pour autant, la capitale n’est pas dénuée d’intérêt. Rien que la vue est à couper le souffle. La ville est entourée d’esthétiques montagnes et de volcans lointains qui prennent des colorations bleu-vert.

Si vous comptez marquer un arrêt sur San José, je vous conseille de laisser votre voiture à l’hôtel. La ville se visite de préférence à pied car  la circulation automobile y est compliquée pour les stressés du volant. Comme à New York City, beaucoup de rues sont en sens unique et ce n’est pas évident à deviner. La signalétique ? Pas évident à la remarquer. Je retiendrai les feux tricolores déroutants : impossible de comprendre leur logique. Qu’ils soient oranges ou rouges, les voitures ne s’arrêtent pas forcément. Dernier point, le stationnement est problématique : seule solution les parkings privés. Privilégiez donc la marche ou les taxis.

Globalement je ne me suis pas du tout sentie en insécurité, même après avoir dépassé la zone du centre-ville. Mais on déconseille aux touristes de faire de vieux os le soir dans les rues de San José… Dans les rues j’ai croisé bon nombre de policiers municipaux. La preuve en image.

Une ambiance effervescente

La première nuit sur San José, pour être honnête, je n’ai pas vu grand chose de la ville. Arrivée au Radisson San José vers 17h30 je ne rêvais que d’une chose : prendre un bain, me faire les ongles et dormir ! Et vu que le lendemain matin nous récupérions la voiture de location à 9h et comptions partir directement dans le nord du pays pour profiter au maximum…. Nous n’avons donc pas profité de la capitale.

Après avoir passé 10 jours dans de grands espaces verts, lorsque j’ai remis les pieds à San José, j’ai eu le sentiment de retourner à la civilisation. Dans les rues grouillaient des centaines de citoyens, les places transpiraient une ambiance festive, chaque parcelle du centre-ville proposait une animation différente ! Des vendeurs de fruits, des spectacles de rue, des groupes de musique… La bonne humeur vous gagnera à tous les coups. J’ai adoré me promener dans les rues piétonnes du centre-ville, j’étais sans cesse surprise par ce que je découvrais.

La ville (la plus) culturelle du Costa Rica, c’est elle !

Contrairement aux autres étapes de notre roadtrip, San José est bien la seule à contenir de spectaculaires musées. Pour les fervents de l’art et de la culture, vous allez être ravi ! Plusieurs musées valent le détour : le Musée de l’Or  sur la Place de la Culture vous fera découvrir des collections de bijoux, parures, objets religieux précolombiens d’Amérique latine. Non loin de là, je vous invite à admirer le Théâtre National et si vous avez le temps, prenez un billet pour assister à un spectacle. L’ancienne forteresse Bella Vista sur la Place de la Démocratie, abrite le Musée National. De couleur jaune pétante, vous ne pourrez pas le louper ! En regardant bien, vous y verrez les impacts de balles, marques de la courte guerre civile de 1948 à 1949. A quelques pas de cet incontournable musée, flânez au marché couvert de l’artisanat dont les murs extérieurs sont couverts de street art. C’est là où j’ai acheté les deux seuls souvenirs du voyage (n’hésitez pas à marchander, les prix sont gonflés). Reprenez des forces au Central Park ou dans les autres parcs (super bien) entretenus de San José.

Je vous conseille d’acheter un guide papier et de suivre un itinéraire pour ne pas manquer une miette du spectacle. Pour ma part, j’ai suivi mon intuition et je n’ai pas respecté un parcours précis. Compliqué donc de vous mettre sur papier nos 8 km parcourus à pied !

J’ai été bluffée par les églises.


La visite originale à ne pas manquer
Du centre-ville, nous avons rejoint le campus universitaire de San José (45 minutes de marche sous un soleil de plomb) pour passer une bonne heure au musée des insectes ! Ce dernier est intégré à l’université depuis 1962 dans le bâtiment de la faculté de musique (cherchez le rapport). Ce centre attire les locaux, les étudiants et mais aussi les touristes (la preuve). Nous avons été accueillis par un biologiste passionné qui a répondu à toutes mes questions au sujet des araignées. Ce petit musée compte plus d’un million d’espèces d’insectes dont la plupart ont été découverts au Costa Rica. Ces insectes servaient aux investigations et études des étudiants. Vous serez étonné de découvrir certains de ces insectes (tellement énormes que je n’en revenais pas. Si je le crois en vrai je crois que je m’évanouis). Vous saviez que 2 milliards d’individus consommaient des insectes comme source de protéines animales ? C’est la nourriture du futur… Mon dieu !


Heures d’ouverture : du lundi au vendredi (de 8h à 17h)
Lieu : Université de San José
Prix : moins de 3 euros par personne
Petit plus : il parait que la soirée, ce quartier est très animé et branché. Je n’ai pas pu vérifier. A 20h30 généralement je m’endormais, fatiguée par tous ces kilomètres parcourus ! #MamieCamille

Où dormir à San José ?
Choisissez un établissement hôtelier situé en centre-ville. Je vous recommande Exe San José Center (90 euros la nuit). Les chambres sont spacieuses, la salle de bain parfaite et la literie très confortable ! Le petit déjeuner est copieux et varié. C’est un peu cher c’est vrai, mais l’emplacement les vaut !

Dans les prochains articles, promis je vous embarque dans la nature et la vie sauvage à la découverte d’animaux incroyables et d’époustouflants paysages. Abonnez-vous à la newsletter pour ne manquer aucun des articles sur le Costa Rica.

PARTAGER SUR :

12 Commentaires

  1. Léa
    9 avril 2018 / 10 h 45 min

    C’est clair que ça manque de verdure mais why not. C’est une autre ambiance. Il faut tout voir d’un pays pour se faire un véritable avis. Merci pour le partage. Hâte de lire la suite.

    • Seb666
      9 avril 2018 / 17 h 08 min

      Quoique tu vois, ça ne restera toujours qu’une partie infime d’un pays à partir de laquelle tu te feras un avis subjectif !

      • 9 avril 2018 / 17 h 19 min

        Oui mais visiter plusieurs villes, c’est mieux que rester à un point fixe.

    • 9 avril 2018 / 17 h 20 min

      Oui et après c’est encore meilleur aha

  2. Seb666
    9 avril 2018 / 16 h 57 min

    Le seul argument que je vois c’est que c’est la capitale…donc pour te faire une petite idée d’un pays c’est le minimum à voir quand même.

    Et tous les arguments que tu cites découlent justement du fait que ce soit la capitale : effervescence, lieux touristiques et culturels…

    La vraie question c’est pourquoi aller au costa rica ?

    • 9 avril 2018 / 17 h 20 min

      Tu le verras au fil des articles. Je ne vais pas tout déballer d’un coup voyons ; )

  3. 9 avril 2018 / 18 h 09 min

    A mon sens difficile d’arriver dans une capitale et ne pas y consacrer un jour ou deux, ça permet de sentir, de respirer l’ambiance du pays.
    Pour les aéroports, je crois qu’éviter le change est valable dans le monde entier, et pourtant ces bureaux de change sont hyper rentables.

    • Seb666
      10 avril 2018 / 8 h 11 min

      Prendre l’avion coute cher, dans plus de 90% des cas ce n’est pas indispensable et ça fatigue. Donc on retrouve dans les aéroports des personnes fatiguées ayant les moyens de mettre de l’argent dans des choses futiles alors forcément ça attire les vautours !
      A un degré moindre on a les mêmes choses dans les gares : t’as déjà acheté une bouteille d’eau à la gare de Lyon ? :-p

      • 10 avril 2018 / 9 h 51 min

        Je me reposerai dans ma tombe tkt pas ; )

    • 10 avril 2018 / 9 h 53 min

      En plus cette ville vaut vraiment le détour !

  4. 19 avril 2018 / 22 h 24 min

    Ton billet me donne davantage envie de visiter ce pays et cette ville d’autant plus !
    Merci pour ton article, ton partage et tes jolies photos ! 🙂

    • 21 avril 2018 / 7 h 32 min

      Avec plaisir, les autres articles arrivent prochainement !Merci 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.