COSTA RICA : les essentiels pour préparer son voyage

Retrouvez tous les articles sur mon roadtrip au Costa Rica :

Préparatifs du voyage
Les essentiels pour préparer son roadtrip
Parlons bien, parlons budget 

Première étape
Pourquoi il faut absolument visiter San José

Deuxième et troisième étape
Arenal, Fortuna, Monteverde… Bienvenue dans le nord !

Quatrième étape
Manuel Antonio et ses environs

Cinquième étape
Corcovado : l’incontournable !

Sixième étape
Cahuita : une drôle d’ambiance et de magnifiques animaux


Je viens de passer plus de deux semaines dans ce pays de rêve… Et j’espère bien vous convaincre d’y faire un tour ! A ce qu’il parait, selon le magazine GEO et selon moi, le Costa Rica c’est LA destination de l’année 2018. L’Amérique centrale serait the place to be ! J’ouvre une parenthèse, le Costa Rica n’est pas situé en Amérique du sud comme beaucoup l’imagine et le certifie, même si on y parle l’espagnol (Holà que tal ?). Bordé d’un côté par la mer des Caraïbes et de l’autre par l’océan Pacifique, ce pays prend plusieurs visages qui valent tous le détour.

Qui aurait cru que ce tout petit territoire de 51 100 km²  (à titre comparatif, 643 801 km² pour la France)  détient à lui seul 6% de la biodiversité mondiale ? C’est incroyable ! Un quart de sa superficie est constitué d’une jungle tropicale protégée, d’une flore et d’une faune extrêmement riche. Des centaines d’espèces de fleurs et des animaux sauvages l’habitent… Et vous risquez fortement de les croiser. Une destination éco-touristique pour les amoureux de la nature qui promet celles un réel dépaysement visuel et auditif. Bref, j’affirme et certifie que c’est le pays incontournable à visiter (avant qu’il ne perde un jour son charme à cause de l’afflux des touristes).


Enfin MamanG ne tiendrait peut-être pas ce beau discours… Lorsque mes parents y ont séjourné en janvier 2018, durant 15 jours il a plu 10 jours, alors que c’était la saison sèche. Les habitants juraient n’avoir jamais connu pareilles intempéries. Volcans en irruption, inondations, routes coupées, animaux qui se planquaient. Bref une catastrophe. Et petit coup de stress pour moi…J’avais déjà booké les hôtels via Booking (que je recommande vivement), les billets d’avion et la voiture de location, pas question de faire machine arrière. Mon départ était prévu deux mois après le leur, je n’avais plus qu’à croiser les doigts pour que la tempête tropicale touche à sa fin.

Finalement je n’ai pas affronté la pluie… Seulement 40 degrés et beaucoup de soleil (+ quelques moustiques). Celles et ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux l’auront remarqué. J’entame aujourd’hui une série d’articles conseils + retour d’expériences + découvertes sur cet extraordinaire roadtrip. J’espère que cela vous plaira ! Je ne suis passée par aucune agence de voyage pour l’organisation de notre séjour. Des blogs, un bon guide papier et des articles de la presse suffisent à créer son voyage sur mesure.

La base : l’avion

La touche négative de mon séjour : les billets d’avion. Celles (et ceux) qui me suivent sur Facebook ont suivi mes déboires avec la compagnie aérienne Iberia. Un calvaire lors de l’épisode de la réservation. Je paie. Ils gardent l’argent de la pré-réservation et ne veulent pas me rembourser…Leur service commercial m’ignorait et m’a fait tourner en bourrique pendant plus de 20 jours. Je me suis retrouvée à asperger les réseaux sociaux avec des photos où je posais avec des pancartes pour raconter l’histoire. Bref j’ai finalement eu gain de cause après un mois de combat digital acharné. Je vous invite à lire mon article à ce sujet.

Je vous conseille de ne pas jouer avec le Diable et d’opter pour Air France (si vous avez de l’oseille ahah). Dans mon cas, leur billet coûtait 300 euros de plus, soit 1 000 euros l’aller-retour, mais leurs horaires étaient carrément pas pratiques.

Désolée pour cette mise en bouche peu alléchante, mais je préfère vous avertir et vous livrer des conseils utiles : )

Quand y aller ?

La pleine saison, de décembre à avril, correspond comme je l’évoquais plus haut à la saison sèche (l’été). Mais c’est aussi la période où les touristes américains affluent et où, forcément, les prix grimpent. A partir de mai le pays entre dans la saison des pluies, la « green season » (l’hiver) comme ils aiment l’appeler (en gros il pleut et le paysage est davantage verdoyant, c’est juste marketing), le tourisme diminue et les prix aussi. Durant la saison sèche, il faudra compter par jour et par adulte, 80 euros en moyenne (hôtel, voiture, activités, nourriture compris). Ce n’est pas pour rien que le pays est surnommé « la Suisse de l’Amérique centrale ».

Pourquoi choisir le Costa Rica plutôt qu’un autre pays ?

Honnêtement, je n’aurais jamais pensé le dire, mais à côté de ce pays, Bali et la Thaïlande feraient presque pâle figure. Je conseille toujours autant le Sri-Lanka (+ l’escale  de quelques jours au Maldives) même si j’ai cru comprendre que le tourisme commençait à « détruire » son côté sauvage. En revanche, oubliez Bali et sa saleté qui gâche presque tout.

Une destination safe
Pour les petits aventuriers, rassurez-vous, c’est un pays développé où il est facile de voyager d’une ville à une autre. Ils ont des routes qui tiennent… la route ! Ahaha… #GrosMomentDeSolitude. Les axes sont plutôt bien entretenus et les conducteurs prudents. Ils respectent les limitations de vitesse, respectent les priorités, et bien souvent ils vous laissent passer alors qu’ils n’ont pas à le faire !  C’est assez incroyable de voir ça d’ailleurs. Cela me change de mes escapades asiatique où les tuk-tuk, scooters et j’en passe déferlent de part et d’autre, frôlant à chaque virage l’accident (parfois mortel). Je me suis TOUJOURS sentie en sécurité. Je croisais régulièrement la police. Ce pays se prête aisément aux vacances en famille.

Communication facile
A condition d’avoir des bases en anglais ! Si vous parlez espagnol, tant mieux pour vous ! Sinon il faudra faire des efforts dans la langue de Shakespeare. Globalement, nous n’avons rencontré aucun souci pour se faire comprendre auprès des locaux. Attention en revanche, la police ne parle pas forcément anglais.

Zéro ennui
C’est bien la première fois que je ne rencontre aucun temps mort pendant un voyage. Les activités proposées se font essentiellement en plein air et il y en a pour tous les goûts ! Randonnée pour découvrir les volcans et les parcs nationaux, recherche des animaux sauvages, surf & plage, plongée, équitation, visite de refuges animaliers, VTT, rafting, kayak… Vous croiserez certainement dans le nord des cyclistes en quête de dépassement de soi (surtout des tarés pour pédaler des cols par 40 degrés). A chaque ville vous trouverez bien chaussure à votre pied ! Si vous recherchez de l’aventure, vous allez être servi.


Décors époustouflants
Je n’ai pas de mots pour décrire cette nature luxuriante et exubérante : du vert et des animaux à gogo en liberté. Le pays possède une splendeur naturelle qui ne vous laissera pas indifférent. Montagnes et rivières, forêts tropicales, végétation luxuriante, papillons multicolores, le Costa Rica ne cesse de fasciner les voyageurs par ses beautés naturelles.

On se croirait dans les décors des films Jurassic Park. Les plages et les parcs sont 100% propres. Honnêtement j’ai dû croiser 5 déchets pendant mon séjour ! Un fort travail de sensibilisation au développement durable est mis en place. Même s’il reste perfectible, beaucoup de pays devraient prendre exemple sur le Costa Rica, surtout pour le respect émis envers les animaux. Je ne dirai pas que les plages sont méga paradisiaques (beaucoup de vagues), mais ce qui est appréciable c’est le calme qui règne sur les étendues de sable fin (et très très bouillant), bordé de cocotiers et d’immenses arbres. Je n’ai jamais baigné dans la foule et je ne collais pas ma serviette à celles des autres… Parfois nous ne croisions même personne. Dans certains parcs nationaux l’eau, couleur azure, laisser transparaitre des poissons colorés ! Ah et j’oubliais un détail qui a toute son importance, les températures de la mer avoisinent les 30 degrés. Je retiendrai également l’image du magnifique coucher de soleil rouge-orangé qui disparaît dans l’océan pacifique, à Manuel Antonio.

Des animaux en liberté
Qui ne rêve pas d’observer des animaux dans leur habitat naturel ? Oubliez les zoos et les cirques ! C’est has been et triste !

Nourriture simple et saine
Hormis à San José, la capitale, je n’ai croisé aucun fastood ! Comme vous le savez (ou non) je suis végétarienne. J’ai eu aucun mal à trouver des plats. Tous les restaurants proposent des options vegan. Le plat typique « casado » poisson / viande / légumes accompagnés d’un mélange de riz et d’haricots noirs + banane plantain frit ou pommes de terre, mérite d’être goûté. C’est complet, sain et abordable financièrement. Puisque j’ai voyagé pendant la saison chère, chaque plat coûtait en moyenne 11 euros par personne (juste le plat hein et sans compter les boissons). Des bruits circulent comme quoi il est possible de boire l’eau du robinet. Franchement ? Ne tentez pas l’expérience et préférez l’eau en bouteille.

Pura Vida 
« La vie pure ». Il s’agit de la philosophie de vie du pays. Vous l’entendrez régulièrement (ou non, cela dépend des villes, plus elles sont touristiques et plus ils vous le balanceront à tout va) comme un « salut » ou pour finaliser une phrase. La vie est cool, sans stress… serait la signification de cette phrase. Mais selon un guide rencontré à Manuel Antonio, ce leitmotiv ferait écho à la nature et au fait qu’elle soit pure ; et que grâce à elle nous soyons heureux. Les Ticos et Ticas forment un peu chaleureux et accueillant.

Les indispensable à mettre dans sa valise !

Points importants

Monnaie
Étrangement, j’ai galéré pour changer mes euros en colonnes (1 euro = 650 colonnes, je vous laisse apprécier le graphisme de leurs billets, ils sont tellement magnifiques que j’en ai gardé en souvenir) ! Certaines banques et beaucoup d’hôtels refusaient même ! Ils n’acceptaient que des dollars… Je suis arrivée un vendredi fin d’après-midi au Costa Rica et les banques ferment aux alentours de 18h sur San José. Le pire c’est que le week-end, donc les deux jours suivants, elles n’étaient pas ouvertes ! Je vous conseille de changer vos euros en monnaie locale (ou en dollars, tous les prix sont indiqués dans cette devis dès qu’il s’agit d’activités touristiques). Pratique pour les américains ! Au passage, ces derniers sont des touristes très présents, tout comme les canadiens !

GPS
Pas besoin d’en louer (option à 150 dollars) un si vous optez pour la voiture ! Il vous suffit de télécharger en hors ligne les cartes du Costa Rica, sur votre mobile, pour pouvoir les utiliser en mode avion. Nous avons utilisé Mappy : parfait, pas de mauvaises surprises (et des économies ahah) !

Location de voiture + essence
Refuser de souscrire l’option « rachat de franchise », full cover en anglais. L’assurance basique suffit ! Surtout si vous êtes habitué à la conduite. Je vous conseille également de choisir un petit 4×4 catégorie 2. Certaines routes, surtout dans le nord du pays, mérite 4 routes motrices ! Petit objet à moins de 18 euros qui s’avère être bien pratique et incontournable : le chargeur allume cigare FM. Il vous permettra également de passer de la musique si l’auto n’est pas équipée de bluetooth. PS : n’oubliez pas votre PERMIS, il vous sera demandé par la compagnie de location ! Vous serez étonné d’apprendre que prix de l’essence… est le même partout, dans toutes les stations service, dans tout le pays !

Imodium and co
Je n’ai pas eu de soucis ou de pépins de santé sur place. Je n’ai consommé aucun médicament et pas non plus fait de vaccin ou de rappel avant mon départ. Mais je préfère vous avertir pour que vous preniez vos dispositions. Mieux vaut s’encombrer d’une trousse à pharmacie que de courir après un bon médecin parlant anglais !

Dans le prochain article sur le Costa Rica, je vous parlerai d’itinéraire et de budget précis. A très vite.

PARTAGER SUR :

4 Commentaires

  1. Léa
    22 mars 2018 / 12 h 04 min

    Vivement tes articles. Ce pays semble vraiment beau ! J’adore tes photos.

    • CamilleG
      Auteur
      22 mars 2018 / 12 h 39 min

      Salut Léa ! Merci. Je fais au plus vite pour écrire tous les articles. Mais effectivement j’ai adoré ce pays !

  2. Jean
    24 mars 2018 / 19 h 17 min

    Ce pays est fantastique je confirme héhé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.