Mais pourquoi les Français sont-ils nuls en anglais ?

« Parce que les profs sont nazes » reste la première réponse balancée à cette question. Peut-être. Peut-être pas. Personnellement, je ne m’estime pas être bilingue, j’arrive bien à m’exprimer à l’écrit, beaucoup moins à l’oral. Et je ne vous parle même pas de mon accent. Je me demande encore comment lors de mon dernier périple dans l’Ouest américain, ils avaient à interagir avec moi.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, attardons-nous sur les chiffres.

EF, Education First, a dévoilé les résultats de son dixième indice de compétence en anglais à travers le monde : EF EPI 2020. Et bien figurez-vous que, la France progresse et passe dans la catégorie « Compétence élevée ». Cette étude permet aussi de mettre en avant certaines villes du monde dont le niveau d’anglais est élevé. Paris et l’Ile-de-France y figurent en tête de liste.

Gros LOL ou info sérieuse ?

Il faut croire que ce n’est pas de l’intox. Depuis 5 ans, la France augmente petit à petit son niveau d’anglais. En 2O2O, nous avons intégré la catégorie supérieure et nous nous plaçons à la place vingt-huit alors qu’en 2019 nous étions classés à la position trente-et-une.

Les premiers de la classe restent les Pays-Bas conservent, suivi par le Danemark et la Finlande qui atteignent la deuxième position. En même temps, vu leur langue maternelle, les mecs avaient plutôt intérêt à s’ouvrir à l’anglais rapidement pour communiquer avec le Monde.

Mais comment font-ils dans ces autres pays ?

Pour commencer, il existe une différence dans l’apprentissage, donc oui, notre système éducatif pour les langues étrangères est franchement pathétique. Au Danemark, les cours d’anglais débutent à 9 ans. En Finlande, à 8 ans. Résultat : 77% des habitants parlent une langue étrangère. Et eux, ils favorisent la pratique de l’oral !

En France, nous apprenons les langues avec des méthodes académiques et théoriques, qui, avouons-le, ne sont pas motivantes. La France est un des seuls pays avec l’Espagne où les programmes télé sont doublés et pas diffusés en langue originale.

Il faudrait donc optimiser les chances des plus jeunes de s’en sortir mieux que nous. Par exemple, en dehors de l’école, les inscrire à des cours d’anglais en ligne enfant, histoire d’approfondir leur vocabulaire et de pratiquer autrement cet apprentissage.

Il faut que les enfants apprennent l’anglais en tant que langue maternelle, avec des enseignants natifs. Des classes de trente minutes suffisent pour que les enfants ne perdent pas leur concentration et acquièrent et retiennent les bases plus efficacement.

L’apprentissage précoce de l’anglais, hors collège, est récent en France. C’est seulement depuis 2016 qu’il est devenu obligatoire à partir du CP. Mais je trouve que le souci majeur réside dans la peur du ridicule que nous avons à l’oral. Dès qu’un mot est écorché, paf les petits collègues se moquent et l’enseignant en rajoute une couche. Le droit à l’erreur est rarement permis dans notre système éducatif.

J’ai également lu que les Français sont assez attachés à leur langue. La menace de la perte de l’identité culturelle explique par exemple l’absence d’épreuve d’anglais au brevet. Beaucoup de personnes, comme les profs par exemple, peuvent nous reprendre si nous utilisons des termes anglais dans nos devoirs. Même constat dans les entreprises vieille école où le PDG est anti-mots franglais.

Mon mari est quasiment bilingue. Comment a-t-il fait ? En jouant aux jeux vidéo en réseau, pas le choix ! Les jeux, souvent dans leur langue originale, obligent ceux qui les pratique à fournir des efforts de recherche de vocabulaire. Quotidiennement, échanger par écrit avec des gamers du monde entier, aide également à peaufiner son anglais. Il regarde toutes les séries en anglais, sous-titres anglais également. Il se force à lire des ouvrages en anglais. Au fil des années, ses efforts ont payé ! En revanche, il n’a que très peu pratiquer l’oral et galère avec son accent.

Et vous, do you speak English ?

9 Commentaires

  1. 1 février 2022 / 11 h 30 min

    Voici un sujet qui me passionne depuis très longtemps, à la fois à cause des Beatles, mais aussi parce que dans l’aviation l’anglais est un pré-requis.
    Déjà, il faudrait poser la différence entre l’anglais et l’américain, qui sont aujourd’hui deux langues différentes.
    Pour avoir participer à de nombreux groupes internationaux qui se déroulaient en anglais (pas en américain, j’insiste), et avoir voyager à droite à gauche, oui les français sont mauvais en anglais. Je ne parle pas de l’accent frenchie, qui est plutôt glamour vu par les british, mais bien de l’incapacité à s’exprimer dans la vie quotidienne.
    Un exemple simple, demande à ton entourage si quelqu’un sait commander une bière pression dans un pub ? Oui ça fait peur…
    Je ne détiens pas de recette magique pour apprendre l’anglais. Par contre, posons-nous la question de savoir comment nous avons appris à parler notre langue natale le français ? Nous avons d’abord entendu, même pendant la grossesse parler français, puis notre entourage proche pendant nos premières années, et nos premiers mots sont venus naturellement, avant de commencer à écrire un peu à la maternelle… C’est pour moi une clé de l’apprentissage d’un langue, d’abord l’écouter, prononcer des mots du quotidien, parler la langue en mimant ce que nous entendons…
    Il sera temps un peu plus tard de l’écrire et d’apprendre la grammaire. La meilleure des formules est certainement un stage en immersion en pays anglophone, attention pas en groupe, en individuel… mais ça a un coût.
    Sinon, les meilleurs cours que j’ai suivi, étaient des cours d’anglais par téléphone (sans camera, of course) et là 30 minutes à devoir t’exprimer sans body language… ça te fait progresser vraiment.
    Pour l’écoute, aujourd’hui nous avons accès à une multitude de chaines anglophones.
    Pour quelqu’un qui veut progresser, je conseille vivement de regarde BBC World News, non seulement les infos et les reportages sont de qualité, mais pour se faire l’oreille il n’y a pas mieux. Il ne s’agit pas d’être devant cette chaine toute la journée, ce qui compte c’est la régularité, 30 minutes par jour, c’est mon quotidien.
    Ensuite, il y a les séries, mais attention, les séries américaines sont en américain, c’est mieux que rien mais ce n’est pas de l’anglais. Les séries anglaises sont parfaites, mais surtout, please, sous-titrage en anglais (même si ce n’est pas toujours parfait) et surtout pas en français… et si mot pose problème une petite recherche sur wordreference (c’est le top du top comme dictionnaire et l’application est gratuite).
    J’ai rarement posté un commentaire aussi long, mais le sujet me passionne vraiment…
    Et sur ce,
    Cheers !

  2. Système de Minable
    2 février 2022 / 4 h 59 min

    Parce que le collège devient soudainement « violent » avec un bourrage de crâne de toute part alors que l’enfant entre pourtant dans sa phase adolescente avec la fatigue biologique que cela implique. Preuve en est ces sacs à dos qui font la moitié des gamins, rentrant chez eux voutés vers l’avant. Vla les scolioses en devenir. Et c’est à ce moment que l’apprentissage de l’anglais commence. Donc pas étonnant que les niveau fr soit le plus minable qui soit. Système fr incapable de se réformer. Soit tu as des facilités, soit tu disparais en filière pro.

    • Seb
      2 février 2022 / 13 h 10 min

      L’apprentissage de l’anglais et le bourrage de crâne dont tu parles commences dès la primaire.
      C’est sûr qu’ils feraient mieux de se concentrer sur les maths, le français, le numérique et le sport !

  3. SYSTÈME DE MINABLE
    3 février 2022 / 1 h 54 min

    En effet je vois que cela a changé une année après mon intégration au collège. En 2002, anglais dès le CE1 à raison de trois séances de 30 minutes par semaine. Très bonne chose donc. Ceci dit, les petits de 6e avec leurs sacs à dos énorme, je le vois toujours. Et le décrochage c’est bien au collège qu’il survient le plus souvent. Quid du système de note aujourd’hui: je me souviens de mon prof de fr et ses dictées. 2 points par faute, 1 point par accent. fdp qui détruisait ta moyenne, j’espère au moins que sa mort fut lente et douloureuse étant donné l’impact bien réel que ces méthodes ont sur la vie d’un ado.

  4. Laure
    12 avril 2022 / 18 h 17 min

    Les Scandinaves sont aussi bons en anglais parce que les films en anglais y sont rarement doublés donc dès leur plus jeune âge ils entendent de l’anglais. Et le système éducatif n’y est pas basé sur l’humiliation, ça aide. En France l’expression orale est mauvaise parce qu’on subit des moqueries (même par les profs). Je l’ai vu en Erasmus et je le vois encore (je vis depuis 10 ans en Allemagne) : les étrangers ont bien moins de complexes sur leur niveau de langue, parce que faire des erreurs est normal pour eux. Donc ils progressent plus vite.

Répondre à Laure Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.