J’ai failli acheter un chiot

C’était en novembre 2015, je venais de perdre mon précieux Youyou, (cliquez sur le mot rose si ça vous dit de lire cet article, mais je vous préviens c’est tristemon petit perroquet adoré apprivoisé de 12 ans, et je me retrouvais seule. Seule avec mon énorme peine et… mon compte Tinder (double peine donc).

A cette époque, vous l’avez compris, je vivais seule et j’étais célibataire (quasiment endurcie). Le départ de Youyou avait laissé un grande vide dans ma vie et dans mon salon. Il ne volait plus d’une pièce à l’autre, il ne demandait plus de câlins, il ne faisait plus de caprices… Bref il n’était plus là.

A cette époque, les histoires d’amour ne m’intéressaient pas et pour être honnête je ne croyais plus aux Princes charmants. J’avais pour projet de continuer mon existence seule, voulant échapper à la méchanceté de la gent masculine. Je m’étais même renseignée sur “comment faire un bébé toute seule” après avoir découvert une reportage dans le magazine Psychologie au sujet de  la procréation médicalement assistée (jusqu’à ce que MamanG me fasse remarquer qu’élever un enfant seule cela coûte cher, sans compter les coûts de la PMA parce que ça ne fonctionne pas toujours du premier coup).

Bien évidemment, j’ai finalement laissé tomber l’idée et je me suis accrochée au projet de m’occuper d’un chiot qui deviendrait un petit chien (type Loulou de Poméranie). J’étais tellement motivée à l’idée d’accueillir ce nouveau compagnon que j’avais même été au fin fond du 77 pour rencontrer l’éleveuse de ce petit être au pelage noir. Manque de bol la petite boule noire m’avait complètement ignorée, pire elle me craignait.


Tous mes proches étaient avertis, bientôt à l’appart’ nous serions de nouveau 2 !

J’avais lu tous les bouquins et les blogs en rapport avec l’élevage canin, bref j’étais devenue une presque “maîtresse en or”. Je surfais des heures sur Internet pour dénicher le parfait couffin et les plus merveilleux jouets. On aurait dit que j’étais enceinte, je vous promets.

MamanG ne voyait pas cette aventure d’un bon oeil, à vrai dire elle voyait le truc arriver et à décider de me prévenir rapidement :
“On ne sera pas là pour le garder quand tu partiras en vacances, compte pas sur nous. On ne veut pas d’animaux à la maison alors on ne va pas s’occuper du tien. Tu l’assumes.”

Mince ! Oui c’est vrai, je n’avais pas penser à mes roadtrips. Je me vois mal embarquer le toutou dans l’avion pour 15 jours de découverte à l’étranger.

Entre temps, j’ai pris en garde le temps d’une semaine le bouledogue français d’un ami. Un jeune chien hyperactif et costaud qui ronfle. J’ai rapidement compris quel était l’envers du décor d’être propriétaire d’un animal plus gros qu’un petit perroquet. Pour le coup, de l’attention il en fallait encore plus, sans oublier la corvée des multiples sorties quotidiennes (surtout celle à 22h en plein hiver).
Alors même si j’ai réussi à lui apprendre “ASSIS” en moins de 20 minutes (je vous jure c’est vrai), j’ai commencé à me raviser.

Et d’autres points ont commencé à mûrir dans ma petite tête.

A commencer par l’attitude du “Maître”. J’avais beaucoup de mal avec le fait de soumettre un animal à des ordres et à une façon de vivre. Cela me faisait de la peine de contraindre un être vivant à mener sa vie comme MOI je l’entendais. Le priver d’une liberté, n’est-ce pas ce que j’avais déjà fait avec mon petit Youyou ? J’avais également arrêté l’équitation pour cette raison. Le fait de monter à cheval et de lui faire faire ce que l’on veut, m’embêtait. Et voir enfermés dans un box ces équidés.. Me fendait le cœur !

Parallèlement à ceci, pour que vous compreniez mieux, j’ai refusé de me rendre dans les zoos, dans les criques et je suis devenue végétarienne à 100%. Bref la condition animale m’importait de plus en plus.

Un beau jour, alors que je me la coulais douce au lit devant une série, je me suis rappelée la période qui a suivi la mort de mon perroquet. J’avais tant de peine. Je m’en voulais tellement alors que je n’y étais pour rien… La perte d’un être cher, si je pouvais m’éviter cela, alors oui, je le ferai. Animal ou humain, la douleur, à mes yeux, est similaire. Je ne dissocie pas ces deux “races”.

Puis après quelques mois j’ai recommencé à penser à moi et à ne voir plus que par moi : zéro contrainte. Car oui un perroquet, dixit le vétérinaire, il faut s’en occuper comme un enfant de 3 ans. Imaginez le temps que je prenais (mais avec beaucoup de plaisir) pour prendre soin de mon Youyou. Puis subitement, envolé les impératifs de donner à manger à heure fixe, de jouer avec lui, de le doucher, de surveiller tous ses faits et gestes (le roi des bêtises c’est bien Youyou)… Plus rien ne m’attachait à rester chez moi. Une large sensation de liberté et d’indépendance s’était emparée de moi. Le pire c’est que j’adorais ça. #NanaDevenueÉgoïste

Mais ce qui me gênait le plus c’est le fait d’enfermer chez soi un animal. Le priver de soleil (ou de pluie, selon les saisons) et le forcer à rester solo à la casbah. Alors que les chiens adorent la compagnie. Ne dit-on pas qu’ils sont les meilleurs amis de l’Homme ? Preuve qu’ils ont besoin de proximité avec nous!

J’aurais également pu évoquer la partie financière même si je vous vois venir avec le fameux “quand on aime on ne compte pas”. Les soins ne sont pas remboursés par la Sécu, la bonne nourriture atteint des prix d’or (je l’ai constaté avec mon perroquet, pour lui rien était trop beau)…

Pour toutes ces raisons en 2016, j’ai finalement refusé d’aller jusqu’au bout du processus. Et comme dirait MamanG “au lieu d’adopter un chien, adopte un mec”. Et c’est ce que j’ai fait AHAH.

Sur ces belles paroles, je vous souhaite un bon week-end ensoleillée et je vous à la semaine prochaine ! Et si vous partagez ma vision des choses (ou pas d’ailleurs), n’hésitez pas à vous manifester : )

PARTAGER SUR :

12 Commentaires

  1. Léa
    6 juillet 2018 / 19 h 19 min

    Un animal c’est un fil à la patte 😁

    • CamilleG
      Auteur
      9 juillet 2018 / 9 h 38 min

      Ahah voilà 😉 mais pas que !

  2. 6 juillet 2018 / 20 h 47 min

    Que dire sinon qu’avoir un animal change la vie et que c’est un être vivant. Des contraintes oui, des moments de bonheur aussi, mais je ne suis pas objectif, car nous vivons chez nos 5 chats.

    • CamilleG
      Auteur
      9 juillet 2018 / 9 h 39 min

      Wahoo 5 ! Alors les chats tant qu’ils vont dehors ça va 😀 mais dans les appartements ils doivent être agacés ou ils s’habituent ?

  3. Jean
    7 juillet 2018 / 10 h 20 min

    Je pense un peu comme toi, surtout pour le fait de ne pas faire assumer aux autres. Et quand je vois ces gens qui abandonnent leurs animaux… Quelle bande de capricieux

    • CamilleG
      Auteur
      9 juillet 2018 / 9 h 38 min

      ouais et dis-toi que les pubs anti-abandon qui passent sur les réseaux sociaux + tv coûtent extrêmement cher à produire (plusieurs centaines de milliers d’euros).

  4. 9 juillet 2018 / 9 h 41 min

    Pour moi, une maison sans animaux, c’est inconcevable.
    On a 3 chats et je ne pourrais pas vivre sans une petite bête à la maison !

    • CamilleG
      Auteur
      9 juillet 2018 / 12 h 15 min

      Oui c’est ce que je disais à Bernie, les chats on s’en occupe un petit peu moins, ils demandent parfois moins de boulot, ils sont davantage indépendants. Ils n’hurlent pas à la mort derrière les portes quand on part bosser 😀

  5. 9 juillet 2018 / 11 h 09 min

    J’ai eu mon chien “par hasard” car c’était celui de ma sœur a la base.
    Elle avait besoin de repos car le chien était très dissipe donc je lui ai pris un peu pour la soulager.
    Finalement le courant est passé immédiatement alors que jamais je n’aurai cru avoir un chien !
    Avec moi elle est calme et sage et on s’adore ! Alors, la promener des le matin ou le soir en rentrant de soirée à 4h00 aha c’est relou mais elle est tellement adorable….
    Et j’ai la chance d’avoir ma mère et ma sœur qui la garde quand je m’absente !
    J’aurai jamais cru avoir un chien, j’en avais jamais eu et j’étais plutôt chat, finalement on s’est choisies et le “petit gabarit” de mon chien me plaît bien ! (Et elle ne perd pas ses poils !)
    En clair : en effet ça change une vie !

    • CamilleG
      Auteur
      9 juillet 2018 / 12 h 15 min

      Oui elle est trop chou !!! Et puis comme tu dis vous vous dépannez mutuellement, tu ne la fais pas garder à des inconnus 🙂

  6. Seb666
    10 juillet 2018 / 9 h 12 min

    Un chien c’est cool quand on est à la campagne, la vraie pas celle des bobos parisiens…
    Pour les chats, j’ai rien contre à la base mais je me suis aperçu que toutes les filles qui ont des chats sont des cassos

    Pour le bébé faut arreter de dire que ça coute cher, c’est vraiment une idée fausse.

    Alors c’est pour quand ? 🙂

    • CamilleG
      Auteur
      10 juillet 2018 / 14 h 39 min

      Rohhh ; ) Tu es trop curieux ahah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.